Rechercher

Des lycées créent leur startup pour développer un bracelet anti-noyade

L'idée, encore au stade de concept, permettra aux nageurs d'obtenir gratuitement un bracelet que le maître-nageur peut suivre sur ordinateur

Les lycéens fondateurs de la startup Enter+. De gauche à droite : Emmanual Leibovici, 17 ans, le vice-président Moshe Schwartzberg, 16 ans, le PDG Ariel Safanov,16 ans et Elazar Zabari, 16 ans. (Crédit : Ariel Safanov)
Les lycéens fondateurs de la startup Enter+. De gauche à droite : Emmanual Leibovici, 17 ans, le vice-président Moshe Schwartzberg, 16 ans, le PDG Ariel Safanov,16 ans et Elazar Zabari, 16 ans. (Crédit : Ariel Safanov)

Quatre étudiants d’un lycée-yeshiva de la périphérie de Jérusalem, âgés de 16 et 17 ans, ont créé une start-up pour développer un bracelet destiné à empêcher les noyades.

Depuis le début de la saison des baignades à la mi-mars et jusqu’au 6 septembre, les secouristes de Magen David Adom ont pris en charge 201 personnes qui ont été extraites des eaux, en mer ou à la piscine. Sur ces 201 cas, 51 personnes sont décédées, dont 13 enfants. En septembre, une fillette est morte une semaine après avoir failli se noyer dans le nord d’Israël.

« Nous voulons réduire le nombre de personnes qui meurent ou qui se blessent à la plage », a déclaré Moshe Schwartzberg, 16 ans, PDG et co-fondateur de la start-up Enter+. « L’idée est de créer un bracelet qui sera distribué gratuitement sur les plages. Les nageurs les enfileront avant d’entrer dans l’eau. »

Par ordinateur, le maître-nageur sera en mesure de repérer ceux qui sont dans l’eau, d’être alerté si certains nagent trop loin ou s’ils montrent des signes de détresse, notamment respiratoire, qui indiquerait que la personne est en train de se noyer.

Illustration d’une scène de noyade. (Crédit : Toltek/iStock by Getty Images)

« Cela permettra aux maître-nageurs de savoir ce qui se passe, même s’ils ne voient pas la personne », dit-il.

L’équipe a eu cette idée en travaillant au sein du programme entrepreneurial de son lycée, la Yeshivat Amit Nachshon school à Moshav Naham, près de Beit Shemesh, dans le conseil régional de Mateh Yehuda.

Le produit est encore au stade de la conception, ont expliqué les fondateurs dans une interview téléphonique, entre cours et devoirs. Ils savent comment le produit sera conçu et à quelles technologies ils auront recours, mais ils cherchent un investisseur pour leur permettre de concrétiser leur idée.

Parallèlement, ils ont commencé à travailler sur un autre projet à court terme qui est, selon eux, plus facilement réalisable : il s’agit d’un anneau magnétique qui, avec l’aide d’une plaque de métal attaché au dos d’un téléphone portable, aidera les personnes à garder leur téléphone en main sans avoir besoin de le tenir en permanence.

« La main peut rester ouverte, et l’anneau permet d’utiliser le téléphone quotidiennement », a expliqué Schwartzberg.

Les adolescents sont déjà en contact avec un avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle pour breveter l’anneau et, ils espèrent, le bracelet anti-noyade.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...