Détournement massif à la bourse du diamant d’Israël
Rechercher

Détournement massif à la bourse du diamant d’Israël

Des dizaines de millions de dollars manqueraient après les non paiements d’un marchand ; plusieurs compagnies risquent la faillite

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

La bourse du diamant d'Israël, à Ramat Gan, dans le centre du pays, le 14 janvier 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
La bourse du diamant d'Israël, à Ramat Gan, dans le centre du pays, le 14 janvier 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Un marchand israélien de diamants bien connu aurait détourné des bijoux valant des dizaines de millions de dollars, et la police suspecte que certains membres de sa famille puissent être impliqués.

Hanan Abramovich a été arrêté mardi parce qu’il devrait de l’argent et des diamants à des marchands et des membres de la bourse du diamant d’Israël, située à Ramat Gan, dans le centre du pays.

L’unité anti-fraude de la police de la région de Tel Aviv enquête sur l’affaire, a annoncé la Deuxième chaîne.

Abramovich a été emmené mercredi devant un tribunal pour une audience consacrée à l’examen d’une détention provisoire, et certains membres de sa famille devaient être interrogés.

Abramovich aurait pris des biens d’une valeur de 60 à 65 millions de dollars à 12 compagnies importantes de diamants sans les payer ni les rendre. En raison des énormes montants impliqués, certaines compagnies pourraient être forcées à faire faillite, selon le reportage télévisé.

« Nous parlons d’une déception importante par un homme qui a prévu [son coup] longtemps à l’avance », a déclaré Eli Avidar, directeur général de la bourse du diamant d’Israël. « Il a tiré parti du code éthique des membres de la bourse. »

« Hanan Abramovich est un escroc, et heureusement il n’y en a pas beaucoup comme lui, a continué Avidar. C’est la première fois de notre histoire qu’il y a un détournement à cette échelle. Vous ne pouvez faire disparaître la somme phénoménale de dizaines de millions de dollars sans laisser de trace. Nous sommes certains que l’homme a caché les diamants et l’argent, et la police les trouvera rapidement et facilement. »

Avidar a déclaré que des suspicions de détournement ont été soulevées il y a quelques mois quand Abramovich n’a pas fait certains paiements.

« Nous ne le savions pas mais des créditeurs avaient ouvert un dialogue avec lui et il les a bercés de fausses espérances pendant plusieurs mois, a-t-il expliqué. Quand il n’est pas venu hier à la réunion d’arbitrage, il est devenu clair qu’il s’agissait de détournement. »

Avidar a souligné le processus rigoureux pour devenir membre de la bourse, qui demande aux candidats d’avoir travaillé dans le marché du diamant pendant huit ans et de passer plusieurs tests au détecteur de mensonges, ainsi que de subir une évaluation de leur passé pour s’assurer qu’il n’y a pas d’historique de détournement ou de vol. « Quiconque ne passe pas le polygraphe ne peut être accepté comme membre de la bourse. »

Mardi, l’administration de la bourse a annoncé qu’elle avait commencé à vérifier les ventes d’Abramovich après une plainte contre la compagnie qu’il possède, qui devrait des paiements de dizaines de millions de dollars à des marchands.

Après nombre de réunions d’arbitrage interne, la plainte a été transmise au département juridique de la bourse, qui a ensuite demandé à la police d’ouvrir une enquête criminelle.

Des affiches placées sur les murs de la bourse avec une photo d’Abramovich appelaient « quiconque doit de l’argent et/ou des ventes au membre de la bourse Hanan Abramovich, ou quiconque à qui le mentionné doit de l’argent et/ou des ventes doit se signaler immédiatement au département juridique. »

Les affiches disaient aussi qu’Abramovich avait été banni du marché de vente de la bourse pour 14 jours, jusqu’à ce que la direction étudie plus en avant le sujet.

L’avocat d’Abramovich, Adi Carmeli, a déclaré à la Deuxième chaîne que « mon client a agi dans le cadre des pratiques commerciales régulières et nie tout lien à des activités illégales. Une simple enquête validera cela. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...