Egypte : Diffusion du discours d’Ashkenazi pour l’anniversaire de la guerre 1973
Rechercher

Egypte : Diffusion du discours d’Ashkenazi pour l’anniversaire de la guerre 1973

Alors que les ministres des Affaires étrangères d'Israël et des Emirats se sont rencontrés à Berlin, leurs discours ont été diffusés sur une chaîne égyptienne

Le discours du ministre des Affaires étrangères israélien Gabi Ashkenazi retransmis sur Extra News (Capture d'écran : YouTube)
Le discours du ministre des Affaires étrangères israélien Gabi Ashkenazi retransmis sur Extra News (Capture d'écran : YouTube)

Une chaîne égyptienne de télévision a diffusé, mardi, le discours consacré à la paix régionale qui a été prononcé par le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi alors qu’il rencontrait son homologue émirati à Berlin.

Un porte-parole d’Ashkenazi a noté que cette allocution avait été retransmise sur la chaîne Extra News le 6 octobre, date du 47e anniversaire de la guerre de Yom Kippour de 1973, qui avait opposé l’Etat juif et ses nations voisines, dont l’Egypte.

Le porte-parole a qualifié cette diffusion de « très extraordinaire ».

Même si le gouvernement égyptien entretient des contacts étroits avec Israël, les médias, dans le pays, sont généralement considérés comme excessivement hostiles à l’égard de l’Etat juif.

Au mois de septembre, le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi avait expliqué que l’accord de normalisation entre les Emirats arabes unis et Israël représentait une avancée vers la paix régionale, en préservant les droits des Palestiniens et la sécurité israélienne.

Les ministres des Affaires étrangères des Emirats et d’Israël se sont rencontrés mardi à Berlin pour des entretiens qui, espère l’Allemagne, sauront renforcer les liens officiels naissants entre les deux Etats et dynamiser les efforts de paix au Moyen-Orient. Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a déclaré qu’accueillir ce sommet était pour son pays « un grand honneur ».

Ashkenazi et le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis, Sheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan, se sont rencontrés à huis-clos en présence de Maas dans une maison d’hôtes appartenant au gouvernement, au calme, aux abords de la capitale allemande.

Ashkenazi et Al Nahyan se sont également rendus au musée de la Shoah, dans le centre de Berlin, au cours de la journée.

Ashkenazi a expliqué que cette visite était particulièrement émouvante pour lui « en tant que représentant d’Israël, en tant qu’ancien général et en tant que fils d’un survivant de la Shoah ».

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, à droite, avec ses homologues israélien Gabi Ashkenazi, au centre, et des Emirats arabes unis Abdullah bin Zayed Al Nahyan, à gauche, dans la salle du musée de la Shoah pendant une rencontre à Berlin, en Allemagne, le 6 octobre 2020. (Crédit : Michele Tantussi/Pool via AP)

« Tous les trois sommes restés là, en silence, en commémoration des victimes. Et pour la toute première fois dans l’histoire, un représentant d’un Etat arabe était présent… Nos présences côte à côte, aujourd’hui, sont le symbole d’une nouvelle ère – une ère de paix, de prospérité et d’espoir », a-t-il ajouté.

Visiblement détendus, Ashkenazi et Al Nahyan ont partagé quelques mots en visitant le musée souterrain du monument et ont signé le livre d’or. Le ministre des EAU a écrit : « Plus jamais ça », ajoutant que le site « présentait les valeurs de la coexistence et du pardon – ces valeurs sur lesquelles mon pays a été construit ».

Ashkenazi, pour sa part, a écrit dans son message que la rencontre avait marqué « une nouvelle ère de paix entre les peuples ».

Le mémorial est également un rappel de la nécessité de « rester vigilant et de garantir que de tels événements ne se reproduiront jamais », a noté Ashkenazi en hébreu.

Au mois de septembre, les EAU et Bahreïn sont devenus les deux premiers pays arabes à établir des relations officielles avec l’Etat juif depuis l’Egypte en 1979 et la Jordanie, en 1994. Pour le Moyen-Orient, ces accords – intitulés « les accords d’Abraham » – marquent un changement notable dans le statu quo adopté depuis des décennies par les pays arabes qui avaient décidé de conserver leur unité contre Israël en raison du conflit israélo-palestinien.

Le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, à gauche, salue le ministre des Affaires étrangères Sheikh Abdullah bin Zayed al-Nahyan, avec le ministre Allemand des Affaires étrangères Heiko Maas face à eux au musée de la Shoah à Berlin, le 6 octobre 2020. (Crédit : MICHELE TANTUSSI / POOL / AFP)

Maas a qualifié le pacte entre Israël et les Emirats arabes unis de « première bonne nouvelle au Moyen-Orient depuis longtemps – et une chance d’une nouvelle dynamisation du dialogue entre Israéliens et Palestiniens ».

Ashkenazi a aussi appelé les Palestiniens à revenir à la table des négociations.

« Plus nous repoussons les négociations, plus nous allons laisser une réalité plus difficile entre les mains des nouvelles générations », a-t-il affirmé.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...