Rechercher

Des habitants du désert d’Arava cherchent à stopper une recherche de pétrole

Deux entreprises devraient commencer la recherche d'énergies fossiles dans la région, mais les habitants redoutent des dégâts sur le paysage

Photographie illustrative d'un forage pétrolier sur la terre ferme. (bashta, iStock at Getty Images)
Photographie illustrative d'un forage pétrolier sur la terre ferme. (bashta, iStock at Getty Images)

Les habitants du pittoresque désert d’Arava, près d’Eilat, à la pointe sud d’Israël, craignent qu’un projet d’exploration pétrolière terrestre dans la région ne défigure le paysage, ne cause des dommages environnementaux et ne perturbe le tourisme dont dépend une grande partie de l’économie locale.

Une licence pour la recherche de pétrole dans une zone de 275 kilomètres carrés baptisée Aya a été accordée en 2019 à Arbel Oil and Gas Exploration et Shafir Engineering and Industry.

Les recherches devraient être parmi les dernières à avoir lieu sur le sol israélien, après que la ministre de l’Énergie Karine Elharrar a annoncé en août un changement de politique interdisant les nouvelles licences d’exploration pétrolière terrestre.

La licence d’Aya doit expirer en février et les sociétés n’ont pas encore commencé à forer, ce qui fait naître l’espoir chez les critiques que les recherches, qui devraient commencer ce mois-ci et durer six mois, seront annulées avant même d’avoir pu pénétrer sous terre.

« Dans la situation actuelle, où le retard est si important et où rien n’a été découvert, je pense que le ministère a le pouvoir d’annuler les recherches maintenant et certainement de refuser toute demande de prolongation au-delà de février 2022 », a déclaré Asaf Ben Levy, conseiller juridique de la Société pour la protection de la nature en Israël.

Selon lui, la loi israélienne sur le pétrole rend l’arrêt des projets d’autant plus difficile qu’ils sont avancés.

Selon la loi, le commissaire au pétrole du ministère de l’Énergie peut accorder aux exploitants sauvages une prolongation allant jusqu’à sept ans. Cela inclut les cas où aucune découverte n’a encore été faite, si une « bonne raison » est trouvée pour accorder une prolongation.

La zone de licence d’Aya. (Ministère de l’énergie)

Le ministère de l’Énergie a déclaré dans un communiqué : « La licence a été accordée en 2019, avant que la décision ne soit prise de ne pas autoriser davantage de forages pétroliers sur terre. Le ministère n’accorde pas de nouvelles licences d’exploration sur les terres, mais est légalement obligé de maintenir les licences existantes. »

Malgré la nouvelle politique d’Elharrar, cependant, le ministère a laissé la porte ouverte à la prolongation de la licence. « Le commissaire au pétrole décidera de l’extension ou de la non-extension de la concession vers le mois de février, entre autres, en fonction de la mise en œuvre du plan de travail approuvé », a déclaré un porte-parole.

Un calendrier pour la licence d’Aya donnait aux sociétés un an pour commencer les études sismiques, bien qu’elles ne prévoient de commencer qu’à la mi-octobre, moins de six mois avant l’expiration du bail de trois ans.

L’Institut géophysique d’Israël, qui effectuera les relevés pour le compte des promoteurs, concentrera ses efforts sur une zone d’environ 50 kilomètres carrés entre Yotvata et Timna, juste au nord d’Eilat, considérée comme la zone pétrolière la plus prometteuse sur la base d’un examen des relevés précédents effectués dans les années 1990.

Les études, qui ne commenceront qu’après l’acquisition d’équipements spécialisés à l’étranger, produisent des images détaillées des roches situées sous la surface de la terre, ce qui permet aux développeurs d’évaluer s’il y a du pétrole ou du gaz, et si oui, en quelle quantité et où. Ils étudieront également la zone située le long de la frontière avec la Jordanie, presque jusqu’à Eilat. L’ensemble du processus de sondage et d’interprétation des données devrait prendre environ six mois.

Selon le Dr Uri Frieslander, de l’Institut de géophysique, le retard des relevés sismiques est dû à la pandémie de coronavirus et au temps qu’il a fallu à l’Autorité israélienne de la nature et des parcs pour donner son feu vert aux relevés sur les terres relevant de sa juridiction. (Il existe encore une autre licence d’exploration pétrolière terrestre, également valable jusqu’en février, pour Ahinoam, dans le désert du Néguev, dans le sud d’Israël, où Shafir Engineering and Industry prévoit également des études sismiques).

De nombreux résidents de l’Arava se méfient de la transformation de leur région en un terrain d’essai ou un conduit pour une industrie qu’ils voient prendre le chemin des combustibles fossiles, alors qu’une grande partie du reste du monde se tourne vers des sources d’énergie renouvelables face au réchauffement climatique galopant.

