Rechercher

Des fouilles révèlent une ancienne synagogue dans une station balnéaire turque

Datant du 7e siècle, les vestiges d'un lieu de culte juif à Side comprennent une plaque avec un motif de ménorah et une inscription en hébreu et en grec

Le sol de la synagogue de Side, en Turquie, présente une plaque avec des inscriptions en grec et en hébreu. (Crédit : Jonathan Lansey/https://www.twitter.com/JLansey via JTA)
Le sol de la synagogue de Side, en Turquie, présente une plaque avec des inscriptions en grec et en hébreu. (Crédit : Jonathan Lansey/https://www.twitter.com/JLansey via JTA)

JTA – Les vestiges d’une ancienne synagogue datant du 7e siècle ont été découverts dans une station balnéaire de la côte méditerranéenne de la Turquie.

La synagogue a été découverte récemment dans la ville de Side, non loin de la station touristique d’Antalya, dans le sud de la Turquie.

Parmi les vestiges se trouvait une plaque avec un motif de ménorah et une inscription en hébreu et en grec indiquant qu’elle avait été offerte par un père en l’honneur d’un fils décédé en bas âge. La plaque se termine par le mot hébreu « Shalom ».

La ville a abrité des Juifs pendant des siècles, mais jusqu’à cette découverte, il y avait peu de preuves de la vie juive sur place au-delà de quelques documents de la fin de la période byzantine.

Une plaque avec un motif de ménorah et une inscription en hébreu et en grec indiquant qu’elle a été donnée par un père en l’honneur d’un fils décédé à un jeune âge. La plaque se termine par le mot hébreu Shalom. (Crédit : Jonathan Lansey/https://www.twitter.com/JLansey via JTA)

Depuis 2014, les autorités turques et les citoyens de la ville ont collaboré pour tenter de préserver une partie de son histoire.

Cette année-là a été « un tournant pour Side en termes de recherche et de conservation », a déclaré Feriştah Alanyali, un archéologue de l’Université Anadolu qui dirige les fouilles, selon le média juif turc Avlaremoz. « De nombreux travaux, qui ne pouvaient pas être réalisés jusqu’à présent, ont été effectués. »

Bien qu’aujourd’hui Side soit une destination populaire pour les touristes russes et européens, dans l’Antiquité, elle était une importante ville portuaire méditerranéenne, adoptant la culture grecque après sa conquête par Alexandre le Grand en 333 avant Jésus-Christ. Elle a conservé une identité grecque jusqu’à son abandon au 12e siècle, après la conquête de l’Anatolie par les Turcs seldjoukides.

La ville a finalement été repeuplée à la fin du XIXe siècle par des immigrants turcs musulmans venus de Crète et a connu un essor de la construction au cours du XXe siècle, grâce à l’essor du tourisme dans la région d’Antalya.

La place centrale de Side, en Turquie, avec la statue d’Atatürk. (Crédit : CC BY-SA 4.0)

C’est cette construction incontrôlée qui a recouvert une grande partie des ruines de l’ancien Side, y compris la synagogue, qui a été trouvée sous une vieille maison.

Alanyali espère que lorsque d’autres structures de Side seront retirées, au cours des quatre ou cinq prochaines années, ses ruines antiques, y compris la synagogue, seront intégrées à l’infrastructure de la ville, comme c’est le cas dans d’autres villes antiques, telles que Rome.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...