Des prospectus antisémites distribués dans une ville du Montana
Rechercher

Des prospectus antisémites distribués dans une ville du Montana

L'un des prospectus est associé au groupe de haine The Brother Nathanael Foundation

Livingston, Montana, le 30 mars 2020, sous confinement, où des tracts antisémites ont été découverts. (Crédit : William Campbell-Corbis via Getty Images via JTA)
Livingston, Montana, le 30 mars 2020, sous confinement, où des tracts antisémites ont été découverts. (Crédit : William Campbell-Corbis via Getty Images via JTA)

Deux prospectus décrits par les médias locaux comme étant antisémites ont été déposés devant des maisons et sur des voitures de la ville de Livingston, dans l’État du Montana.

L’un des prospectus découvert mercredi matin dans la petite ville du sud-ouest du Montana indiquait : « Avec les Juifs, on perd », et présentait un graphique représentant une baisse de la « valeur du dollar de la réserve fédérale en dollars de 1913 », selon le Livingstone Enterprise.

Le document mentionnait le site d’un groupe appelé The Brother Nathanael Foundation, basé à Priest River, dans l’Idaho, et classé comme groupe de « haine généralisée » par le Southern Poverty Law Center, un organisme dédié à la surveillance des groupes américains défendant une idéologie haineuse et d’exclusion.

Un second tract comprenait une photo de John F. Kennedy et une citation antisémite attribuée à tort au président assassiné. Les documents mentionnaient également Israël, la réserve fédérale et le renvoi de sociétés secrètes et sionistes hors du pays, selon une déclaration de Dale Johnson, chef de la police de Livingstone, à l’Enterprise.

Au moins l’une des personnes ayant trouvé un prospectus devant sa maison était juive, selon le journal. Quelques dizaines de Juifs habitent à Livingstone, qui compte 7 000 habitants.

Ces prospectus ont été déposés alors que le Montana fait l’objet d’un ordre de confinement en raison de la pandémie de coronavirus. Les responsables qui surveillent l’antisémitisme disent que les graffitis et le vandalisme n’ont pas augmenté pendant la pandémie, mais que ces incidents peuvent avoir un impact plus profond sur les communautés locales à un moment où les gens sont déjà angoissés et isolés. Cependant, ils craignent que durant ce confinement, les suprémacistes blancs ne s’organisent en ligne et que leurs activités antisémites se développent.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...