Les écologistes affirment que la marée noire de 2014 – la pire de l’histoire du pays – continue d’endommager les écosystèmes fragiles dans d’autres parties de l’Arava, et beaucoup s’opposent à un accord secret signé par la société Europe Asia Pipeline Company et un consortium israélo-émirien en octobre dernier, qui augmenterait la quantité de pétrole envoyée par le même oléoduc que celui qui a fui en 2014. S’il était conclu, l’accord amènerait de grandes quantités de brut du Golfe à Eilat sur la mer Rouge, le canalisant par voie terrestre jusqu’à Ashkelon, sur la Méditerranée, d’où il serait expédié vers les marchés du sud de l’Europe.

Manifestation contre l’accord entre l’Europe Asia Pipeline Company et un consortium israélo-émirati visant à utiliser Israël comme pont terrestre pour les exportations de brut du Golfe vers l’Europe, le 25 septembre 2021. (Quartier général d’urgence pour le climat et l’écologie en Israël)

Au début du mois, des manifestants d’Eilat et de la région d’Arava ont protesté contre l’accord avec d’autres Israéliens qui sont descendus dans les rues et sur les autoroutes de tout le pays et ont même manifesté devant le domicile du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid.

Certains craignent que les études sismiques ne marquent le paysage et que le forage ne déstabilise cette région géologiquement active, et soulignent l’ironie cruelle du fait que la région elle-même est déjà prête à dépendre à 100 % de l’énergie solaire 24 heures sur 24, ce qui en fait une avant-garde de la révolution des énergies renouvelables.

Les études géologiques prévoient depuis des décennies la possibilité de l’existence de centaines de millions de barils de pétrole sous Israël, mais les prospecteurs n’ont jamais réussi à extraire plus de quelques millions de barils du sol, – autrement dit, une goutte d’eau dans l’océan de la production mondiale. Beaucoup ne voient pas l’intérêt de poursuivre les recherches, d’autant plus que le monde passe aux énergies renouvelables, et craignent ce qui se passerait si du pétrole était découvert sous leurs pieds.

« Ne vous inquiétez pas, nous dit-on, les chances de trouver du pétrole sont très faibles. Mais les chances existent suffisamment pour effectuer les sondages », a déclaré Tal Holzman, qui vit au kibboutz Beer Ora. « Ne vous inquiétez pas, ils disent qu’avant tout forage, il y aura un examen environnemental. Mais celui-ci sera financé par les promoteurs. Et ce, avant même que nous ayons parlé de la loi sur le pétrole. Sur la base de notre lecture initiale de cette loi, nous craignons de faire face à un train inarrêtable qui se dirige vers le forage pétrolier. A partir du moment où le pétrole sera découvert, il n’y aura plus de retour en arrière. »

Des employés de Trans-Israel Pipeline nettoient les importants dépôts de pétrole brut qui ont jailli d’un oléoduc rompu près du village de Be’er Ora, au sud d’Israël, au nord d’Eilat, le 5 décembre 2014. (AP/Tsafrir Abayov)

Mme Holzman a fait part de ses préoccupations lors d’une récente réunion organisée par Sababa, un groupe local de défense de l’environnement, où des dizaines d’habitants inquiets ont rencontré en ligne le géologue à l’origine du projet de prospection pétrolière pour exprimer leurs craintes et chercher des réponses, disant qu’ils n’avaient entendu parler du projet pour la première fois que le mois dernier.

Le géologue Yossi Langotsky, qui conseille les entreprises, a estimé qu’il y avait 10 à 20 % de chances de trouver du pétrole dans le champ d’Aya, une zone qu’il surveille depuis des années.

Il a suggéré aux résidents de se rendre sur trois sites près d’Ashkelon où 84 forages ont été effectués depuis 1955 et 20 000 barils de pétrole extraits, sans aucun dommage.

Le professeur Shmulik Marco, expert en séismes à l’Université de Tel Aviv, a noté que le forage pourrait déclencher une activité sismique inquiétante.

« Dans tous les endroits où des pompages importants ont eu lieu, des tremblements de terre se sont produits. Lorsqu’ils se produisent au Texas ou en Oklahoma, ils sont faibles, de l’ordre de 3,6 ou 4 [sur l’échelle de Richter]. Mais nous ne sommes pas là. Nous sommes situés au point de rencontre des plaques tectoniques. Et personne ne sait [quel sera l’effet du forage ici]. Les recherches sur ce sujet n’en sont qu’à leurs débuts », a déclaré Marco, qui a vécu à Eilat pendant 15 ans.

Un drapeau américain flotte près d’une plate-forme pétrolière, le 29 juillet 2020, à Midland, au Texas. (AP/Tony Gutierrez)

Bien qu’il ne soit pas un expert de l’exploration pétrolière, il a dit connaître toutes les recherches géologiques et les études sismologiques menées dans la région.

