Eizenkot: Des terroristes palestiniens veulent kidnapper des soldats à Gaza
Rechercher

Eizenkot: Des terroristes palestiniens veulent kidnapper des soldats à Gaza

Le chef d'Etat-major a expliqué que des militaires ont fait face a des tentatives d'enlèvement de soldats et d'infiltration des villes israéliennes "ces dernières semaines"

Les soldats israéliens se préparent à des manifestations massives de la part des Palestiniens à Gaza et à la possibilité que des manifestants tentent de franchir la barrière de sécurité le 30 mars 2018. (Forces de défense israéliennes)
Les soldats israéliens se préparent à des manifestations massives de la part des Palestiniens à Gaza et à la possibilité que des manifestants tentent de franchir la barrière de sécurité le 30 mars 2018. (Forces de défense israéliennes)

Le chef d’Etat-major de l’armée israélienne Gadi Eizenkot a déclaré mardi que des groupes terroristes palestiniens avaient tenté d’enlever des soldats durant les mouvements de protestation massifs survenus à la frontière avec Gaza qui, a-t-il dit, sont la façade d’activités terroristes.

Lors d’une cérémonie marquant l’intronisation d’un haut agent de liaison militaire, Eizenkot a dit que « ces dernières semaines, nous avons assisté une fois encore à la complexité de la situation lorsque nos forces se sont retrouvées face à des manifestations massives qui ont servi de couverture à des actions terroristes, des attaques contre les soldats, des tentatives d’enlèvement, des agressions contre des postes militaires et des tentatives d’infiltration de villes israéliennes ».

Eizenkot n’a pas donné d’autres détails.

Les Palestiniens, à Gaza, ont organisé des manifestations violentes à la frontière de l’enclave côtière avec Israël durant cinq vendredis consécutifs.

Des Palestiniens tentent de détruire la barrière entre Israël et la bande de Gaza à l’est de Jabaliya, au nord de l’enclave, au cinquième vendredi de protestations., le 27 avril 2018. (Crédit : AFP /Mahmud Hams)

Vendredi dernier, quatre personnes ont été tuées et 300 autres ont été blessées, ce qui porte le bilan des affrontements frontaliers depuis le 30 mars à 44 morts et plus de 1500 blessés à balles réelles du côté palestinien.

Ces chiffres ont été avancés par le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, et n’ont pas été vérifiés par un organisme indépendant.

Gadi Eizenkot, chef d’état-major de l’armée israélienne, lors d’une conférence au Centre interdisciplinaire d’Herzliya, le 2 janvier 2018 (Crédit : FLASH90)

Ce mouvement de protestation, soutenu et encouragé par le Hamas, groupe terroriste à la tête de Gaza, avait été à l’origine qualifié par ses organisateurs palestiniens de non-violent mais le Hamas qui cherche à détruire Israël a appuyé publiquement les manifestations et déclaré que leur but ultime était de supprimer la frontière et de libérer la Palestine.

Les émeutiers ont fait brûler des pneus, jeté des grenades incendiaires et des pierres aux soldats israéliens, lancé des cerf-volants enflammés de l’autre côté de la frontière et essayé de manière répétée de saboter la clôture de sécurité.

Au cours de la guerre de 2014 à Gaza, les terroristes du Hamas avaient capturé – et ils détiendraient encore – les dépouilles de deux soldats israéliens, Hadar Goldin et Oron Shaul.

L’année suivante, deux civils israéliens apparemment touchés par une pathologie mentale, Abera Mengistu et Hisham al-Sayed, étaient entrés de leur propre gré dans la bande de Gaza et avaient été placés en détention par le Hamas. Ils se trouveraient encore dans les prisons de l’enclave.

Oron Shaul, Hadar Goldin et Avraham Mengistu. (Crédit : Flash90/The Times of Israel)

En 2006, le Hamas avait enlevé le soldat Gilad Shalit à proximité de la frontière avec Gaza et l’avait retenu en captivité pendant plus de cinq ans.

Il avait été libéré au mois d’octobre 2011 dans le cadre d’un échange de prisonniers.

Le mois dernier, les forces de sécurité ont arrêté un membre du groupe du Jihad islamique palestinien au large de la côte de Gaza, soupçonné de vouloir faire couler un bateau de patrouille israélien et de kidnapper les survivants, a révélé Israël mercredi.

Le plan était d’utiliser trois bateaux pour attirer un navire de l’armée, de lancer un missile contre ce dernier puis d’enlever les soldats blessés ou morts, selon un communiqué conjoint des services du Shin Bet et de l’armée israélienne.

Au mois de décembre, les services de sécurité ont arrêté trois membres d’une cellule présumée du Hamas dans le nord de la Cisjordanie soupçonnés de préparer l’enlèvement d’un citoyen israélien pendant la fête de Hanoukka, ont fait savoir les services du Shin Bet mercredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...