Egypte : Moubarak sera rejugé pour complicité dans le meurtre de manifestants
Rechercher

Egypte : Moubarak sera rejugé pour complicité dans le meurtre de manifestants

En juin 2012, l'ex-Raïs avait été condamné en première instance à la prison à vie pour complicité dans le meurtre de centaines de manifestants

Hosni Moubarak (Crédit : capture d'écran YouTube)
Hosni Moubarak (Crédit : capture d'écran YouTube)

L’ex-président égyptien Hosni Moubarak sera rejugé, pour complicité dans le meurtre de centaines de manifestants en 2011, par la Cour de cassation qui a annulé jeudi l’abandon des accusations ordonnées il y a six mois par un tribunal.

En juin 2012, l’ex-Raïs avait été condamné en première instance à la prison à vie pour complicité dans le meurtre de centaines de manifestants durant la révolte populaire de 2011 qui l’avait chassé du pouvoir. Le 29 novembre 2014, un autre tribunal qui le rejugeait avait finalement ordonné l’abandon de ces accusations, blanchissant ainsi M. Moubarak.

Le parquet avait introduit un recours en cassation. « La Cour accepte le recours du procureur et se penchera à nouveau sur ce cas le 5 novembre », a déclaré le juge de la cour de Cassation Anwar el-Gabry, annulant de facto le jugement du 29 novembre.

Selon les avocats de M. Moubarak, il n’était pas clair à ce stade si la Cour prononcerait son verdict à cette date du 5 novembre après avoir jugé, ou si elle ouvrirait alors un nouveau procès.

Agé de 87 ans, l’ancien président est actuellement détenu dans un hôpital militaire du Caire. Il a été condamné avec ses deux fils, Alaa et Gamal, à trois ans de prison dans une affaire de corruption.

Jeudi, la cour a également confirmé l’acquittement prononcé en novembre en faveur des sept co-accusés de Moubarak, dont son ministre de l’Intérieur d’alors, Habib al-Adly.

L’abandon des accusations en novembre avait provoqué l’émoi dans ce qui reste de l’opposition en Egypte depuis que l’ex-chef de l’armée Abdel Fattah al-Sissi, devenu chef de l’Etat, a destitué le président islamiste élu Mohamed Morsi en 2013 et réprime ses partisans mais également toute opposition laïque et libérale.

Depuis la destitution de M. Morsi, la justice égyptienne a régulièrement blanchi ou condamné à de légères peines de prison M. Moubarak ou des responsables de son régime, principalement dans des affaires de corruption.

Parallèlement, les défenseurs des droits de l’Homme accusent le pouvoir d’instrumentaliser la justice dans la répression implacable lancée contre les pro-Morsi. L’ONU a qualifié les procès de masse expéditifs qui ont condamné des centaines de pro-Morsi à mort depuis 2013 de « sans précédent dans l’histoire récente » du monde. Et Amnesty international a fustigé une « mascarade de justice » quand un tribunal a infligé la peine capitale à M. Morsi et à une centaine d’autres pour leur rôle dans des évasions de prison et des violences durant la révolte de 2011.

Officiellement, 846 manifestants anti-Moubarak avaient alors été tués en 18 jours de révolte début 2011.

Depuis la destitution de M. Morsi, le premier président élu démoce 1.400 manifestants pro-Morsi et emprisonné plus de 15.000 de ses partisans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...