Israël en guerre - Jour 55

Rechercher

L’armée dément que des soldats ont été victimes de tirs près de Ramallah

Selon les premières informations, l'armée avait lancé une chasse à l'homme pour les tireurs présumées, mais n'a trouvé aucune trace de tir sur place

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Des soldats à un poste de contrôle près de la ville de Hebron en Cisjordanie, le 2 juillet 2016. (Crédit : Wisam Hashlamoun / Flash90)
Des soldats à un poste de contrôle près de la ville de Hebron en Cisjordanie, le 2 juillet 2016. (Crédit : Wisam Hashlamoun / Flash90)

L’armée a rétracté vendredi que des soldats aient été victime de tirs lors d’une attaque à l’extérieur de Ramallah.

Les premières informations annonçaient que des suspects étaient passés en voiture devant un poste de contrôle de l’armée près de la ville du centre de la Cisjordanie et avaient soudainement ouvert le feu.

L’armée avait initialement annoncé avoir lancé une chasse à l’homme pour retrouver les auteurs du tir.

Moins d’une heure après, l’armée a publié un nouveau communiqué indiquant que ses premières déclarations étaient « fausses ». Il n’aurait été trouvé aucune trace de balle sur place.

Il n’a pas été précisé d’où provenaient les premières informations.

L’armée est en état d’alerte en Cisjordanie en raison de la grève de la faim des prisonniers sécuritaires palestiniens qui a provoqué des manifestations violentes et et qui fait craindre une augmentation des attaques contre le personnel militaire et les civils israéliens.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.