Désarmée, la Turquie à la merci des crises environnementales
Rechercher
49,1°C à Cizre en juillet

Désarmée, la Turquie à la merci des crises environnementales

La Turquie est l'un des six pays qui n'ont pas approuvé formellement l'accord de Paris de 2015

La Turquie est envahie par de la morve de mer (Crédit : capture d'écran YouTube)
La Turquie est envahie par de la morve de mer (Crédit : capture d'écran YouTube)

Invasion de « morve de mer », sécheresse et feux de forêt meurtriers : la Turquie subit de plein fouet cette année les conséquences du réchauffement climatique, un casse-tête pour le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan accusé d’impréparation.

Pour les experts, ce pays au relief et au climat variés risque d’être régulièrement confronté à des épisodes climatiques extrêmes et multiformes s’il ne prend pas des mesures radicales dès aujourd’hui.

La question est aussi très politique. Les sondages montrent que les sept millions de Turcs qui pourront voter pour la première fois lors des prochaines élections en 2023 sont de plus en plus sensibles aux questions environnementales.

Signe de l’urgence, les calamités provoquées ou aggravées selon les experts par le réchauffement climatique se sont multipliées ces derniers mois.

De violents incendies dans le sud du pays ont fait huit morts et cruellement mis en lumière l’insuffisance des moyens de lutte aérienne contre les feux, suscitant une vague d’indignation.

Cette crise a éclaté alors que le littoral occidental de la Turquie se remettait à peine de la prolifération sans précédent de mucilage, une substance visqueuse surnommée « morve de mer » qui a plongé les secteurs de la pêche et du tourisme dans la crise.

Plus tôt cette année, le nord-est de la Turquie avait été endeuillé par des inondations soudaines. Et dans le sud, de gigantesques trous sont subitement apparus dans le sol, conséquence de la sécheresse.

Face à ces crises, les défenseurs de l’environnement appellent à un sursaut et fixent comme priorité la ratification de l’accord de Paris de 2015 sur le climat.

« C’est la première étape. Nous devons prendre part à la lutte mondiale contre le changement climatique », exhorte Emine Ozkan, porte-parole du Parti des Verts en Turquie. « Il n’y a plus de temps à perdre. »

La Turquie est l’un des six pays qui n’ont pas approuvé formellement ce traité, malgré une prise de conscience croissante dans le monde des dangers liés au réchauffement.

Un nouveau rapport des experts climat de l’ONU (Giec), dévoilé lundi, montre ainsi que le climat change plus vite que prévu.

Mais la Turquie soutient que l’Accord de Paris la classe injustement dans la catégorie des pays « développés » au lieu de celle des pays « en développement » qui ouvre la voie à des aides financières.

L’Agence internationale de l’énergie a bien salué cette année les efforts de la Turquie pour développer l’énergie renouvelable, les qualifiant d' »impressionnants ».

Mais les défenseurs de l’environnement s’alarment de la volonté d’Ankara de renforcer sa production énergétique à base de charbon, alors qu’il projette officiellement de réduire de 21 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

« Je ne vois pas la Turquie porter de plan détaillé et global pour affronter » le réchauffement climatique, souligne Gökçe Sencan, chercheuse en politique environnementale.

Climate Action Tracker, un groupe de réflexion qui analyse les plans de réduction des gaz à effet de serre des différents pays, estime que les efforts fournis par la Turquie pour réduire ses émissions sont « extrêmement insuffisants ».

La sécheresse s’impose comme le principal risque climatique pour la Turquie, qui a enregistré en juillet un record de température depuis 1961, avec 49,1°C à Cizre (sud-est).

Pour les experts, les épisodes de plus en plus fréquents de sécheresse risquent, en plus de poser des problèmes pour l’agriculture, de renforcer les tensions liées au partage des eaux des fleuves Tigre et Euphrate entre la Turquie et ses voisins, l’Irak et la Syrie.

Située en amont, la Turquie a construit plusieurs barrages sur ces cours d’eau essentiels à l’économie des trois pays, et Bagdad proteste déjà épisodiquement auprès d’Ankara contre le débit trop faible à son goût du Tigre.

« Si nous n’avons plus assez d’eau, ils n’auront plus assez d’eau non plus et cela se transformera en problème de relations internationales », relève Levent Kurnaz, directeur du centre d’études sur la politique environnementale à l’Université Bogazici à Istanbul.

Pour M. Kurnaz, il est temps pour les autorités de tirer des leçons des catastrophes à répétition.

« Si on n’apprend rien et que quelque chose de plus grave encore survient, alors on ne sera pas plus préparé », dit-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...