Des Juifs et des musulmans oeuvrent contre l’interdiction de l’abattage rituel et de la circoncision
Rechercher

Des Juifs et des musulmans oeuvrent contre l’interdiction de l’abattage rituel et de la circoncision

Un événement conjoint de deux jours à Amsterdam est l'un des plus importants jamais organisés pour débattre des limitations sur les coutumes religieuses

Une cérémonie de brit milah, la circoncision rituelle. Illustration. (Crédit : Cheskel Dovid/CC BY 3.0/Wikimedia Commons)
Une cérémonie de brit milah, la circoncision rituelle. Illustration. (Crédit : Cheskel Dovid/CC BY 3.0/Wikimedia Commons)

AMSTERDAM — Le porte-parole d’une agence intergouvernementale européenne a déclaré aux Juifs et aux musulmans d’Amsterdam que les tentatives de limitation des coutumes religieuses – notamment l’abattage casher et la circoncision – sont des formes « d’intolérance et de discrimination ».

Ilan Cohn, de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a affirmé cela lors d’une table ronde de quarante-huit heures organisée sur les sujets de la circoncision non-médicale des mineurs, l’abattage rituel des animaux et autres coutumes religieuses dans la capitale néerlandaise lors d’un événement qui a rassemblé les Juifs européens, les musulmans et des militants anti-racistes.

Des douzaines de leaders des communautés juive et musulmane, ainsi que des activistes de la lutte contre le racisme, ont assisté à cette session de travail mardi et mercredi dernier – l’une des rencontres conjointes entre Juifs et musulmans les plus importantes jamais organisée sur ce sujet en Europe.

« Les communautés diverses doivent se rassembler face à l’intolérance et à la discrimination », a déclaré Cohn, qui est gestionnaire de projet au Bureau de l’OSCE chargé des institutions démocratiques et des droits de l’Homme dans une déclaration au sujet de la table ronde.

Parmi les participants, le rabbin Andrew Baker, représentant personnel du président en exercice de l’OSCE chargé de la lutte contre l’antisémitisme, Bülent Şenay, son homologue au bureau de la lutte contre l’intolérance et les discriminations contre les musulmans et Joel Rubinfeld, président de la ligue belge contre l’antisémitisme (LBCA).

Le bureau de Cohn a fait savoir que le sommet avait donné « l’opportunité aux leaders de la communauté juive et musulmane d’apprendre comment construire des coalitions de sensibilisation nationales durables qui puissent promouvoir la tolérance et la non-discrimination. »

Cet événement a compris des ateliers au cours desquels ont été examinés des cas d’études et les participants ont échangé des informations sur l’état des libertés religieuses dans les pays européens et les initiatives visant à les limiter.

Ces dernières années, un nombre croissant de gouvernements et de parlements en Europe ont introduit des législations et des régulations visant à limiter les libertés religieuses, et particulièrement la circoncision non-médicale et l’abattage rituel des animaux – réalisés par les Juifs et les musulmans.

L’abattage rituel juif sur la sellette

En 2012, un tribunal en Allemagne a jugé que la circoncision non-médicale effectuée sur de jeunes garçons âgés de moins de 18 ans constituait une violation de leurs droits, entraînant plusieurs interdictions qui ont été finalement levées.

Cette année, les trois régions de Belgique ont introduit des régulations interdisant des techniques d’abattage rituel variées.

De telles interdictions sont soutenues par les libéraux qui affirment que ces pratiques sont cruelles et par les nationalistes qui les considèrent comme une importation venue de l’étranger au sein de sociétés à majorité chrétienne.

En 2011, la Chambre basse des Pays-bas avait interdit l’abattage rituel des animaux sans étourdissement préalable, mais la Chambre haute avait renversé cette décision l’année suivante. L’abattage d’un animal inconscient est contraire à la loi juive.

Au début de la semaine, les chefs de la communauté juive néerlandaise, représentée par l’Organisation des communautés juives aux Pays-bas, ont signé une extension d’un accord communautaire passé en 2012 avec le gouvernement au sujet de l’abattage rituel.

Ce prolongement d’accord, établi avec le ministre néerlandais de l’Agriculture, stipule que les communautés juives ont le droit de procéder à l’abattage rituel conformément à leurs coutumes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...