Egypte : huit civils, dont un enfant tués dans le Sinaï
Rechercher

Egypte : huit civils, dont un enfant tués dans le Sinaï

On soupçonne la branche égyptienne de l'EI d'être responsable de cet attentat qui a eu lieu à Al-Arich

La police égyptienne contrôle les voitures dans le nord du Sinaï dans le cadre de la lutte contre les terroristes, le 31 janvier 2015. Illustration. (Crédit :  STR/AFP)
La police égyptienne contrôle les voitures dans le nord du Sinaï dans le cadre de la lutte contre les terroristes, le 31 janvier 2015. Illustration. (Crédit : STR/AFP)

Huit civils, dont un enfant, ont été abattus mercredi soir par des hommes armés dans le nord du Sinaï égyptien, bastion de djihadistes du groupe Etat islamique (EI), selon des sources médicales et de sécurité.

Des hommes armés non identifiés ont tué par balles sept hommes et un enfant de quatre ans alors qu’ils se trouvaient dans leur maison à Al-Arich, chef-lieu de la province du Nord-Sinaï, principal théâtre d’attentats contre les forces de sécurité égyptiennes, a indiqué un responsable de la sécurité.

Ils auraient été tués à cause de leur coopération avec les forces de sécurité, selon la même source.

Les victimes originaires de Rafah, ville située à la frontière de la bande de Gaza, vivaient près d’un poste de police.

Les huit corps ont été transportés jeudi matin à l’hôpital d’Al-Arich, selon un responsable de l’établissement.

A ce stade, les auteurs de l’attaque n’ont pas été identifiés, mais la branche égyptienne de l’EI, baptisée Province du Sinaï, a revendiqué ces derniers mois avoir décapité ou abattu plusieurs habitants du Sinaï accusés par le groupe ultraradical d’espionnage.

C’est ce même groupe qui a assuré avoir « fait tomber » le 31 octobre l’Airbus de la compagnie russe Metrojet coûtant la vie à ses 224 passagers.

L’armée égyptienne, qui essuie régulièrement des attaques meurtrières dans cette région, annonce régulièrement la mort et la capture de nombreux djihadistes depuis qu’elle y a lancé une offensive mi-2012.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...