Rechercher

Des pendentifs « Shema Yisrael » découverts dans le camp de Sobibor, en Pologne

Selon les chercheurs, l'une des amulettes a été découverte dans un bâtiment où les victimes se déshabillaient avant d'être conduites dans les chambres à gaz

Un pendentif découvert dans le bâtiment où les victimes se déshabillaient avant d'être emmenées dans les chambres à gaz de Sobibor, sur lequel on peut lire : "Au roi fidèle, O Israël, notre Dieu est Un. Que soit béni le nom du roi glorieux pour les siècles des siècles. (Crédit : Yoram Haimi/IAA)
Un pendentif découvert dans le bâtiment où les victimes se déshabillaient avant d'être emmenées dans les chambres à gaz de Sobibor, sur lequel on peut lire : "Au roi fidèle, O Israël, notre Dieu est Un. Que soit béni le nom du roi glorieux pour les siècles des siècles. (Crédit : Yoram Haimi/IAA)

Trois pendentifs portant la prière hébraïque Shema Yisrael (« Écoute, Israël ») ont été découverts dans le camp d’extermination de Sobibor, en Pologne, a annoncé jeudi l’Autorité des antiquités israéliennes (IAA).

Deux des amulettes représentent Moïse tenant les Dix commandements sur leur face opposée.

Les chercheurs ont indiqué que les trois pendentifs, tous différents les uns des autres et fabriqués à la main, provenaient d’Europe de l’Est.

L’une d’elles provient de Lviv, en Ukraine, et les deux autres de Pologne et de République Tchèque.

Les fouilles du site – où environ 250 000 Juifs ont été tués entre 1942 et 1943 – ont duré près de dix ans et ont été dirigées par Wojciech Mazurek (Pologne), Yoram Haimi (IAA) et Ivar Schute (Pays-Bas), avec l’aide de résidents locaux.

« On sait peu de choses sur les histoires derrière les pendentifs, qui sont déchirantes », a déclaré Haimi dans un communiqué.

Musée de Sobibor en Pologne, inauguré en octobre 2020 (avec l’aimable autorisation du Musée d’État de Majdanek)

« Il a été possible d’identifier une sorte de tradition ou de mode parmi les communautés juives d’Europe de l’Est avec des pendentifs qui portaient l’inscription ‘Shema Yisrael’ sur une face et une représentation de Moïse et des tables de la Loi sur la face opposée », a-t-il déclaré.

« Mais étaient-ils distribués dans les synagogues par les communautés juives locales ou peut-être produits pour des commandes individuelles ? Les recherches sur ces pendentifs sont en cours et nous invitons le public à nous fournir des détails les concernant. »

L’un des pendentifs a été découvert dans les vestiges d’un bâtiment où les Juifs étaient déshabillés avant d’être conduits vers les chambres à gaz. Un autre, sur lequel étaient inscrits des chiffres latins, a été mis au jour dans la zone où les victimes étaient déshabillées dans le camp II. Une troisième se trouvait à côté d’une fosse commune.

« L’aspect personnel et humain de la découverte de ces pendentifs fait froid dans le dos », a déclaré Eli Eskozido, directeur de l’IAA. « Ils représentent un fil qui court entre des générations de Juifs – en fait un fil épais, vieux de milliers d’années, de prière et de foi. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...