Des employés détaillent les dérapages antisémites à Delta Airlines
Rechercher

Des employés détaillent les dérapages antisémites à Delta Airlines

D'anciens employés de la compagnie aérienne Delta dénoncent une culture péjorative envers les Juifs et les Israéliens qui les a amenés à saisir la justice

Deux jets de la compagnie Delta à l'aéroport de LaGuardia à New York, en octobre 2017. (Robert Alexander / Getty Images via JTA)
Deux jets de la compagnie Delta à l'aéroport de LaGuardia à New York, en octobre 2017. (Robert Alexander / Getty Images via JTA)

NEW YORK (JTA) – Peu de temps après que Nahum Amir a commencé à travailler pour Delta Airlines en tant que mécanicien, il a déclaré que son manager a commencé à l’appeler « le juif ». Puis Amir dit que le directeur l’a accusé ainsi que d’autres Juifs de « tuer des enfants à Gaza ».

Au cours de la même période, Yaron Gilinsky travaillait comme agent de bord de Delta sur des vols de New York à Tel Aviv. Sauf que, dit-il, ses collègues non-juifs appelaient ces liaisons aériennes « Hell Aviv » [Enfer Aviv]. Gilinsky se souvient de certains, y compris des directeurs, se moquant des barbes et des peyotes des Juifs ultra-orthodoxes. Un collègue non-juif les a qualifiés « Juifs hideux ».

« Cela m’a blessé et m’a donné l’impression que cette personne ne me respectait pas », a déclaré Gilinsky, 38 ans, à propos des commentaires de ses collègues.

« J’ai été embauché dans cette entreprise parce que je parle l’hébreu. J’ai été embauché par cette entreprise pour prendre soin des clients qui prennent ce vol, et ici, cette personne parle de façon très péjorative et attaque ma foi, mon peuple, toutes mes valeurs ».

Amir, un Israélo-Américain, et Gilinsky, né en Israël et vivant aux États-Unis, poursuivent chacun séparément Delta devant un tribunal fédéral pour violation de la loi sur les droits civils, qui interdit la discrimination fondée sur l’appartenance ethnique. Gilinsky est en train de se joindre officiellement à une plainte déposée la semaine dernière par quatre autres employés de Delta qui dénoncent également la discrimination à caractère antisémite et anti-israélienne. La plainte d’Amir a été déposée lundi soir.

« J’ai été soumis à un environnement hostile et menaçant basé sur ma race et mon appartenance ethnique », a déclaré Amir dans un affidavit que s’est procuré JTA.

Le directeur, que Amir nomme Azeem Narine, « continue de faire des blagues et des commentaires sur les Juifs, y compris sur la circoncision. Il se rendait dans la salle des ordinateurs pour parler des Juifs qui coupaient une partie de leur membre intime ».

Les deux procès ont été intentés par l’avocat de Philadelphie Brian Mildenberg.

Dans un communiqué daté du 3 janvier, Delta affirme qu’il « condamne fermement les allégations de discrimination décrites dans cette plainte et les combattra vigoureusement ». « En tant que compagnie aérienne mondiale qui rassemble chaque jour des personnes à travers le monde, Delta valorise la diversité dans tous les aspects de son activité et ne tolère aucune discrimination. »

Après six ans de commentaires antisémites, Gilinsky a été renvoyé en septembre parce que, dit-il, il a fait d’un ami juif son compagnon de voyage. Les agents de bord sont autorisés à désigner un ami ou un membre de la famille comme compagnon de voyage, ce qui permet à l’accompagnateur de voler à un tarif réduit.

Le compagnon de voyage de Gilinsky est un ami qu’il a rencontré lors d’un vol en Israël en 2013. Bien qu’ils vivent dans différents états – Gilinsky en Californie, l’ami à New York – ils sont restés en contact et se sont rencontrés en Israël. Mais Gilinsky dit que la direction de Delta, après l’avoir interrogé sur son ami, l’a suspendu sans solde et l’a congédié deux semaines plus tard.

« Notre relation a été très bonne et nous avons eu une bonne communication les uns avec les autres », at-il déclaré à JTA. « Presque tous les agents de bord que je connais ont donné leur laissez-passer à quelqu’un. Cela fait partie de nos avantages. »

Gilinsky se joindra à d’autres plaignants, certains non-juifs, qui accusent également Delta de les avoir suspendus ou renvoyés parce qu’ils partageaient leurs avantages de voyage avec des Juifs et des Israéliens. Une plaignante, Cynthia Fukelman, allègue que Delta l’a congédiée parce qu’elle était juive israélienne. Selon le procès, les employés de Delta se sont moqués des Juifs pour avoir prié en vol et demandé de la nourriture casher.

« Delta a encouragé et entretenu une attitude anti-juive, anti-israélienne et anti-hébraïque parmi la direction », dit le procès, ajoutant que les administrateurs de Delta « sont expressément convaincus que les Juifs et les Israéliens, qu’ils soient employés ou passagers, ne sont pas digne de confiance, sont agressifs et inappropriés, et se livrent à des comportements considérés comme ‘étranges’».

Photo d’illustration d’un avion Delta de type 747-400 atterrissant à l’aéroport Ben Gurion, au mois de juin 2012 (Crédit : Wikipedia/AF1621/CC BY 3.0)

Amir a gagné son procès en 2014 et travaille toujours chez Delta. Il s’était plaint auprès des ressources humaines du harcèlement antisémite. Mais il a dit que la direction avait géré l’incident de façon inappropriée, demandant à Amir de raconter l’histoire devant Narine, son manager, et de suggérer une punition. Il raconte que Delta a ensuite refusé de réprimander Narine pour ses déclarations, suggérant plutôt que Amir change de terminal.

Après une pause de six mois, Amir dit que Narine a repris les insultes antisémites, suggérant que les poils faciaux des hommes ultra-orthodoxes sont faux et faisant des commentaires désobligeants sur la circoncision. Amir prétend également que Narine l’a soumis à des conditions de travail dangereuses, dans un cas par exemple, exigeant qu’Amir accomplisse un travail de 20 heures en 90 minutes. Une autre fois, Narine a envoyé Amir travailler seul dans des conditions glaciales.

Dans un autre cas, Amir prétend que Narine l’a envoyé nettoyer et réparer une toilette bouchée sur un jet 777, et a dit : « Vous devez nettoyer toute la merde juive de ces avions. »

« Il ricanait et jubilait », a déclaré Amir dans l’affidavit. « Je l’ai réparé parce que c’est mon travail. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...