Rechercher

Des habitants d’implantation construisent un nouveau quartier à Hébron

Le porte-parole de cette communauté juive a indiqué que le projet, sur une base militaire, devait inclure 31 maisons ; un groupe anti-implantation réclame la fin des travaux

Des partisans du mouvement pro-implantation marchent devant une base militaire israélienne de Hébron qui sera partiellement détruite pour laisser la place à un complexe d'appartements pour les résidents d'implantation. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des partisans du mouvement pro-implantation marchent devant une base militaire israélienne de Hébron qui sera partiellement détruite pour laisser la place à un complexe d'appartements pour les résidents d'implantation. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Des résidents juifs d’une implantation sensible de la ville de Hébron, en Cisjordanie, ont expliqué jeudi avoir commencé les travaux de construction d’un nouveau quartier.

« Nous sommes en train de nettoyer le secteur pour lancer le nouveau projet », a déclaré Yishai Fleisher, porte-parole de la communauté juive de Hébron.

Le gouvernement avait approuvé cette construction entreprise sur une base militaire il y a quatre ans, et avait alloué la somme de plus de six millions de shekels pour mener à bien les travaux.

Le groupe anti-implantation La Paix Maintenant a porté plainte, réclamant la fin des travaux qui, selon lui, sont la première expansion majeure de la communauté juive de Hébron en l’espace de deux décennies.

Le quartier serait constitué de 31 habitations, a noté Fleisher.

Environ mille habitants vivent à Hébron, sous lourde protection militaire, parmi plus de 200 000 Palestiniens.

A Hébron se trouve le lieu saint du Tombeau des Patriarches, connu aussi sous le nom de mosquée Ibrahimi, qui est vénéré par les Juifs comme par les musulmans.

Issa Amro, résident palestinien de Hébron et activiste anti-implantation, déclare que ce nouveau quartier est susceptible d’exacerber les tensions qui agitent déjà le secteur.

« Ce qui signifie un accroissement des violences. Ce qui signifie de nouvelles restrictions qui nous seront appliquées à nous, les Palestiniens. Ce qui signifie changer l’identité de notre propre ville qui deviendra une ville israélienne, juive », dit-il.

Ces constructions ont été révélées par La Paix Maintenant, qui a publié des vidéos montrant une pelleteuse au travail.

L’instance militaire responsable des affaires civiles en Cisjordanie, le COGAT, avait approuvé ce projet mis en œuvre dans le centre de Hébron en 2017.

Des partisans du mouvement pro-implantation marchent devant une base militaire israélienne de Hébron qui sera partiellement détruite pour laisser la place à un complexe d’appartements pour les résidents d’implantation. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

L’ONG La Paix Maintenant et la municipalité de Hébron ont porté plainte contre cette initiative devant la cour de district de Jérusalem et elles ont perdu, commente Hagit Ofran de La Paix Maintenant.

Le secteur servait de gare routière avant que l’armée israélienne ne le ferme pour des raisons sécuritaires, précise Ofran.

« Aujourd’hui, Israël a décidé qu’il n’y avait plus de raison militaire de conserver la base, qu’il n’y avait plus de besoin sécuritaire, et la logique voudrait que le pays la rende aux Palestiniens », s’exclame Ofran. « Mais au lieu de la rendre, on l’offre aux partisans du mouvement pro-implantation ».

Fleisher, de son côté, a remarqué qu’il n’y avait pas eu d’injonction judiciaire contre les travaux.

Ofran note que son groupe et la municipalité de Hébron ont lancé un appel devant la Cour suprême.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...