Des pèlerins hassidiques à bord de deux vols interdits d’entrée en Ukraine
Rechercher

Des pèlerins hassidiques à bord de deux vols interdits d’entrée en Ukraine

Un autre groupe, qui a tenté de traverser la frontière de la Biélorussie, a été arrêté, de crainte d'une épidémie de virus si des milliers de personnes se rendent à Ouman

Un groupe de juifs orthodoxes prient autour des lieux saints juifs d'Ouman, en Ukraine, le 21 septembre 2006. (AP/Efrem Lukatsky)
Un groupe de juifs orthodoxes prient autour des lieux saints juifs d'Ouman, en Ukraine, le 21 septembre 2006. (AP/Efrem Lukatsky)

Des hassidim de la communauté Breslev n’ont pas été autorisés à entrer en Ukraine pour le pèlerinage annuel du Nouvel An juif à Ouman.

Les passagers d’au moins deux vols en provenance de Londres et de Paris ont été empêchés d’entrer dans le pays ces derniers jours, selon les médias. Les vols étaient remplis de haredim israéliens et américains. Un autre groupe de fidèles a tenté d’entrer en Ukraine depuis la Biélorussie, mais a été arrêté.

La semaine dernière, l’Ukraine a fermé ses frontières aux étrangers jusqu’au 28 septembre au moins, c’est-à-dire jusqu’à Yom Kippour.

Le gouvernement israélien s’efforce de trouver un moyen de permettre à certains Israéliens de faire le voyage, alors même que le responsable de la gestion du coronavirus en Israël affirme que le pèlerinage ne devrait pas se tenir en temps de pandémie et que les hassidim protestent contre les tentatives du Premier ministre Benjamin Netanyahu de réduire le voyage de cette année.

Chaque année, des dizaines de milliers de pèlerins, principalement en provenance d’Israël, se rassemblent pour le Nouvel An juif à Ouman, où se trouve le lieu de sépulture du Rabbi Nahman, sommité du 12e siècle et fondateur du mouvement hassidique Breslev. Au cours de sa vie, le rabbin appelait ses disciples à se trouver avec lui le jour de Rosh HaShana.

Le rabbin Yaakov Jan, rabbin d’Ouman, a déclaré à Israel Hayom que 2 000 pèlerins étaient déjà arrivés dans la ville, précisant qu’ils portaient des masques et suivaient les règles de distanciation sociale. Il a ajouté que la décision de bannir les pèlerins a conduit au « chaos ».

« Il serait plus sage d’établir des lignes directrices et de laisser les hassidim utiliser leur bon sens », a déclaré le rabbin. « Au lieu de cela, ils ont agi impétueusement et ont tout interdit. Cela fait beaucoup de peine, j’en ai le cœur brisé. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...