Rechercher

Des secouristes israéliens soignent des Ukrainiens à la frontière moldave

United Hatzalah, premiers intervenants étrangers à atteindre la frontière, pratique des opérations chirurgicales, des échographies et soignent des milliers de personnes

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Le personnel médical de United Hatzalah sur le terrain en Moldavie, le 28 février 2022. (Crédit : autorisation United Hatzalah)
Le personnel médical de United Hatzalah sur le terrain en Moldavie, le 28 février 2022. (Crédit : autorisation United Hatzalah)

Une équipe médicale israélienne présente à la frontière entre l’Ukraine et la Moldavie a déclaré que des dizaines de milliers de réfugiés franchissaient la frontière et nécessitaient un soutien médical et psychologique suite à leur parcours éprouvant vers un lieu sûr.

L’équipe, de l’organisation d’intervention d’urgence United Hatzalah, a commencé à prendre en charge les personnes sur le terrain lundi après leur arrivée la nuit précédente.

Les secouristes israéliens ont été la première équipe médicale étrangère à atteindre la frontière moldave et ont installé un poste de commandement dans une synagogue de la capitale, Chisinau.

De nombreux Ukrainiens ont mis plusieurs jours pour atteindre la frontière, se protégeant des tirs de missiles et luttant contre le froid et le manque de nourriture.

Linor Attias, une des secouristes de l’équipe, a déclaré à propos des réfugiés : « Ils ont l’impression d’avoir tout perdu, et c’est le cas. C’est la réalité.

« Beaucoup, beaucoup de gens traversent cette frontière. Beaucoup arrivent sans rien. La plupart d’entre eux sont des femmes avec des enfants, et des grands-mères, des personnes âgées, parce que les hommes ne sont pas autorisés à partir », a-t-elle ajouté.

« Ils arrivent en ayant très, très faim. Ils nous ont dit qu’il n’y avait pas de magasins d’alimentation ouverts sur la route. Ils n’avaient pas pris assez de nourriture pour le voyage jusqu’à la frontière, car ils pensaient que cela ne prendrait que quelques heures de route, mais cela leur a pris plusieurs jours », a-t-elle ajouté.

La plupart des Ukrainiens qui fuient les combats se déplacent vers d’autres régions d’Ukraine ou vers la Pologne, mais la Moldavie accueille environ 70 000 personnes par jour et s’attend à voir arriver environ un million de réfugiés. Le pays n’était pas préparé à la crise, mais des écoles, un campus universitaire et d’autres lieux ont été ouverts pour accueillir les réfugiés.

« La Moldavie est un pays tranquille. Elle n’a pas de conflits, elle ne fait pas partie de l’Union européenne, elle n’appartient à personne », a déclaré Attias. « Elle n’a pas les ressources nécessaires pour accueillir ces milliers de réfugiés, mais le pays leur a quand même ouvert son cœur et sa terre. »

Le personnel médical de United Hatzalah sur le terrain en Moldavie, le 28 février 2022. (Crédit : autorisation United Hatzalah)

De nombreuses femmes arrivent à pied avec des enfants après avoir dû laisser derrière elles leurs maris et leurs véhicules. Elles sont effrayées et ne savent pas quoi faire une fois la frontière franchie, de plus elles sont inquiètes pour ceux qu’elles ont laissés derrière elles. Selon Attias, l’équipe fait de son mieux pour aborder et parler aux réfugiés dans les « heures critiques » qui suivent le passage de la frontière afin de les rassurer sur leur sécurité et de leur fournir des produits de première nécessité, notamment des couvertures, de la nourriture et un abri.

L’équipe prodigue des soins médicaux nécessaires, principalement liés à l’épuisement, au froid et à la faim, et soigne certaines blessures. L’hypothermie pourrait devenir un problème majeur avec la baisse des températures et les chutes de neige prévues pour les jours à venir. En outre, plusieurs femmes enceintes sont arrivées avec des complications.

L’équipe de 12 personnes comprend des ambulanciers, des secouristes, des médecins, un dentiste et des membres de l’unité de réponse aux psycho-traumatismes et aux crises d’Hatzalah. Trente autres personnes sont en stand-by pour se joindre à la mission.

L’équipe de Hatzalah a accueilli de nombreux Israéliens, qui sont sains et saufs mais qui ont du mal à trouver un moyen de transport entre la Moldavie et Israël. Lundi, un Israélien a été tué par erreur par les forces ukrainiennes alors qu’il tentait de fuir vers la Moldavie. L’équipe de Hatzalah a également soigné un Palestinien de Gaza et un Jordanien, a indiqué Attias.

