Israël en guerre - Jour 147

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Edan, Sahar et Geula : Une Savta et ses deux petits-fils massacrés ou capturé

Le caporal Edan Baruch, 20 ans et sa grand-mère Geula Bachar, 81 ans, ont perdu la vie le 7 octobre ; Sahar Baruch, 25 ans, a été abattu en captivité

Geula Bachar, Idan Baruch et Sahar Baruch. (Autorisation)
Geula Bachar, Idan Baruch et Sahar Baruch. (Autorisation)

Le 7 octobre, le caporal Edan Baruch, 20 ans, a été tué comme l’a été aussi sa grand-mère, Geula Bachar, 81 ans, au kibboutz Beeri. Son frère, Sahar Baruch, 25 ans, a été pris en otage à Gaza. Sahar a été assassiné en captivité et l’armée a confirmé son décès, le 9 décembre. Sa dépouille se trouve encore entre les mains du Hamas.

Edan et Sahar laissent derrière eux leurs parents, Tammy et Roni, et une fratrie, Guy et Niv. Geula, de son côté, laisse derrière elle son mari, Yitzhak, cinq enfants — Yossi, Rivka, Tammy, Oved et Meirav — et 20 de ses 22 petits-enfants. Sa fille, Naomi, était morte en 1992 à l’âge de 22 ans.

Edan et Sahar étaient chez eux quand des terroristes du Hamas étaient entrés dans leur maison et qu’ils avaient jeté des grenades dans la pièce blindée, blessant Edan. Les hommes armés avaient mis le feu à leur habitation et les deux jeunes s’étaient échappés par la fenêtre. Sahar était retourné chercher l’inhalateur d’Edan, qui était asthmatique et c’est à ce moment-là qu’il avait été capturé. Edan, pour sa part, avait été abattu.

Yitzhak, l’époux de Geula et le grand-père d’Edan et Sahar, a déclaré à Kan que lorsque les sirènes avaient été activées pour la première fois, ils s’étaient rendus dans l’abri anti-aérien situé dans leur maison mais que lorsqu’ils avaient réalisé que des hommes armés étaient entrés dans le kibboutz, ils s’étaient répartis dans différentes pièces pour tenter de se cacher. Quand Yitzhak avait finalement été secouru, il avait appris la mort de son épouse.

Edan était soldat et il venait tout juste de terminer sa formation initiale. Sahar, qui était récemment revenu d’un long voyage en Amérique du sud, devait commencer des études de génie électrique à l’université Ben Gurion, à Beer Sheva.

Le fils de Geula et d’Yitzhak, le général Yossi Bachar, qui avait pris sa retraite en 2018 après avoir été le commandant du Corps de l’état-major au sein de l’armée, a raconté à la chaîne publique Kan qu’il s’était battu contre les terroristes, à Beeri, pendant toute la journée et qu’il avait tué au moins 15 hommes armés avant de tenter de retrouver sa famille et d’apprendre que sa mère était morte.

Il a évoqué un sentiment de culpabilité de n’avoir pas pu la sauver « qui s’est infiltré en moi alors que je commençais à comprendre la situation. Je n’ai pas été là pour elle en ces moments. » Mais, a ajouté Bachar qui, depuis le 7 octobre, est devenu le commandant-adjoint du Commandement du sud, « l’intensité de ce que je suis en train de vivre actuellement ne me permet pas de rester hanté par ces pensées partout où je dois aller – c’est une excellente échappatoire ».

Dans ce contexte de guerre, a-t-il fait remarquer, il est parvenu à faire la shiva de sa mère pendant environ 30 minutes – « Mais c’était important pour moi parce que cela m’a donné la chance de pouvoir dire à ceux qui m’entouraient qui elle était, ce qu’elle avait fait », a-t-il expliqué, refusant de s’exprimer davantage alors qu’il retenait ses larmes.

Merav Barkai, la tante de Sahar, a confié à Ynet que le jeune homme était « vif, intelligent et réaliste, avec un grand sens de l’humour », ajoutant qu’il était aussi « excellent aux échecs » et qu’il adorait les films d’animation et de science-fiction. Elle a déclaré que les deux frères étaient très proches l’un de l’autre et qu’ils avaient tenté de se protéger mutuellement, le 7 octobre.

Une page écrite en mémoire d’Edan a noté qu’il était membre du groupe de jeunesse Noar HaOved quand il était enfant et qu’il était devenu ultérieurement responsable des plus jeunes au sein du mouvement, « se consacrant à l’éducation ». Avant d’intégrer l’armée, il avait pris une année sabbatique, effectuant un service civil national dans un club de cynothérapie.

Ilana Blumberg, dont la fille servait au sein de l’armée avec Edan, a indiqué que cette dernière lui avait raconté que « Edan est revenu de ‘Darom Adom,’ en disant son plaisir d’avoir vu tout le sud se transformer en champs rouges à la saison des anémones. Il a dit au groupe combien il aimait sa maison du kibboutz Beeri, il a dit que c’était là-bas qu’il voulait vivre, et pour toujours ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.