Liberman veut une enquête du Shin Bet après des fuites sur des propos d’Eizenkot
Rechercher

Liberman veut une enquête du Shin Bet après des fuites sur des propos d’Eizenkot

La télévision a prêté à Gadi Eizenkot des propos sur une flambée des violences en Cisjordanie ; le ministre de la Défense veut activer le Shin Bet pour faire cesser les fuites

Le 7 août 2018, le ministre de la Défense Avigdor Liberman (c) prend la parole lors d'une réunion avec le chef d'état-major de l'armée israélienne, Gadi Eizenkot (d) et le chef du commandement nord, Yoel Strick (Crédit : Ariel Hermoni / ministère de la Défense)
Le 7 août 2018, le ministre de la Défense Avigdor Liberman (c) prend la parole lors d'une réunion avec le chef d'état-major de l'armée israélienne, Gadi Eizenkot (d) et le chef du commandement nord, Yoel Strick (Crédit : Ariel Hermoni / ministère de la Défense)

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman a réclamé vendredi l’intervention des services secrets pour faire cesser les fuites gouvernementales après la diffusion de propos supposés confidentiels sur les risques d’une flambée de violences en Cisjordanie.

M. Liberman a demandé sur Twitter au Premier ministre Benjamin Netanyahu d’activer le Shin Beth pour mettre fin aux fuites provenant du cabinet de sécurité, forum restreint en charge des questions les plus sensibles autour du chef de gouvernement.

Les fuites sortant du cabinet de sécurité, dont les échanges sont censés rester secrets, sont une source courante de crispations et de spéculations sur leurs instigateurs.

Mais M. Liberman a estimé qu’une « ligne rouge » avait été franchie quand la télévision israélienne a dévoilé jeudi soir la teneur de propos prêtés au chef d’état-major Gadi Eizenkot.

« Les fuites du cabinet sont interdites et dangereuses. Faire fuiter des propos du chef d’état-major revient à franchir une ligne rouge et représente un réel danger pour la sécurité de l’Etat », a twitté Liberman.

« Un cabinet où les membres hésitent à parler librement, par crainte que leurs propos soient repris par la presse, est un cabinet dénué de sens », a-t-il dit. « J’exige que le Premier ministre active le Shin Bet pour faire cesser les fuites [provenant] du cabinet. »

Le chef d’Etat-major de l’armée israélienne, Gadi Eizenkot, devant la commission de Contrôle de l’Etat de la Knesset, le 22 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le général Eizenkot a prévenu le cabinet de sécurité que les Territoires palestiniens, y compris la Cisjordanie, risquait de connaître prochainement un accès de tensions, selon le journal du soir diffusé sur les chaînes 12 et 13.

Le général a expliqué le danger par l’effet conjugué de récentes mesures américaines, de la persistance des querelles inter-palestiniennes et de l’absence de toute perspective d’avancée vers un règlement du conflit avec Israël, selon la télévision.

Les tensions pourraient encore être envenimées par le discours que doit prononcer le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas devant l’assemblée générale des Nations unies le 27 septembre, aurait mis en garde le général.

L’administration Trump a pris en 2018 une série de mesures extrêmement défavorables aux Palestiniens, leur coupant plus de 500 millions de dollars d’aide et cessant de financer l’agence onusienne pour les réfugiés, l’Unrwa.

M. Trump veut forcer les responsables palestiniens à reprendre les discussions avec l’administration américaine. M. Abbas a gelé tous les contacts avec les officiels américains depuis la reconnaissance par les Etats-Unis, en décembre 2017, de Jérusalem comme la capitale d’Israël.

La bande de Gaza est le théâtre depuis le 30 mars de manifestations le long de la frontière israélienne, encouragées et orchestrées par le groupe terroriste du Hamas. Plus de 171 émeutiers gazaouis ont été tués par des tirs israéliens durant ces émeutes frontalières. Le Hamas a admis que des dizaines de morts faisaient partie de ses rangs. Un soldat israélien a été tué par un sniper palestinien.

Les Palestiniens à Gaza ont également lancé des dispositifs incendiaires aériens vers Israël, anéantissant des milliers d’hectares de forêt et de terres agricoles et causant des millions de shekels de dégâts.

La fumée d’un feu de pneus alors que les Palestiniens protestent près de la frontière avec Israël à l’est de la ville de Gaza, le 17 août 2018 (AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)

En Cisjordanie, où siège l’Autorité palestinienne du président Abbas, on a assisté au cours des dernières semaines à une série d’attaques dans ou à proximité d’implantations israéliennes. Ari Fuld, un résident d’Efrat, a été été poignardé à mort par un adolescent palestinien dans un centre commercial dans le Gush Etzion.

M. Eizenkot a proposé au cabinet de sécurité de renforcer l’aide économique aux Palestiniens en Cisjordanie et de trouver des solutions pour mettre fin à la crise humanitaire à Gaza afin d’éviter un affrontement avec les Palestiniens, selon la télévision.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...