Des musées de Berlin rendent 11 œuvres aux héritiers d’une collectionneuse juive
Rechercher

Des musées de Berlin rendent 11 œuvres aux héritiers d’une collectionneuse juive

Les œuvres avaient appartenu à Margarete Oppenheim, dont la famille avait été forcée de les vendre à un prix dérisoire aux nazis en 1936

Illustration : Le Musée des Arts Décoratifs de Berlin (Wiki Commons, CC BY 3.0, Andreas Praefcke)
Illustration : Le Musée des Arts Décoratifs de Berlin (Wiki Commons, CC BY 3.0, Andreas Praefcke)

Deux musées de Berlin ont rendu des œuvres aux héritiers d’une collectionneuse juive qui avait été contrainte de les brader pendant la Seconde Guerre mondiale, selon la Fondation du patrimoine culturel prussien.

La fondation a restitué onze œuvres du Musée des Arts décoratifs et de la Skulpturensammlung qui avaient appartenu à Margarete Oppenheim, dont la famille avait été forcée de les vendre à un prix dérisoire aux nationaux-socialistes en 1936.

Margarete Oppenheim, veuve du chimiste et industriel Franz Oppenheim, est décédée en 1935, six ans après son mari. Sa collection a été décrite comme l’une des plus grandes et des plus précieuses d’Allemagne, contenant des œuvres d’impressionnistes et de petites sculptures, ainsi que de la porcelaine, de la majolique, de la faïence et de l’argenterie.

L’Etat a organisé la restitution des œuvres conformément à la Déclaration de Washington, signée il y a 20 ans par 44 pays qui se sont engagés à rechercher des œuvres d’art perdues depuis longtemps et qui se sont retrouvées dans des musées et d’autres collections publiques. L’Allemagne figurait parmi les signataires.

Cinq des onze œuvres rendues aux héritiers d’Oppenheim ont été rachetées par les musées – deux peintures sur des thèmes religieux chrétiens de l’école Donau du XVIe siècle et trois objets en porcelaine du XVIIIe siècle produits par les maisons Meissen et Frankenthal.

La fondation a supervisé la restitution de quelque 350 œuvres d’art et plus de 1 000 livres aux héritiers de Juifs persécutés.

Son président, Hermann Parzinger, a déclaré dans un communiqué qu’il était reconnaissant envers les héritiers pour leur contribution à une « solution juste et équitable » et a ajouté que la fondation restait dédiée à la recherche de la provenance des œuvres dans les musées berlinois.

Imke Gielen, porte-parole du cabinet d’avocats Rowland & Associates, a déclaré que les héritiers appréciaient la procédure de restitution des œuvres de la fondation, ainsi que les « efforts inlassables de la fondation » pour découvrir l’histoire des œuvres de sa collection.

Selon la fondation, Margarete Oppenheim avait ordonné aux exécuteurs de sa succession de mettre aux enchères ses œuvres après sa mort, « au moment le plus approprié », et de réinvestir les fonds dans sa succession. Mais dans la mesure où la vente aux enchères a eu lieu en mai 1936, à une époque où les Juifs étaient persécutés et pressés de céder leurs biens à un prix très bas, la vente aux enchères est considérée comme forcée et donc illégitime, selon la Déclaration de Washington.

Les chercheurs de provenance ont trouvé deux objets supplémentaires que Margarete Oppenheim avait personnellement prêtés aux musées et qui n’avaient jamais été rendus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...