Rechercher

Des pièces vieilles de 2 200 ans prouvent l’existence du Livre des Maccabées

Le trésor de pièces d'argent témoigne de la persécution sanglante qui a précédé la Grande Révolte de Hanoukka, lorsque les Juifs ont fui dans le désert, comme indiqué dans le livre

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

  • Des pièces d'argent vieilles de 2 200 ans découvertes dans une boîte en bois à l'intérieur d'une grotte de Wadi Murabaat, près de la mer Morte. (Crédit : Shai Halevy/Autorité israélienne des Antiquités)
    Des pièces d'argent vieilles de 2 200 ans découvertes dans une boîte en bois à l'intérieur d'une grotte de Wadi Murabaat, près de la mer Morte. (Crédit : Shai Halevy/Autorité israélienne des Antiquités)
  • La boîte en bois de 2 200 ans et son contenu. (Crédit : Dafna Gazit/Autorité israélienne des Antiquités)
    La boîte en bois de 2 200 ans et son contenu. (Crédit : Dafna Gazit/Autorité israélienne des Antiquités)
  • Dr. Naama Sukenik, directrice du laboratoire des matériaux organiques, soulevant le tissu en laine de la boîte en bois vieille de 2 200 ans découverte à Wadi Murabaat, près de la mer Morte, dans le laboratoire de l'IAA. (Crédit : Yaniv Berman/Autorité israélienne des Antiquités)
    Dr. Naama Sukenik, directrice du laboratoire des matériaux organiques, soulevant le tissu en laine de la boîte en bois vieille de 2 200 ans découverte à Wadi Murabaat, près de la mer Morte, dans le laboratoire de l'IAA. (Crédit : Yaniv Berman/Autorité israélienne des Antiquités)
  • Le groupe examinant la boîte en bois de 2 200 ans découverte à Wadi Murabaat près de la mer Morte pour la première fois, de droite à gauche : Dr. Amir Ganor, Hagay Hamer et Oriah Amichai. (Crédit : Eitan Klein/Autorité israélienne des Antiquités)
    Le groupe examinant la boîte en bois de 2 200 ans découverte à Wadi Murabaat près de la mer Morte pour la première fois, de droite à gauche : Dr. Amir Ganor, Hagay Hamer et Oriah Amichai. (Crédit : Eitan Klein/Autorité israélienne des Antiquités)
  • Wadi Murabaat près de la mer Morte. (Crédit : Emil Aladjam, Autorité des Antiquités d'Israël)
    Wadi Murabaat près de la mer Morte. (Crédit : Emil Aladjam, Autorité des Antiquités d'Israël)

Des archéologues ont découvert une cache de pièces d’argent vieilles de 2 200 ans près de la mer Morte. Selon eux, il s’agit de la première preuve matérielle que les Juifs ont fui dans le désert de Judée pendant les bouleversements et les persécutions qui ont eu lieu sous le règne d’Antiochus IV Épiphane.

Comme le raconte le premier livre des Maccabées 2:29, dans la période précédant la révolte des Maccabées, les Juifs étaient exhortés à tout quitter et à fuir dans le désert. « En ce temps-là, beaucoup de ceux qui recherchaient la droiture et la justice allèrent vivre dans le désert ». Par la suite, alors qu’ils faisaient respecter les lois du Shabbat, ils ont été massacrés par les forces du roi.

Lors de fouilles en mai, une petite boîte en bois, incroyablement bien conservée, contenant 15 pièces de tétradrachme en argent a été découverte dans une grotte de la réserve naturelle du ruisseau de Darga. Ces pièces ont été frappées par Ptolémée VI, roi d’Égypte, et datent de 170 avant notre ère, soit juste avant que le roi séleucide Antiochus IV Épiphane ne commence à prendre des mesures sévères contre la liberté de culte des Juifs.

Selon le Dr. Eitan Klein, de l’Autorité israélienne des Antiquités (IAA), qui a annoncé la découverte mardi, le trésor a été caché par un Juif en fuite, qui est probablement mort dans les violences qui ont précédé la Grande Révolte juive contre les Romains – la révolte des Maccabées.

« Nous avons ici la preuve que les gens fuyaient vraiment », a déclaré Dr. Klein, directeur adjoint de l’unité de prévention des vols de l’IAA, comme cela a été écrit il y a deux mille ans dans le livre des Maccabées.

