Rechercher

Échec des négociations maritimes avec le Liban : Tsahal en état d’alerte

Les États-Unis ont réitéré leur « engagement ferme » à parvenir à un accord, après le refus par Israël des revendications libanaises

Archive : Des soldats israéliens à Metula, à la frontière entre Israël et le Liban, au nord d’Israël, le 15 mai 2021. (Crédit : Basel Awidat/Flash90)
Archive : Des soldats israéliens à Metula, à la frontière entre Israël et le Liban, au nord d’Israël, le 15 mai 2021. (Crédit : Basel Awidat/Flash90)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a ordonné, jeudi, à l’armée israélienne de se mettre en état d’alerte dans le nord du pays, suite à l’échec des négociations pour conclure un accord frontalier maritime avec le Liban.

Gantz a tenu une réunion de situation avec le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, et d’autres responsables, après le refus opposé par Israël aux revendications libanaises, dans le cadre du projet d’accord négocié sous les auspices des États-Unis.

« Le ministre de la Défense a ordonné à Tsahal de se préparer, de manière à la fois défensive et offensive, à de possibles tensions dans le nord, compte tenu de l’évolution des négociations à propos de la frontière maritime », indique un communiqué du cabinet de Gantz.

Les forces de l’ordre font déjà face à d’importantes violences en Cisjordanie et à Jérusalem, en pleine période de fêtes juives.

Depuis plusieurs mois, Hassan Nasrallah, chef du groupe terroriste Hezbollah, menace Israël afin de le dissuader de commencer à exploiter le champ gazier de Karish, objet de la discorde.

Nasrallah a semblé prendre ses distances avec ces menaces lors d’un discours télévisé, le week-end passé, suite à la remise d’un projet d’accord par les États-Unis.

Jeudi, le Premier ministre Yair Lapid a refusé les modifications souhaitées par Beyrouth, mettant en doute les perspectives de conclusion d’un accord.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...