Egypte : Sissi inaugure le grand champ gazier de Zohr
Rechercher

Egypte : Sissi inaugure le grand champ gazier de Zohr

Le projet vise l'auto-suffisance énergétique du pays le plus peuplé du monde arabe.

Abdel Fattah al-Sissi lors de sa première interview télévisée en tant que président (Crédit : AFP/STR)
Abdel Fattah al-Sissi lors de sa première interview télévisée en tant que président (Crédit : AFP/STR)

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a inauguré mercredi le grand champ gazier de Zohr, en mer Méditerranée, censé renforcer l’indépendance énergétique du pays le plus peuplé du monde arabe.

M. Sissi a souligné l’importance de ce projet pour l’économie égyptienne, évoquant la baisse des réserves en devises de la Banque centrale en raison de l’importation de produits pétroliers.

« Nous achetons pour environ 1,2 milliard de dollars de produits pétroliers par mois » (environ 960 millions d’euros), a-t-il rappelé durant la cérémonie d’inauguration près de la ville côtière de Port-Saïd, dans le nord, retransmise en direct à la télévision.

La production sur le champ gazier de Zohr, découvert en août 2015 par le géant italien de l’énergie ENI, a débuté en décembre au rythme de plus de 106 millions de mètres cubes par jour.

Fin 2019, la production pourra atteindre environ 822 millions de mètres cubes par jour, selon les autorités.

« D’ici à la fin de l’année, nous aurons atteint l’auto-suffisance », a espéré le ministre du Pétrole Tarek al-Molla lors d’une présentation en présence de M. Sissi et du directeur général d’ENI Claudio Descalzi.

Selon le ministre, ce champ va permettre à l’Egypte de cesser d’importer du gaz naturel liquéfié et d’économiser 230 millions de dollars (environ 185 millions d’euros) par mois.

Le champ de Zohr, présenté comme le plus grand champ gazier de Méditerranée, possède des réserves de l’ordre de 850 milliards de mètres cubes de gaz et occupe une surface de 100 km2, à environ 200 km de la côte égyptienne.

Il représente une aubaine dans un pays de près de 100 millions d’habitants, en proie à d’importantes difficultés économiques et obligé d’acheter de l’essence pour satisfaire ses besoins croissants.

Le président Sissi compte sur la production de ce gisement pour appuyer son programme de réformes économiques, dont la baisse des subventions étatiques sur les hydrocarbures.

Depuis plusieurs années, la Méditerranée orientale est devenue une zone d’exploitation gazière active, notamment après la découverte de gisements au large d’Israël et de Chypre.

Le champ de gaz naturel de Tamar, au large d’Ashkelon. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

L’Egypte figure parmi les premiers pays dans lesquels opère ENI, qui y gère environ 35 % de la production gazière, a souligné M. Descalzi.

Au cours de la cérémonie, M. Sissi n’a pas manqué de faire référence à l' »affaire Regeni », promettant que l’enquête ne s’arrêtera pas tant que les coupables ne seront pas appréhendés par la justice.

Le corps atrocement mutilé et torturé de l’étudiant italien Giulio Regeni avait été trouvé début 2016 en bordure d’autoroute dans la banlieue du Caire.

L’enquête judiciaire sur cette affaire avait refroidi les relations entre l’Egypte et l’Italie. En signe de protestation, Rome avait rappelé son ambassadeur en avril 2016.

Un nouvel ambassadeur italien est néanmoins arrivé au Caire en septembre 2017, après des améliorations dans la coopération judiciaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...