Des manifestants londoniens accusent les Juifs de « dominer le monde »
Rechercher

Des manifestants londoniens accusent les Juifs de « dominer le monde »

La Grande-Bretagne a vu une hausse record du nombre d'incidents antisémites pour le première moitié de 2019, avec 892 incidents recensés

Des étudiants de yéchivas marchant dans la rue dans la région de Stamford Hill à Londres, le 17 janvier 2015. (Rob Stothard / Getty Images via JTA)
Des étudiants de yéchivas marchant dans la rue dans la région de Stamford Hill à Londres, le 17 janvier 2015. (Rob Stothard / Getty Images via JTA)

Des dizaines de manifestants ont proféré des insultes antisémites à des Juifs de Londres au cours du week-end, les accusant de « prendre le contrôle du monde » et se moquant de « leur grand nez ».

Chaim Hochhauser, un représentant de l’organisation de protection de la communauté Shomrim, a déclaré au Jewish Chronicle, un journal juif, qu’environ 20-30 hommes avaient agressé verbalement des membres de la communauté ultra-orthodoxe dans le quartier londonien de Stamford Hill samedi.

Ce qu’il a qualifié de « prêche » antisémite n’a conduit aucune arrestation, même si la police était présente sur place.

« C’était extrêmement raciste », a dénoncé Hochhauser au Chronicle. « Nous avons reçu un certain nombre d’appels téléphoniques à ce sujet. Des gens ont peur – ils ont peur qu’un pogrom puisse avoir lieu. Il y avait beaucoup de Juifs là-bas. C’était l’après-midi du Shabbat, alors ils sortaient de la [synagogue] ».

« Même des non-Juifs ont été choqués », a-t-il continué. « Il s’agissait de la première fois que quelque chose comme cela se produisait. La communauté est choquée. C’est extrêmement choquant – tout particulièrement parce que cela a eu lieu pendant le Shabbat ».

Les manifestants, qui ont affirmé être des descendants des Israélites bibliques, ont également qualifié la communauté juive locale de goyim, un terme désobligeant désignant les non Juifs.

Le maire du quartier Philip Glanville a ensuite déclaré qu’il était « dégoûté par de telles allégations » et que les employés municipaux locaux « essayaient d’aider comme ils le pouvaient, y compris en utilisant les caméras de surveillance locale ».

Selon le Community Security Trust, le principal groupe de surveillance de l’antisémitisme au Royaume-Uni, la première moitié de 2019 a vu une forte augmentation des incidents ciblant les membres de la communauté juive au Royaume-Uni.

Le groupe a recensé un nombre record d’incidents antisémites sur cette période. Le groupe a dit qu’il s’agissait du plus grand nombre jamais observé sur la période de janvier à juin de n’importe quelle année avec une augmentation de 10 % par rapport aux 810 incidents enregistrés sur la même période en 2018 – qui avait déjà battu un record. Pour l’année 2018, un nombre inégalé de 1 688 incidents antisémites dans le Royaume-Uni a été recensé.

Des membres de la communauté juive manifestent contre l’opposition britannique, le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn, et l’antisémitisme au sein de la formation, devant le Parlement britannique au centre de Londres le 26 mars 2018. (Photo AFP / Tolga AKMEN)

Février et mars ont enregistré les plus hauts niveaux d’antisémitisme pour l’instant cette année. Le CST a attribué ces chiffres à la proéminence des questions liées au scandale d’antisémitisme au Parti travailliste britannique pendant ces mois.

En février, un certain nombre de députés travaillistes ont quitté le Labour pour des accusations d’antisémitisme au sein de ses rangs.

Cet été, le député John Mann, conseiller du gouvernement contre l’antisémitisme, a déclaré que « la communauté juive est la première visée par un risque grave pour toute l’humanité ».

« Quand il s’agit de la lutte contre l’antisémitisme, il n’est pas suffisant de nous tenir aux côtés de la communauté juive, quand les antisémites lancent des pierres de haine, d’aigreur et de méchanceté, a-t-il dit. Nous devons nous placer au-devant des [Juifs] dans ce combat. La communauté juive ne doit pas être la seule à en porter la responsabilité ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...