« Nous l’avons fait avec amour et joie, car nous avons pu aider une personne, un être humain, peu importe ses origines », a-t-elle déclaré.

L’équipe de Hatzalah est formée au traitement des traumatismes psychologiques et à la prise en charge des personnes qui ont du mal à surmonter leurs pertes. Attias a raconté qu’elle a rencontré un homme qui tenait un sac de sable et ne voulait pas le lâcher. Il lui a dit que sa maison avait été détruite par une explosion et que le sac était un débris qu’il avait ramassé dans les décombres.

Des réfugiés arrivant au poste frontière de Medyka après avoir fui l’Ukraine, en Pologne, le lundi 28 février 2022. (Crédit : Visar Kryeziu /AP Photo)

« J’essaie de faire en sorte qu’ils vivent leur situation. Je ne leur dis pas : ‘Ne vous inquiétez pas, tout ira mieux' » a déclaré M. Attias. Les arrivants doivent « comprendre que ‘Maintenant, je suis en sécurité. Je ne suis pas blessé, mon corps va bien, je peux tout faire, je peux penser, je peux recevoir de l’aide' ».

L’équipe de Hatzalah a pris l’avion d’Israël à Bucarest, en Roumanie, puis a pris un minibus pour les qui les a emmenés en Moldavie. Les membres de l’équipe se sont entassés dans le véhicule avec leur matériel pour un trajet de 12 heures. En Moldavie, ils ont été accueillis par la communauté juive et ont participé à une cérémonie de mariage dès le dimanche soir.

A leur arrivée, ils ont ouvert un hôpital de campagne et une clinique, d’où ils ont pu opérer une femme dont l’orteil s’était infecté pendant la longue marche vers la frontière. Ils sont connectés par des équipements technologiques au personnel en Israël, qui supervise l’équipe à la frontière, répond aux appels téléphoniques des réfugiés en plusieurs langues et analyse les examens et les tests effectués par l’équipe sur le terrain.

Ils ont procédé à deux échographies de femmes enceintes avec Sheba Beyond, un système « d’hôpital virtuel » qui les relie à l’hôpital Sheba de Ramat Gan. Le personnel hospitalier en Israël peut ainsi examiner les examens et les tests sanguins effectués en Moldavie et conseiller des traitements.

« Une des femmes enceinte à qui nous avons fait passer une échographie pour voir si son bébé allait bien, était très inquiète car elle ne sentait pas son cœur battre, elle ne sentait pas de mouvement « , a raconté Attias.  » Le bébé était parfait. On a vu des mouvements, on a vu son cœur battre, tout allait bien. Elle était juste tellement fatiguée qu’elle ne sentait plus rien. »

Le Dr Zev Neuwirth, un médecin de Miami qui fait partie de l’équipe Hatzalah, a déclaré qu’ils s’occupaient d’abord des besoins médicaux aigus, puis des maladies chroniques, car de nombreuses personnes ont fui sans leurs médicaments.

Des étudiants rassemblés autour d’un feu de camp pour se réchauffer au poste frontière de Medyka après avoir fui l’Ukraine, en Pologne, le 28 février 2022. (Crédit : Visar Kryeziu /AP Photo)

Viennent ensuite la prise en charge psychologique et les « affaires civiles », comme la nourriture et l’hygiène.

Parfois, les soins ne sont « rien de plus qu’un câlin, une couverture, une petite poupée, des bonbons », a déclaré Neuwirth, qui est spécialiste en médecine interne et a servi comme médecin de la marine américaine.

L’équipe collabore avec certaines équipes et agences moldaves locales qui ont accueilli les secouristes de Hatzalah « à bras ouverts ». Une équipe est en attente en Israël au cas où du personnel supplémentaire serait nécessaire, a-t-il ajouté.

« Pour aller de l’avant, il faut constamment réévaluer la situation car elle est très changeante », a-t-il dit.  » Au cas où des obstacles se présenteraient, le personnel est exceptionnellement compétent. Ce n’est malheureusement pas leur premier rodéo. »

L’ONU a estimé lundi que plus de 520 000 personnes ont déjà fui l’Ukraine depuis le début de l’invasion, dont 280 000 en Pologne. Le chiffre total pourrait atteindre 4 millions de personnes dans les semaines à venir, a indiqué l’ONU.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...