Disparition de Charlotte Wardi, témoin au procès Barbie et professeure à Haïfa
Rechercher

Disparition de Charlotte Wardi, témoin au procès Barbie et professeure à Haïfa

Arrêtée le 21 juin 1944, elle a été envoyée à Auschwitz sur ordre de Klaus Barbie. Elle témoignera à son procès à Lyon en 1987

Charlotte Wardi (Crédit : capture d'écran Akadem)
Charlotte Wardi (Crédit : capture d'écran Akadem)

Rescapée, professeure et témoin au procès Barbie en 1987, Charlotte Wardi née Fass s’est éteinte à l’âge de 90 ans.

Née dans la ville allemande de Cologne le 21 septembre 1928, Charlotte Wardi avait 5 mois quand elle arrive en France avec ses parents, eux-mêmes originaires de Pologne et d’Autriche-Hongrie, rappellent les archives en ligne des femmes juives.

L’Occupation contraint sa famille à se retirer de Lille et à migrer en zone non-occupée. Mais en juin 1944, Charlotte, sa mère et son oncle sont arrêtés et déportés à Auschwitz-Birkenau sur ordre de Klaus Barbie, officier SS, chef de la Gestapo lyonnaise et surnommé le « boucher de Lyon ».

Elle sera la seule rescapée de sa famille de ce convoi qui transporta 650 juifs à Auschwitz.

Le procès Klaus Barbie retransmis à la télévision (Crédit: capture d’écran/Mémorial de la Shoah)

Après la guerre cette fervente sioniste étudie au lycée Fénelon de Lille et sort docteure diplômée en littérature comparée de la Sorbonne en 1970, alors qu’elle est déjà installée en Israël.

Sa thèse Le Juif dans le roman français 1933-1966 a été publiée sous forme de livre. Il est vite devenue un ouvrage de référence sur la question. Elle publiera plus tard un autre ouvrage intitulé Histoire et représentation: Le génocide dans la fiction romanesque.

Wardi émigra en Israël en 1949. Elle fut professeure de littérature française à l’université de Haïfa et inspectrice de l’éducation nationale pour l’instruction en français.

En 1987, elle se constitua partie civile lors du procès de Klaus Barbie et fut citée comme témoin par le ministère public.

Ce procès contre Klaus Barbie, accusé notamment de la rafle des enfants d’Izieu et d’avoir personnellement torturé des prisonniers français, s’est ouvert le 11 juin 1989. Il dura 37 jours, et 107 témoins dont Charlotte Wardy furent cités. Il se conclut par la condamnation à perpétuité de Barbie, qui mourut en détention le 25 septembre 1991 d’un cancer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...