« En général, lorsque nous trouvons des pièces cachées, elles témoignent d’une guerre. Sinon, les gens ne s’enfuient pas en laissant leurs économies », a déclaré Dr. Klein. Aujourd’hui, les pièces équivalent à environ deux mois de salaire moyen, a-t-il noté. « On ne part pas comme ça en laissant 30 000 shekels dans une grotte. »

Depuis 2017, l’IAA a été le fer de lance d’une enquête ambitieuse sur quelque 500 grottes du désert de Judée – en partie pour rechercher d’autres manuscrits de la mer Morte, en partie pour battre les pilleurs d’objets archéologiques inestimables. La boîte en bois, en excellente état, a été découverte dans l’une des quatre grottes de Murabaat où, quelque 70 ans après les premières fouilles archéologiques menées dans cette grotte de 100 mètres située près de la mer Morte, de nouveaux objets passionnants sont encore mis au jour, notamment des fragments de rouleaux de la Torah et des textiles étonnamment bien préservés.

L’opération est entreprise par l’IAA en coopération avec le fonctionnaire du département d’archéologie de l’Administration civile en Judée et Samarie (COGAT,) et a été financée en partie par les ministère des Affaires de Jérusalem et du Patrimoine.

A LIRE : Des pointes de flèches de l’ère des Maccabées découvertes dans la Tour de David

« Le projet d’enquête et de fouilles mené par l’Autorité israélienne des Antiquités dans le désert de Judée au cours des six dernières années a fait ses preuves, dans la mesure où des milliers d’objets archéologiques ont été sauvés de la destruction et du pillage, notamment des parties de rouleaux de la Torah, des pointes de flèches datant de la révolte de Bar Kochba, un panier vieux de 10 500 ans, et bien d’autres choses encore », a déclaré Amir Ganor, directeur des fouilles de l’IAA.

La boîte en bois de 2 200 ans et son contenu. (Crédit : Dafna Gazit/Autorité israélienne des Antiquités)

La boîte en bois ronde récemment découverte semble presque fraîche, sortie de l’appareil antique qui l’aurait fabriquée. À l’intérieur, se trouvaient les 15 pièces d’argent, ainsi qu’un morceau de tissu teint en violet et de la bourre de laine. Le climat sec du désert, combiné à l’atmosphère protégée de la grotte, a préservé ces matériaux organiques en excellent état, a déclaré Dr. Naama Sukenik, directrice du laboratoire des matériaux organiques de l’IAA, au Times of Israel.

Sukenik a précisé que son équipe n’en était encore qu’au stade préliminaire des recherches et qu’elle ne savait pas encore quel type de bois avait servi à créer cette magnifique boîte tubulaire. Elle attend également de voir quel type de teinture a été utilisé pour le tissu violet – des plantes ou une teinture royale luxueuse à base de bave d’escargot.

« Il existe peu d’artefacts semblables à cette boîte en bois », a-t-elle dit. « Et il ne fait aucun doute que cette découverte est unique, principalement en raison de l’histoire complexe qu’elle nous raconte sur l’enfouissement d’un coffre-fort il y a 2 200 ans », a déclaré Dr. Sukenik.

Dr. Naama Sukenik, directrice du laboratoire des matériaux organiques, soulevant le tissu en laine de la boîte en bois vieille de 2 200 ans découverte à Wadi Murabaat, près de la mer Morte, dans le laboratoire de l’IAA. (Crédit : Yaniv Berman/Autorité israélienne des Antiquités)

La datation des pièces de monnaie pourrait servir à ancrer les artefacts dans la description émouvante du premier livre des Maccabées 2:29, dans laquelle Mattathias, futur initiateur de la révolte des Maccabées, appelle les Juifs à quitter leur vie de persécution et à vivre dans le désert – ou eremos, un terme grec désignant un endroit désert d’hommes ou d’animaux. Accessoirement, dans le deuxième livre des Maccabées, nous trouvons le plus ancien texte grec à utiliser le mot « judaïsme », selon l’universitaire Malka Z. Simkovich.

