Egypte : Sept morts dans un attentat-suicide dans le Nord-Sinaï
Rechercher

Egypte : Sept morts dans un attentat-suicide dans le Nord-Sinaï

Quatre policiers et trois civils, dont un enfant, ont été tués mardi dans un attentat à la bombe revendiqué par le groupe Etat islamique a annoncé le ministère de l'Intérieur

Illustration: un officier égyptien surveille un poste dans le nord de la péninsule du Sinaï, à la frontière israélo-égyptienne, dans le village de Kerem Shalom, le 1er juillet 2015. (Crédit : AP/Ariel Schalit)
Illustration: un officier égyptien surveille un poste dans le nord de la péninsule du Sinaï, à la frontière israélo-égyptienne, dans le village de Kerem Shalom, le 1er juillet 2015. (Crédit : AP/Ariel Schalit)

Quatre policiers et trois civils, dont un enfant, ont été tués mardi dans un attentat à la bombe revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) dans le Nord-Sinaï, dans le nord-est de l’Egypte, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

« Un kamikaze d’environ 15 ans s’est fait exploser près des forces de sécurité, provoquant la mort de deux officiers, de deux policiers et de trois citoyens dont un enfant de six ans », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Par ailleurs, 26 personnes ont été blessées dans cette attaque qui s’est produite lors d’une patrouille de police dans la localité de Cheikh Zouweid, a-t-il ajouté.

L’EI, qui est implanté dans le Nord-Sinaï, a revendiqué cette attaque en « représailles à la perte de territoires précédemment détenus en Syrie », selon le centre américain de surveillance des sites jihadistes, SITE.

Cheikh Zouweid est situé entre Al-Arich, chef-lieu du Nord-Sinaï, et Rafah, la ville frontalière avec Gaza. Ces trois localités sont les plus visées par les attaques jihadistes dans cette région.

L’Egypte mène une vaste campagne antijihadistes dans le Nord-Sinaï, où elle soupçonne l’EI de vouloir établir un nouveau fief après les dernières défaites du groupe ultraradical en Irak et en Syrie.

Le 23 mars, les Forces démocratiques syriennes, une alliance de forces arabo-kurdes, ont proclamé la fin du « califat » que l’EI avait établi en Irak et en Syrie, au terme d’une offensive dans l’est de la Syrie.

Selon les autorités, environ 600 jihadistes présumés et au moins une quarantaine de soldats sont morts dans le cadre de la campagne menée dans le Sinaï pour y déloger l’EI.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...