Des milliers d’ultra-orthodoxes ont manifesté contre l’incorporation dans l’armée
Rechercher

Des milliers d’ultra-orthodoxes ont manifesté contre l’incorporation dans l’armée

Les manifestants accusent aussi le parti Yahadout HaTorah d'avoir accepté le principe de la conscription

Des Juifs ultra-orthodoxes manifestent contre l'incorporation dans l'armée, dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 22 décembre 2015 (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)
Des Juifs ultra-orthodoxes manifestent contre l'incorporation dans l'armée, dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 22 décembre 2015 (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)

Des milliers de Juifs ultra-orthodoxes se sont rassemblés mardi dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem pour manifester contre l’incorporation dans l’armée israélienne et pour exprimer leur opposition à de nouveaux amendements à la loi controversée sur l’égalité du service militaire.

Plusieurs manifestants se sont confrontés à la police, laquelle a réagi avec du gaz lacrymogène, a rapporté le site Walla News.

Fin novembre, la Knesset avait approuvé un amendement à la loi sur l’égalité de service, qui annulait de façon spectaculaire les réformes sur la conscription des Juifs ultra-orthodoxes et les sanctions imposées aux municipalités si les quotas annuels pour les soldats ultra-orthodoxes n’étaient pas atteints.

Mais certains dirigeants ultra-orthodoxes ont dit que les changements ne vont pas assez loin et ont prétendu que le parti Yahadout HaTorah, qui siège maintenant au gouvernement, avait dans les faits accepté le principe de l’incorporation des Haredim en acceptant les amendements.

Dans le cadre de ces amendements, la période de transition avant que la loi n’entre en vigueur a été repoussée de 2017 à 2020, assortie d’une période de transition supplémentaire jusqu’en 2023.

Selon les organisateurs de la manifestations de mardi, la nouvelle version de la loi n’annulera pas les sanctions imposées aux municipalités mais les repousse simplement au delà de l’annee 2023.

Des Juifs ultra-orthodoxes manifestent contre l'incorporation dans l'armée, dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 22 décembre 2015 (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)
Des Juifs ultra-orthodoxes manifestent contre l’incorporation dans l’armée, dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 22 décembre 2015 (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)

La communauté ultra-orthodoxe a toujours bénéficié d’exemptions générales de l’armée pour pouvoir étudier la Torah.

En 1998, la Cour suprême a statué que le ministre de la Défense n’était pas été autorisé à exempter ce qui avait gonflé jusqu’à quelques dizaines de milliers d’étudiants, et a décidé que tout arrangement à la conscription dans l’armée doit être ancré dans la loi et géré par le Parlement israélien.

Suite à la décision de la Cour suprême, la Knesset a adopté la loi Tal comme une loi intérimaire de cinq ans, en vertu de laquelle les étudiants de yeshiva pouvaient bénéficier des reports et exemptions annuelles.

En 2006, la Cour suprême a confirmé la loi controversée, tout en notant qu’elle compromettait l’égalité en Israël. Un an plus tard, la Knesset a étendu la loi Tal de cinq ans, ce qui a incité la Cour suprême à statuer qu’elle était inconstitutionnelle.

L’abrogation de la loi Tal a conduit à la loi sur la conscription de 2014, qui est également en attente d’un recours à la Haute Cour.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...