Des pièces d’argent vieilles de 2 200 ans découvertes dans une boîte en bois à l’intérieur d’une grotte de Wadi Murabaat, près de la mer Morte. (Crédit : Shai Halevy/Autorité israélienne des Antiquités)

Les tétradrachmes d’argent ont été frappées par Ptolémée VI, roi d’Égypte, qui régnait en même temps que son oncle, Antiochus IV Épiphane (souvent appelé  » le Méchant « ), qui régnait sur le royaume séleucide. Entre 270 et 168 avant notre ère, les Séleucides et les Ptoléméens se sont livrés aux six guerres de Syrie. Après la quatrième guerre, le territoire de la Judée a été conquis par Antiochus III, lors de la bataille de Panéion en 200 avant notre ère. Selon l’IAA, les trois pièces les plus anciennes du trésor ont été frappées en 176/5 avant notre ère. La dernière pièce date de 171/0 avant notre ère. Curieusement, le nom « Shalmai » était incisé en araméen sur l’une des pièces.

« Il est impossible de savoir d’où la personne s’est enfuie. De quelque part en Judée, peut-être de Jérusalem. Chaque fois qu’il y avait une guerre ou un événement traumatisant, les gens fuyaient dans le désert et se cachaient dans des grottes, qui étaient leurs ‘lieux sûrs’. Ils quittaient leur maison et n’emportaient que leurs objets importants », a déclaré le Dr. Klein au Times of Israel.

Dr. Eitan Klein, directeur adjoint de l’unité de prévention des vols de l’Autorité israélienne des Antiquités. (Crédit : Yoli Schwartz/Autorité israélienne des Antiquités)

Les grottes de Murabaat ont servi de refuge pendant des millénaires. « Situées à Nahal Darga, l’implantation juive la plus proche à l’époque des Maccabées était à un ou deux jours de marche », a déclaré Dr. Klein.

À cette époque, les grottes étaient très difficiles à atteindre, ce qui montre également le désespoir de l’individu, a déclaré Dr. Klein. « Aujourd’hui, on peut prendre une jeep. À cette époque, il y avait un chemin vers la mer Morte, mais il était flanqué de nombreuses tribus inamicales et il était dangereux de marcher au milieu du désert. »

Wadi Murabaat près de la mer Morte. (Crédit : Emil Aladjam/Autorité israélienne des Antiquités)

Mais les partisans présumés des Hasmonéens ne sont pas les seuls rebelles à avoir utilisé ces grottes. Au début des années 1950, le prêtre archéologue français Roland de Vaux a découvert une cachette de lettres dans une grotte, dont l’une a été écrite par le chef de la révolte de Bar Kochba de 132-136 de notre ère, Simon ben Kosebah lui-même.

Dr. Klein a déclaré qu’en dépit des fouilles antérieures, les grottes offrent toujours un énorme potentiel pour d’autres fouilles et que les travaux s’y poursuivront. « Nous vérifions s’il y a de nouvelles choses à découvrir et nous en trouvons beaucoup », a-t-il déclaré. « Nous avons beaucoup d’autres grottes à examiner, mais nous concentrons nos efforts sur les endroits qui ont le plus de potentiel. »

L’équipe examinant la boîte en bois de 2 200 ans découverte à Wadi Murabaat près de la mer Morte pour la première fois, de droite à gauche : Dr. Amir Ganor, Hagay Hamer et Oriah Amichai. (Crédit : Eitan Klein/Autorité israélienne des Antiquités)

Et par « potentiel », Eitan Klein ne fait pas seulement référence aux artefacts eux-mêmes, mais plutôt à la capacité de réaliser des fouilles archéologiques bien documentées.

Comme il l’a fait remarquer, ce ne sont pas les seules tétradrachmes d’argent frappées par Ptolémée VI que l’on peut trouver en Israël aujourd’hui.

« Nous avons trouvé sur le marché des antiquités des pièces de cette période, provenant de pillards. Mais maintenant, pour la première fois en Terre d’Israël, nous avons trouvé un trésor dans une fouille scientifique. Et donc, les pièces peuvent nous raconter une histoire », a déclaré Dr. Klein.

Amir Ganor, directeur du projet d’excavation des grottes de Murabaat, examinant la boîte vieille de 2 200 ans. (Crédit : Yoli Schwartz/Autorité des antiquités israéliennes)

L’IAA invite le public âgé de plus de 18 ans à visiter les grottes du 20 au 28 décembre. (Consultez Facebook pour plus de détails.) Le trésor de pièces sera exposé au musée hasmonéen de Modiin, dans le cadre de la « Semaine du patrimoine israélien » qui se déroule pendant Hanoukka.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.