Affirmant qu’il ne voyait aucune logique géologique permettant de penser qu’il y avait du pétrole dans les roches, il a déclaré que croire que l’industrie pétrolière ne causait pas de dommages était un « vœu pieux ». Les accidents liés à la production, au stockage et au transport du pétrole se produiront toujours, a-t-il dit, et contrairement à d’autres régions d’Israël où du pétrole a été découvert, Eilat et la région environnante de Hevel Eilot dépendent de leurs beaux paysages pour le tourisme.

Dorit Davidovich-Banet, directrice de l’initiative pour les énergies renouvelables d’Eilat-Eilot, a souligné que la région fonctionnait déjà à 150 % à l’énergie solaire pendant la journée et qu’elle pourrait compter sur le soleil 24 heures sur 24 à partir de 2025. La région, appelée Hevel Eilot, est axée sur les énergies renouvelables et non sur les combustibles fossiles, a-t-elle ajouté.

« Ce qui était bon au cours des 30 dernières années ne l’est plus pour le présent et l’avenir », accuse-t-elle.

Illustration : Une vue aérienne du champ solaire du kibboutz Ketura. (Courtoisie)

M. Langotsky, qui est à l’origine de la découverte par Israël du gisement de gaz offshore de Tamar – Tamar et Aya portent le nom de ses petites-filles – a déclaré qu’il était essentiel pour Israël de conserver une réserve d’hydrocarbures pour les 50 prochaines années afin de garantir la sécurité énergétique, même si les énergies renouvelables sont en plein essor.

Bien qu’il soit favorable aux sources d’énergie alternatives, leur développement prendrait « beaucoup de temps », a-t-il affirmé, précisant que toute nouvelle découverte de gaz ou de pétrole ne ferait que renforcer les réserves d’Israël.

Le géologue Yossi Langotsky. (Capture d’écran)

« Je n’ai pas l’intention de changer le monde. Je fais ce qu’il y a de mieux dans mon domaine », a-t-il déclaré lorsqu’on lui a demandé d’évoquer les preuves scientifiques selon lesquelles la combustion de carburant était à l’origine du réchauffement climatique.

Une porte-parole de Shafir Engineering and Industry a déclaré dans un communiqué : « La licence Aya, qui a été accordée à Shafir et à Gulliver (détenue par Arbel) au nom de l’État à l’issue d’un long processus d’appel d’offres, permet aux sociétés susmentionnées de réaliser une étude sismique tridimensionnelle et non invasive, afin de tester la faisabilité des réserves de gaz dans la région. L’étude a été approuvée par le ministère de l’Énergie et l’Autorité israélienne de la nature et des parcs, et sera réalisée par l’Institut de géophysique. »

Aucun porte-parole d’Arbel n’a pu être joint pour commenter la situation.

Outre Aya, il existe une autre licence d’exploration pétrolière terrestre, également valable jusqu’en février, pour Ahinoam, dans le sud du désert du Néguev en Israël, où Shafir Engineering and Industry prévoit également des études sismiques.

Des licences de production de pétrole sont encore détenues par Givot Olam Oil Exploration Ltd à Rosh Haayin, dans le centre d’Israël (jusqu’en 2032), et par Lapidoth-Heletz dans le champ de Heletz, près de la bande de Gaza (jusqu’en 2047). Le forage a débuté à Heletz en 1960.

Deux sociétés détiennent également des licences liées au schiste bitumineux, ou kérogène, partie d’un type de roche qui se décompose et libère des hydrocarbures lorsqu’elle est chauffée. L’une d’elles est Rotem Energy Mineral Partnership (REM), qui prévoit de combiner le schiste bitumineux avec des déchets plastiques pour créer du pétrole et produire de l’électricité. Malgré les tentatives du ministère de la protection de l’environnement et des groupes verts pour faire annuler ce projet, un comité de planification du district sud a approuvé la prochaine étape de la planification plus tôt cette année.

Shafir Engineering and Industry détient le deuxième permis d’exploitation de schiste bitumineux sur un site appelé Oron, dans le désert du Néguev. Elle attend actuellement l’approbation du commissaire au pétrole pour commencer à faire passer ses plans par le comité de planification du district sud également.

Le ministère de la Protection de l’environnement a déclaré dans un communiqué qu’il s’opposait à toute initiative visant à rechercher et à produire du pétrole sur terre et en mer, compte tenu de son effet polluant et des risques qu’il présente pour les écosystèmes et la santé humaine. Le gouvernement a déjà décidé d’opérer une transition vers une économie à faible émission de carbone, poursuit le communiqué, et l’exploration et la production de pétrole sont contraires à cet engagement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...