Rechercher

Des habitants d’implantations attaquent des soldats israéliens

Les soldats répondaient à un appel concernant des oliviers palestiniens détruits dans la ville d'al-Mughayyir, en Cisjordanie ; des assaillants Juifs les ont aspergés de gaz poivré

Des habitants israéliens d’implantations entourent un véhicule de Tsahal près de l’implantation d'Adei Ad, le 13 octobre 2021. (Capture d'écran vidéo/courtesy)
Des habitants israéliens d’implantations entourent un véhicule de Tsahal près de l’implantation d'Adei Ad, le 13 octobre 2021. (Capture d'écran vidéo/courtesy)

Un officier et un soldat de l’armée israélienne ont été légèrement blessés mercredi soir après avoir été aspergés de gaz poivré par un Israélien près de l’avant-poste illégal d’Adei Ad en Cisjordanie.

L’armée a déclaré que l’incident « grave » s’est produit après que des représentants du centre de coordination et de liaison de district de Tsahal dans la région de Ramallah ont été appelés sur les lieux en raison d’un rapport sur un « crime nationaliste ».

Alors que les deux soldats parlaient à un Palestinien qui signalait que des habitants d’implantation avaient détruit des oliviers dans la ville voisine d’al-Mughayyir, un certain nombre de jeunes, dont certains étaient masqués, auraient tenté d’attaquer l’homme avec une tige métallique.

Au cours de la confrontation, l’un des jeunes a pulvérisé du gaz poivré sur le véhicule militaire, blessant légèrement les deux hommes.

Aucune arrestation n’a été effectuée dans l’immédiat, malgré des images vidéo montrant d’autres troupes patrouillant dans la zone pendant l’incident.

L’armée a déclaré que l’incident ferait l’objet d’une enquête plus approfondie par la police.

Dans une déclaration, le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, a fermement condamné les « incidents répétés de crime et de violence contre les soldats des Tsahal ».

« Les crimes commis par des civils contre des soldats de Tsahal sont inacceptables et nécessitent une réponse rapide et stricte pour traduire les auteurs en justice », a déclaré M. Kohavi.

Des habitants extrémistes des implantations déracinent ou sabotent régulièrement des oliveraies palestiniennes en Cisjordanie.

L’incident fait suite à une violente attaque d’habitants des implantations contre des troupes de la police des frontières près de la colonie de Yitzhar, dans le nord de la Cisjordanie, dans la nuit de lundi à mardi, qui a blessé au moins un officier.

L’incident de lundi a été condamné par le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi, le ministre de la Sécurité publique Omer Barlev et le ministre de la Défense Benny Gantz. Mais aucune arrestation n’a été effectuée.

Plus tôt dans la journée de mercredi, des vandales ont tagué des slogans nationalistes et endommagé des voitures dans le village palestinien de Marda, en Cisjordanie. Les slogans tagués sur les murs de la communauté comprenaient « le prix à payer » et « Démolir les [biens] ennemis, pas les Juifs ».

Des oliviers retrouvés coupés dans le village palestinien d’Al-Mughayyir, le 14 octobre 2018. (Yesh Din)

Les agressions et les actes de vandalisme perpétrés par des habitants des implantations contre des Palestiniens et des forces de sécurité israéliennes en Cisjordanie sont communément appelés des attaques « prix à payer ». Les auteurs affirment qu’ils sont des représailles à la violence palestinienne ou aux politiques gouvernementales considérées comme hostiles au mouvement des implantations.

La récolte des olives a commencé la semaine dernière. Elle est souvent marquée par une augmentation des actes de vandalisme commis par les habitants des implantations contre les Palestiniens.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...