Einat Wilf interrogée sur l’accusation d’avoir attaqué un enfant
Rechercher

Einat Wilf interrogée sur l’accusation d’avoir attaqué un enfant

L'avocat de l'ancienne élue a qualifié les accusations de "dossier vide déposé pour faire chanter ma cliente"

Einat Wilff, ancienne élue de la Knesset pour le parti Indépendant, au parlement le 17 avril 2012. (Miriam Alster/FLASH90)
Einat Wilff, ancienne élue de la Knesset pour le parti Indépendant, au parlement le 17 avril 2012. (Miriam Alster/FLASH90)

Mercredi, Einat Wilf, une ancienne élue de la Knesset, a été identifiée comme étant la députée interrogée par la police ce weekend. Elle est accusée d’avoir maltraité un mineur. Wilf affirme que les parents ont déposé plainte afin d’obtenir de l’argent en la faisant chanter.

Le nom de Wilf a été autorisé à la publication car elle est au centre d’un incident qui aurait eu lieu la semaine dernière. Elle était accompagnatrice d’un voyage scolaire du CP qui avait lieu dans le sud de Tel Aviv.

Elle aurait eu un différend avec un des enfants, un garçon âgé de 6 ans, et l’aurait poussé contre une barrière, selon la plainte déposée par ces parents au cours du weekend.

Wilf a été interrogée par la police lundi. Elle a été renvoyée à la maison.

L’affaire a été rapportée par des médias israéliens samedi. Ils n’avaient pas mentionné le nom de Wilf.

Âgée de 48 ans, Wilf a servi dans la 18ème Knesset de 2010 à 2013, d’abord comme élue travailliste et ensuite dans le parti Indépendance fondé après sa scission. Depuis lors, elle a travaillé dans plusieurs groupes de réflexion et a écrit plusieurs livres.

Dans une lettre adressée aux parents mercredi, Joshua Lieberman, l’avocat représentant Wilf, a qualifié les accusations de « dossier vide déposé pour faire chanter ma cliente ».

Il a noté que les parents avaient d’abord demandé qu’elle paie plusieurs centaines de milliers de shekels afin que l’affaire ne sorte pas dans la presse, selon des médias israéliens.

Lieberman a ajouté que « propager des mensonges et des fausses accusations » aux médias sur Wilf relève de la calomnie. L’avocat a prévenu les parents qu’ils seront tenus pour responsables de tout coût, complication ou préjudice causé à la réputation de sa cliente.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...