Des ordures déversées à la porte du ministère des Finances à Jérusalem
Rechercher

Des ordures déversées à la porte du ministère des Finances à Jérusalem

Le maire affirme que Moshe Kahlon détient des fonds destinés à la ville ; les rues dans le quartier du gouvernement bloquées par des tonnes de déchets

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le ministère des Finances à Jérusalem, le 26 novembre 2006. (Crédit : Flash90)
Le ministère des Finances à Jérusalem, le 26 novembre 2006. (Crédit : Flash90)

Les camions à ordures de la ville de Jérusalem ont jeté des tonnes de détritus à l’extérieur du ministère des Finances dans la capitale, dimanche matin, alors que la municipalité soutenait une campagne pour obtenir des centaines de millions de shekels de financement dus par le gouvernement.

Des ordures, également laissées à d’autres endroits du secteur, ont bloqué les routes dans le quartier du gouvernement, la police conseillant aux automobilistes d’utiliser d’autres itinéraires.

Cette action est intervenue quelques heures avant que le cabinet ne tienne sa réunion hebdomadaire à proximité, au bureau du Premier ministre.

Le maire Nir Barkat affirme que la capitale n’a pas reçu le budget qu’elle mérite, car le ministre des Finances, Moshe Kahlon, lui reproche personnellement d’avoir soutenu le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors des dernières élections et non Kahlon.

Kahlon, ancien ministre du parti Likud de Netanyahu, a créé le parti Koulanou pour concurrer le Likud, remportant 10 sièges aux élections de 2015.

Barkat affirme que la vendetta politique ostensible coûte des centaines de millions de shekels à la capitale chaque année.

Le maire accuse également Kahlon de n’avoir pas soutenu au Comité ministériel pour la législation une loi budgétaire qui accorderait une subvention spéciale à Jérusalem, a rapporté Hadashot TV.

La campagne a duré plusieurs semaines sous le slogan « Kahlon décide : Jérusalem ou la politique ».

La municipalité a également publié des clips vidéo sur les médias sociaux accusant Kahlon de retenir le financement et d’ignorer les plaidoyers de Barkat pour débloquer l’argent.

Le maire de Jérusalem Nir Barkat durant un discours à l’inauguration d’une route à Jérusalem, le 7 septembre 2007. (Hadas Parush/Flash90)

Les critiques contre Barkat disent que ces dernières années, il a laissé ses propres aspirations politiques nationales au Likud se faire au détriment de la ville.

Dans un communiqué, le ministère des Finances a rejeté les affirmations de Barkat et a déclaré que Kahlon avait effectivement augmenté le budget de la capitale.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 24 décembre 2017. (Hadas Parush/Flash90)

« Pendant le mandat du ministre des Finances Kahlon, la subvention spéciale accordée à la ville de Jérusalem a été doublée et a atteint une somme record. Pendant notre mandat, Jérusalem a reçu des subventions spéciales pour un montant sans précédent de plus de 3 milliards de shekels (860 millions de dollars). En outre, Kahlon a réduit l’impôt sur les sociétés à Jérusalem afin d’attirer des entreprises et des usines dans la ville. Jérusalem est au-dessus de tous les conflits, et le ministère des Finances continuera à la renforcer tout comme ses habitants comme il l’a fait jusqu’à aujourd’hui. »

Les chiffres publiés par le National Insurance Institute plus tôt ce mois-ci ont révélé que la région la plus pauvre du pays est toujours Jérusalem, où quelque 55 % des enfants vivent sous le seuil de pauvreté (contre 58 % en 2015), suivis du nord et du sud d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...