Des start-up israéliennes ont levé la somme record de 8,3 MDS $ en 2019
Rechercher

Des start-up israéliennes ont levé la somme record de 8,3 MDS $ en 2019

Pour la période de 2010-2019, les entreprises israéliennes du secteur technologique ont levé un total de 39,1 milliards de dollars

Illustration : une poignée de main. (Crédit : MangoStar Studio, iStock by Getty Images)
Illustration : une poignée de main. (Crédit : MangoStar Studio, iStock by Getty Images)

Les entreprises israéliennes du secteur technologique ont levé la somme record de 8,3 milliards de dollars en 2019, une hausse de 30 % par rapport à 2018, dans 522 accords d’investissement, selon un rapport de l’IVC Research Center et du cabinet juridique Zag-S&W.

Sur la période de 2010-2019, les entreprises israéliennes du secteur technologique ont levé un total de 39,1 milliards de dollars, explique le rapport.

En 2018, les entreprises israéliennes du secteur technologique ont collecté 6,35 milliards de dollars dans 532 accords. En 2010, elles avaient levé 2,1 milliards de dollars dans 319 accords, selon les chiffres de l’IVC.

Les accords avec des fonds de capitaux à risque ont atteint un niveau record de 6,4 milliards de dollars en 2019, à comparer aux 4,75 milliards de dollars en 2018 et à 1,13 milliard de dollars en 2010.

Les accords avec des fonds de capitaux à risque représentaient 60 % du volume total des accords en 2019. Le volume en dollars des accords avec des fonds de capitaux à risque représentait 77 % du volume total levé en 2019.

« 2019 a marqué une année record, concluant une décennie de hausses successives du capital investi dans l’industrie israélienne de haute technologie », a déclaré Shmulik Zysman, partenaire de gestion et responsable d’industrie technologique chez Zysman, Aharon, Gayer & Co. (ZAG-S&W) dans un communiqué.

L’augmentation des chiffres s’explique en partie par l’augmentation du capital étranger investi dans l’industrie technologique israélienne. Les investissements vont dans une grande variété de secteurs, allant des logiciels, internet, jusque dans les sciences de la vie et les semi-conducteurs.

Pourtant, on observe avec inquiétude que les fonds de capitaux à risque ont de plus en plus tendance à investir dans des entreprises déjà solidement établies, en délaissant ainsi les entreprises en phase de démarrage. Ce phénomène a commencé à se sentir en 2017, mais il a vraiment constitué une tendance en 2019, a déclaré Zysman.

En 2019, le capital total investi dans des entreprises en phase de démarrage a diminué à 148 millions de dollars. Il représentait 169 millions de dollars en 2018 et 184 millions de dollars en 2017.

En 2019, les accords avec des entreprises déjà établies ont continué d’attirer de plus grands volumes de capitaux, rassemblant 2,88 milliards de dollars à comparer à 1,91 milliard de dollars en 2018

Les « méga » accords d’investissement, qui dépassent les 50 millions de dollars, ont atteint des sommets en 2019 avec 41 accords représentant 50 % de l’investissement annuel en capital. Toutes les entreprises qui ont chacune levé plus de 100 millions de dollars – 20 accords en tout pour 2019 – concernaient principalement le secteur informatique.

L’augmentation constante des montants investis dans les start-ups déjà développés s’explique notamment par l’arrivée de nouveaux investisseurs, comme des fonds d’investissements privés étrangers et israéliens, a déclaré Guy Holzman, PDG d’IVC, dans le communiqué.

Le secteur des logiciels arrive toujours en tête dans la levée de capitaux en 2019, atteignant les 4,4 milliards de dollars, une augmentation de presque 50 % en comparaison avec 2018. Vingt-six accords, chacun dépassant les 50 millions de dollars, ont représenté 58 % du montant total levé dans le secteur informatique l’année dernière.

L’intérêt pour les start-ups spécialisées dans les technologies d’intelligence artificielle est monté en flèche : les entreprises de l’IA ont levé 3,7 milliards de dollars dans 199 accords en 2019. Dix-huit accords, dépassant chacun les 50 millions de dollars, ont représenté 55 % du montant global.

En 2018, les entreprises de l’IA avaient levé 2,03 milliards de dollars dans 166 accords alors qu’en 2012, année des dernières données disponibles dans le rapport, elles ont levé 170 millions de dollars avec 33 accords.

Les entreprises de la sécurité informatique ont collecté 1,88 milliard de dollars, en hausse par rapport à 1,02 milliard de dollars en 2018. De leur côté, les entreprises de technologies financières ont attiré 1,7 milliard de dollars en 2019, en hausse par rapport aux 800 millions de dollars en 2018.

En 2019, les entreprises spécialisées dans les sciences de la vie ont collecté 1,37 milliard de dollars dans 121 accords, à comparer à 1,18 milliard de dollars dans 102 accords en 2018.

Observant les perspectives futures pour 2020, les auteurs du rapport ont déclaré que « sauf en cas de modifications exceptionnelles du climat macro-économique, le marché privé israélien continuera à attirer des investisseurs » et le « capital investi dans des grandes entreprises déjà établies continuera d’augmenter ».

Le nombre investissements dans des entreprises en phase de démarrage devrait continuer à ralentir, alors que les entreprises de l’IA et de la sécurité informatique continueront à être des secteurs dynamiques pour les investisseurs.

Plusieurs start-ups israéliennes ont été introduites en bourse en 2019 et, selon les prévisions, il y aura encore plus d’entreprises à tenter l’aventure de l’introduction en bourse en 2020, ont déclaré les auteurs du rapport.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...