Rechercher

Droit de visite à Eitan Biran : les familles trouvent un compromis « temporaire »

Cet "arrangement temporaire" vaudra jusqu'à la prochaine audience, fixée au 8 octobre

La famille Biran, Eitan est l'enfant à droite. (Crédit : autorisation)
La famille Biran, Eitan est l'enfant à droite. (Crédit : autorisation)

Un tribunal israélien a tenu jeudi une audience préliminaire dans l’affaire de l’enlèvement présumé d’un enfant, seul survivant d’un accident de téléphérique en mai en Italie, qui avait causé la mort de 14 personnes dont plusieurs membres de sa famille.

Âgé de six ans, Eitan Biran avait été confié par la justice italienne à sa tante paternelle – qui réside dans la province de Pavie, dans le nord de l’Italie -, tandis que la famille maternelle – qui habite en Israël – recevait un droit de visite. La justice italienne avait également ordonné la restitution de son passeport dont sa famille maternelle était en possession.

Début septembre, l’enfant a été emmené en Israël par son grand-père maternel à bord d’un jet privé, lors d’un droit de visite à l’issue duquel il était censé ramener l’enfant chez sa tante.

La justice italienne a alors ouvert une enquête pour enlèvement.

Shmulik Peleg, le grand-père maternel d’Eitan Biran, dans une interview diffusée le 17 septembre 2021. (Capture d’écran/Channel 12/)

De son côté, le grand-père maternel, Shmulik Peleg, a été interrogé par la police israélienne la semaine dernière puis relâché. La famille maternelle d’Eitan Biran rejette les accusations d’enlèvement et affirme que les parents du garçon souhaitent qu’il grandisse en Israël.

Une première audience s’est tenue jeudi au tribunal des affaires familiales de Tel-Aviv sur la question des droits de visite entre les familles.

Shmuel Moran, l’avocat de la tante ayant la tutelle du garçon, a affirmé que les deux parties avaient trouvé un « arrangement temporaire » qui vaudra jusqu’à la prochaine audience, fixée au 8 octobre.

« Nous avons également convenu qu’il n’y aurait pas de communication (auprès des médias, NDLR) sur la situation de l’enfant », a affirmé Me Moran à l’issue de l’audience, sans détailler l’arrangement entre les familles.

Shmulik Peleg avait indiqué vendredi dernier dans un entretien à la Douzième chaîne israélienne que l’enfant était « heureux et entouré de sa famille » et qu’ils avaient quitté ensemble l’Italie « de façon tout à fait légale ».

Des sauveteurs travaillent près de l’épave d’un téléphérique qui s’est effondré près du sommet de la ligne Stresa-Mottarone dans la région du Piémont, dans le nord de l’Italie, le 23 mai 2022. (Crédit : sapeurs-pompiers italiens via AP)

Les parents d’Eitan Biran, ainsi que son petit frère et deux autres membres de la famille, font partie des 14 personnes à avoir péri dans la chute d’un téléphérique survenue le 23 mai à Stresa, une station balnéaire du Piémont sur les rives du lac Majeur en Italie.

Eitan, qui avait été grièvement blessé, avait été confié à sa tante paternelle par un tribunal italien, tandis que la famille de sa mère, qui réside en Israël, avait un droit de visite.

Les parents d’Eitan, Amit Biran, 30 ans, et Tal Peleg, 27 ans, vivaient depuis plusieurs années en Italie où Amit était étudiant en médecine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...