Rechercher

Des néo-nazis accrochent une bannière antisémite au-dessus d’une route au Texas

Le maire juif d'Austin dit avoir "le cœur brisé face à la haine antisémite" après que la Goyim Defense League a suspendu un panneau appelant à "vacciner les Juifs"

Illustration : Les bannières accrochées au-dessus de l'autoroute I-405 de Los Angeles par  Jon Minadeo Jr., de la Ligue de défense des Goyim (Crédit : Siamak Kordestani/Twitter)
Illustration : Les bannières accrochées au-dessus de l'autoroute I-405 de Los Angeles par Jon Minadeo Jr., de la Ligue de défense des Goyim (Crédit : Siamak Kordestani/Twitter)

JTA – Des membres d’un groupe néo-nazi ont accroché dimanche une bannière sur un pont à Austin, au Texas, avec le message « Vax the Jews ».

La bannière a été placée par des membres de la Goyim Defense League, qui est à l’origine d’autres bannières antisémites accrochées dans des lieux publics en Californie.

L’Anti-Defamation League (ADL) qualifie ce groupe de « réseau informel d’individus liés par leur antisémitisme virulent ». Le nom du groupe utilise le mot yiddish « goyim », qui signifie « non-juifs » et qui peut avoir une connotation insultante. Des photos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des membres du groupe debout derrière la bannière faisant le salut nazi.

Le maire d’Austin, Steve Adler, qui est juif, a condamné l’incident dans un tweet. « J’ai le cœur brisé de voir la haine antisémite à Austin, un lieu accueillant et respectueux. La haine, quelle qu’elle soit, n’a pas sa place dans notre ville », a-t-il écrit, en renvoyant au formulaire du site de l’ADL pour signaler les incidents de préjugés ou d’antisémitisme.

La bannière a été accrochée au-dessus de l’autoroute MoPac, dans le quartier ouest de la ville, à quelques rues du centre communautaire juif Shalom Austin et de plusieurs synagogues. L’incident de la banderole est survenu quelques jours après la découverte d’un graffiti raciste et antisémite au lycée Anderson, à environ un kilomètre et demi du centre communautaire juif.

Dans une lettre adressée à la communauté juive dimanche, le centre a indiqué qu’il était en contact avec la police au sujet de l’incident et a prévenu que s’il était probable que le groupe organise d’autres manifestations dans les jours à venir, il était conseillé aux membres de la communauté juive de ne pas entrer en communication avec eux. La lettre précise qu’il ne semble pas y avoir de lien entre les graffitis du lycée et la bannière.

« Le département de police d’Austin [APD] est au courant, a été d’un soutien incroyable et a suivi et observé attentivement la situation », ont écrit les dirigeants du centre de coordination juif.

Une photo d’un membre du groupe haineux frappant du poing un officier de la police d’Austin a également circulé sur les médias sociaux dimanche, ce qui a incité certains à accuser le département de police d’héberger des partisans du groupe antisémite. Joseph Chacon, chef de la police d’Austin, a répondu à cette accusation dans un communiqué.

« Un superviseur est intervenu sur les lieux et a obtenu qu’un manifestant se plie à ses demandes pour que la scène reste sûre. À la fin de la conversation, le superviseur a refusé une poignée de mains et a opté pour une poignée de poings en invoquant les protocoles de sécurité du COVID-19. L’APD reste vigilante dans sa priorité de maintenir la sécurité de la communauté d’Austin et de demander des comptes à ceux qui commettent des crimes », a déclaré Chacon.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...