Ehud Olmert conteste la nécessité de l’annexion dans un quotidien saoudien
Rechercher

Ehud Olmert conteste la nécessité de l’annexion dans un quotidien saoudien

L'ex-Premier ministre avertit qu'elle entraînera une "catastrophe" et affirme qu'Amman était prêt à accueillir des soldats de l'OTAN à sa frontière

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

L'ancien Premier ministre Ehud Olmert s'exprime lors d'une conférence à Tel Aviv, le 7 février 2018. (Flash90)
L'ancien Premier ministre Ehud Olmert s'exprime lors d'une conférence à Tel Aviv, le 7 février 2018. (Flash90)

L’ancien Premier ministre Ehud Olmert a accordé une rare interview à un média arabophone saoudien, mettant en garde contre l’annexion par Israël de la vallée du Jourdain, une zone qui, selon lui, n’a rien à voir avec les préoccupations israéliennes en matière de sécurité, a rapporté la Douzième chaîne jeudi avant la publication de l’interview.

Dans l’interview accordée au journal Elaph, basé à Londres, M. Olmert a déclaré qu’il trouvait « absurde » que la vallée du Jourdain soit essentielle à la sécurité israélienne – donnant à Israël un tampon par rapport à la Jordanie et une plus grande profondeur stratégique – car la Jordanie était en théorie prête à avoir des soldats de la paix à ses frontières pour éviter d’avoir besoin d’un tel coussin territorial.

« L’affirmation selon laquelle nous avons besoin de la vallée du Jourdain maintenant du point de vue de la sécurité est un non-sens dénué de vérité. Je dis cela en tant que Premier ministre d’Israël. Personne ne dira que je ne suis pas un patriote », a fait savoir M. Olmert, dans une partie de l’interview qui a été divulguée à l’avance à la Douzième chaîne.

La conception populaire veut que la vallée du Jourdain, une bande de terre limitrophe de la Jordanie et de la Cisjordanie, soit essentielle à la sécurité israélienne. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait de cette idée un principe central de la position de négociation d’Israël vis-à-vis des Palestiniens.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant une carte de la vallée du Jourdain, jurant d’y étendre la souveraineté israélienne en cas de réélection, lors d’un discours à Ramat Gan, le 10 septembre 2019. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Au fil des ans, Elaph a interviewé un certain nombre de hauts fonctionnaires israéliens, dont le ministre de la Défense de l’époque, Avigdor Liberman, en 2018, et le chef d’état-major de l’époque, Gadi Eizenkot, l’année précédente. Cependant, il semble que ce soit l’une des rares fois où une interview d’un ancien Premier ministre israélien soit publiée dans la presse arabe.

Ehud Olmert a sévèrement critiqué les projets du gouvernement d’annexer des zones de la Cisjordanie, en particulier la vallée du Jourdain.

« L’annexion conduira à une catastrophe », a averti celui qui a occupé la fonction de Premier ministre de 2006 à 2009, avant de démissionner au milieu d’une enquête pour corruption qui a finalement conduit à son emprisonnement en 2016.

L’ancien chef de gouvernement, qui a participé à des négociations de paix infructueuses avec les Palestiniens en 2007, a rejeté l’idée reçue des responsables israéliens selon laquelle l’annexion de la vallée du Jourdain était essentielle à la sécurité d’Israël.

Le roi Abdallah II de Jordanie prononce un discours au Parlement européen, le 15 janvier 2020, à Strasbourg. (Crédit : Frédéric FLORIN / AFP)

« J’en ai parlé avec le roi Abdallah. J’ai dit au roi : seriez-vous prêt à avoir une force internationale de l’OTAN le long du [fleuve] Jourdain du côté jordanien ? Il m’a répondu que oui », a-t-il dit.

Dans l’interview, Ehud Olmert, qui a dirigé le gouvernement pendant la seconde guerre du Liban en 2006, a également nié les informations selon lesquelles Israël aurait tenté de tuer le général Qassem Soleimani du Corps des gardiens de la révolution islamique pendant le conflit, lorsqu’il rencontrait le leader du Hezbollah Hassan Nasrallah.

Le Likud de Netanyahu a dénoncé les commentaires d’Ehud Olmert dans le quotidien saoudien, en se référant à l’offre faite par ce dernier aux Palestiniens lors des pourparlers de paix de 2007 de leur donner le contrôle de certaines parties de Jérusalem-Est.

« Après qu’Olmert a été prêt à renoncer au mur Occidental, est-il surprenant qu’il soit prêt à renoncer à la vallée du Jourdain, qui est essentielle à la sécurité de l’État d’Israël ? Les commentaires d’Olmert sont irresponsables et hors de propos », a réagi le Likud dans une déclaration.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...