Des organisations retardent un vote du Congrès sioniste mondial
Rechercher

Des organisations retardent un vote du Congrès sioniste mondial

Plusieurs groupes juifs, dont Hadassah, Naamat, Maccabi, le B'nai B'rith International, l'Organisation des femmes sionistes et Emunah, tentent de retarder un vote controversé

Le siège de l'Agence juive pour Israël à Jérusalem, le 29 novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le siège de l'Agence juive pour Israël à Jérusalem, le 29 novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

JTA – Une coalition d’organisations juives, dont Hadassah et le B’nai B’rith International, a temporairement bloqué le projet de partis orthodoxes et de droite visant à nommer leurs membres à des fonctions de haut rang au sein du Congrès sioniste mondial, du Fonds national juif et d’autres groupes importants qui dépensent chaque année environ un milliard de dollars pour les causes juives internationales.

Selon une information rapportée cette semaine dans les médias israéliens, le Likud et les partis orthodoxes du Congrès sioniste mondial se seraient réservé des postes majeurs au sein de ces groupes, parmi lesquels on retrouve également l’Agence juive pour Israël et le Keren Hayessod.

Mardi, Sheila Katz, directrice générale du Conseil national des femmes juives et membre de la liste Hatikvah du Congrès, a déclaré sur Twitter que des organisations historiques dont Hadassah, Naamat, Maccabi, B’nai B’rith International, l’Organisation internationale des femmes sionistes et Emunah, sont intervenus pour retarder jusqu’à jeudi le vote proposé par la droite concernant le projet visant à renégocier la manière dont les dirigeants seront sélectionnés.

Jusqu’à présent, les postes de haut rang ont été pourvus en consultation avec tous les organes constitutifs, ce qui permet aux groupes progressistes d’avoir leur mot à dire sur les dépenses liées au pluralisme religieux en Israël, aux communautés minoritaires du pays et aux activités d’implantation en Cisjordanie.

La coalition de droite pense avoir une chance de prendre le contrôle exclusif des dépenses du Congrès sioniste mondial après avoir renforcé sa présence à l’issue des élections du Congrès pour la région américaine cette année.

Les groupes de gauche qui ont été privés de leurs droits de vote comprennent les affiliés des partis israéliens de gauche, les mouvements réformateurs et conservateurs, et Hatikvah, une liste d’éminents sionistes progressistes américains.

Ils ont pressé un ensemble de groupes sionistes traditionnels qui participent rarement à la lutte politique partisane de se manifester et de voter pour empêcher la prise de contrôle. La plupart de ces organisations partagent des donateurs et des membres avec les groupes de gauche.

Cette année, le Congrès sioniste mondial se déroule en ligne en raison de la pandémie de coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...