Rechercher

Egypte : le BDS dénonce deux festivals israéliens au Sinaï

Touristes et festivaliers israéliens ne sont pas rares dans le Sinaï. En 2019, avant le début de la pandémie de coronavirus, plus de 700 000 d'entre eux s'étaient rendus en Egypte

Les plages du long de la mer Rouge, comme à Ras Shaitan, dans le Sinaï, commencent à nouveau à se remplir après une fermeture du poste-frontière de Taba pendant 54 semaines. (Crédit: Autorisation :  Melanie Lidman)
Les plages du long de la mer Rouge, comme à Ras Shaitan, dans le Sinaï, commencent à nouveau à se remplir après une fermeture du poste-frontière de Taba pendant 54 semaines. (Crédit: Autorisation : Melanie Lidman)

Les festivals de musique « Grounded » et « Nabia » commenceront dimanche en Egypte mais ils suscitent déjà un tollé : non pas pour leur programmation mais parce qu’ils sont organisés par des Israéliens.

Les organisateurs voulaient attirer un public israélien jeune et branché profitant des vacances de Pessah, la Pâque juive, pour se rendre dans la péninsule du Sinaï à 350 km à peine de Tel-Aviv. Mais les Egyptiens, eux, célèbrent au même moment la « libération du Sinaï », occupé de 1967 au 25 avril 1982 par l’Etat hébreu voisin.

Dès mercredi, la branche égyptienne du mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS), qui prône le boycott d’Israël, a appelé sur Twitter à boycotter l’hôtel Tolip de Taba présenté par les organisateurs de « Nabia » comme hôte de leur festival.

Contacté par l’AFP, l’établissement a assuré n’accueillir aucun événement.

« Comme chaque année nous nous préparions à célébrer (…) les histoires de la résistance héroïque », écrit BDS Egypt. « Mais nous avons découvert que l’occupation sioniste revenait au Sinaï! »

Touristes et festivaliers israéliens ne sont pas rares dans le Sinaï. En 2019, avant le début de la pandémie de coronavirus, plus de 700 000 d’entre eux s’étaient rendus en Egypte selon l’ambassade israélienne au Caire, principalement dans les stations balnéaires et de plongée de la péninsule désertique – aux tarifs largement plus attractifs qu’à Eilat, de l’autre côté de la frontière.

Des plongeurs près d’un récif de corail de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge, à la pointe sud de la péninsule du Sinaï, en Egypte, le 29 septembre 2021. (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)

A partir de dimanche, des vols directs de la compagnie nationale israélienne relieront même Tel-Aviv à Charm el-Cheikh, dans le Sinaï.

Mais ce qui pose problème aux internautes égyptiens, c’est le calendrier de ces événements qui rassemblent des artistes israéliens et internationaux de musique électro.

« Ces fêtes ont lieu pendant le mois sacré du ramadan », souligne Farah Mourad sur Facebook, et « à l’approche de l’anniversaire de la libération du Sinaï », « alors que les forces israéliennes agressent les Palestiniens qui prient dans la mosquée al-Aqsa », où plus de 150 émeutiers palestiniens ont été blessés dans des heurts vendredi.

L’Egypte est le premier pays arabe à avoir reconnu Israël en 1979. En échange, elle a récupéré le Sinaï.

De gauche à droite, le prince héritier d’Abou Dhabi Mohammed bin Zayed al-Nahyan, le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi et le Premier ministre Naftali Bennett se rencontrent à Charm el-Cheikh, le 22 mars 2022 (Crédit : Porte-parole de la présidence égyptienne)

Les deux pays ont récemment renforcé leurs relations.

En septembre, Naftali Bennett a été le premier Premier ministre israélien à visiter l’Egypte en 10 ans, avant de revenir en mars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...