Rechercher

Un séisme d’une magnitude de 6 en Méditerranée ébranle la côte israélienne

Il n'y aurait pas eu de blessé ni de dégât et aucune mise en garde contre un tsunami n'a été émise ; l'épicentre du tremblement de terre est à 37 km sous l'eau, près de la Crète

Photo d'illustration - Des enfants apprennent à faire du surf sur une plage de Tel Aviv, le 30 juillet 2018. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
Photo d'illustration - Des enfants apprennent à faire du surf sur une plage de Tel Aviv, le 30 juillet 2018. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Un séisme qui s’est produit mardi matin dans les profondeurs de la mer Méditerranée, à proximité de la Crète, a été ressenti dans certains secteurs du centre d’Israël et dans la région côtière.

Selon le bureau Geological Survey des États-Unis, le tremblement de terre a été d’une magnitude de 6 sur l’échelle de Richter et il s’est déclenché à une profondeur de 37 kilomètres. Le bureau israélien Geological Survey a pour sa part avancé un séisme d’une magnitude de 5,8.

Il n’y aurait pas eu de blessé, ni de dégât.

Aucune mise en garde contre un potentiel tsunami n’a été émise dans le sillage immédiat du séisme.

Les résidents des villes de Tel Aviv, Haifa, Petah Tikva, Givatayim et Holon ont tous déclaré avoir ressenti la secousse qui, selon l’agence de presse Reuters, s’est faite aussi sentir dans certaines zones de l’Égypte et du Liban.

Des tremblements de terre mineurs ont ébranlé Israël, ces dernières années, dans un contexte d’inquiétudes croissantes portant sur le degré de préparation du pays face à un séisme majeur.

Des habitants tentent de déblayer des ruines et de secourir des personnes coincées sous les décombres après un séisme qui a touché Mexico et fait au moins 224 morts dans le centre du Mexique, le 19 septembre 2017. (Crédit : Alfredo Estrella/AFP)

En 2019, un tremblement de terre d’une magnitude de 4,5 sur l’échelle de Richter avait été ressenti à travers tout l’État juif, ne faisant ni blessé, ni dégât. En 2018, plus d’une dizaine de petits séismes – néanmoins remarqués – avaient touché le nord du pays, à proximité du lac de Tibériade. Au moins quatre d’entre eux avaient été d’une magnitude supérieure à 4 sur l’échelle de Richter et certains avaient été ressentis jusqu’à Jérusalem. Une série de secousses similaires avait eu lieu en 2013.

Israël est situé le long de la faille syro-africaine, une déchirure de la croûte terrestre qui s’étend sur toute la longueur de la frontière séparant Israël et la Jordanie, et qui fait partie de la vallée du grand rift, qui s’étend du nord de la Syrie au Mozambique.

Le dernier tremblement de terre majeur à frapper la région remonte à 1927 – une secousse de magnitude 6,2 qui avait fait 500 morts et 700 blessés.

Le nord de l’État juif et les secteurs des alentours de Jérusalem et de la mer Morte courent un risque fort de connaître un jour un tremblement de terre d’une magnitude de 5 à 5,9 sur l’échelle de Richter, a fait savoir l’Organisation mondiale de la Santé.

Le risque est moindre dans les régions côtières, du centre du pays et dans le désert du Negev – qui pourraient être touchées par un séisme d’une magnitude de 4 à 4,9 sur l’échelle de Richter.

Les experts ont mis en garde contre un séisme important en Israël dans un avenir proche et le gouvernement, de son côté, a commencé à financer un plan de renforcement des constructions contre les secousses.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...