Des heurts à la frontière de Gaza auraient fait 189 blessés vendredi
Rechercher

Des heurts à la frontière de Gaza auraient fait 189 blessés vendredi

Des manifestations sont survenues alors qu'Israël serait en pourparlers avancés avec le Hamas, via l'ONU et l'Egypte, pour une trêve à long-terme

Les personnels médicaux palestiniens transportent un manifestant blessé au cours de manifestations à la frontière entre Israël et Gaza, à l'est de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 24 août 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / SAID KHATIB)
Les personnels médicaux palestiniens transportent un manifestant blessé au cours de manifestations à la frontière entre Israël et Gaza, à l'est de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 24 août 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / SAID KHATIB)

Environ 5 000 Palestiniens ont manifesté vendredi le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, selon des informations parues dans les médias palestiniens.

Le ministère de la Santé dirigé par le Hamas à Gaza a fait savoir que 189 manifestants avaient été blessés dans des affrontements avec les soldats israéliens, notamment 50 qui ont été touchés par des tirs.

L’armée a fait savoir que des émeutiers ont jeté des pierres et des cocktails Molotov aux soldats.

Selon des informations palestiniennes, les snipers israéliens ont ouvert le feu sur deux groupes de Palestiniens qui ont tenté d’ouvrir une brèche dans la frontière à deux différents endroits.

Un cerf-volant incendiaire envoyé au-delà de la frontière de la bande a entraîné un incendie dans la région de Shaar Hanegev.

Les affrontements ont eu lieu quelques heures après que le ministre de la Défense Avigdor Liberman a démenti toute implication dans des pourparlers visant un accord de cessez-le-feu à long terme avec le Hamas dans la bande de Gaza.

Les informations se sont multipliées stipulant qu’Israël se trouve en pourparlers avancés avec le Hamas, sous médiation des Nations unies et de l’Egypte, pour une trêve à long-terme dans la bande.

Gaza a connu une recrudescence des violences depuis le début des manifestations de « la marche du retour » le long de la frontière, au mois de mars.

Ces affrontements, orchestrés par le Hamas, à Gaza, ont inclus des pierres et des cocktails Molotov lancés en direction des soldats, ainsi que des tentatives destinées à ouvrir des brèches dans la clôture de la frontière et d’attaquer des soldats israéliens.

Un Palestinien utilise un lance-pierres lors d’affrontements le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, dans la ville de Khan Younis, dans le sud de Gaza, le 10 août 2018. (AFP Photo / Said Khatib)

Les Palestiniens à Gaza ont également lancé des dispositifs aériens incendiaires vers Israël, brûlant des milliers d’hectares de forêt et de terres agricoles qui ont entraîné des millions de shekels de dégâts, selon les estimations.

Au moins 171 Gazaouis ont été tués par des tirs israéliens depuis le début des affrontements, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas. Un soldat israélien a été tué par les tirs d’un sniper palestinien. Le Hamas a reconnu que des douzaines de victimes palestiniennes étaient membres de groupes terroristes.

De plus, Israël et le Hamas se sont engagés dans de brefs échanges de feu ces derniers mois qui ont vu des groupes terroristes à Gaza lancer des centaines de roquettes et de tirs de mortier vers le territoire israélien, notamment un, au début du mois, qui a marqué la plus importante flambée de violences depuis la guerre de 2014.

L’envoyé de l’ONU Nickolay Mladenov et les responsables égyptiens cherchent à négocier une trêve à long terme entre Israël et le Hamas. Les deux parties ont combattu trois guerres depuis 2008. Groupe terroriste islamiste qui cherche à détruire Israël, le Hamas, a pris le contrôle de la bande en 2007.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...