Eizenkot félicite la division de Gaza pour son combat à la frontière de Gaza
Rechercher

Eizenkot félicite la division de Gaza pour son combat à la frontière de Gaza

Le chef de l'armée a noté la "détermination, la créativité et l'intelligence" de l'unité lors de la destruction des tunnels du Hamas et dans la gestion des violences

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le chef d'Etat-major de l'armée israélienne Gadi Eizenkot remet une lettre de félicitations à la division de Gaza, au siège de l'unité, à Reim, le 10 octobre 2018 (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'Etat-major de l'armée israélienne Gadi Eizenkot remet une lettre de félicitations à la division de Gaza, au siège de l'unité, à Reim, le 10 octobre 2018 (Crédit : Armée israélienne)

Le chef de l’Etat major israélien a remis une lettre de félicitations à la division de Gaza mercredi, citant les affrontements en cours de l’unité avec les Palestiniens le long de la frontière et les efforts livrés pour découvrir et détruire les tunnels creusés par les groupes terroristes qui pénètrent sur le territoire israélien.

« Au cours des sept derniers mois, la division a travaillé sans relâche pour prévenir des brèches massives dans la frontière et de graves attentats terroristes », a déclaré Eizenkot lors de la cérémonie de remise du prix au siège de la division de Gaza qui est situé à Reim, à proximité de la frontière avec l’enclave côtière.

« La division travaille à toutes les heures du jour, pendant les fêtes comme les jours de travail, en permettant de maintenir la normalité de la vie quotidienne des résidents des communautés de la périphérie de Gaza », a-t-il ajouté.

Il a noté qu’au cours des deux dernières années, la division a découvert 15 tunnels et qu’elle a le projet de construire une barrière terrestre et souterraine autour de la bande de Gaza pour empêcher que d’autres tunnels soient creusés par des groupes terroristes pour pénétrer sur le territoire israélien.

La division de Gaza, de l’armée israélienne, présente une nouvelle lettre de félicitations reçue lors d’une cérémonie dans son quartier de Reim, près de la frontière israélienne, le 10 octobre 2018 (Crédit : Armée israélienne)

« La division de Gaza est chargée de gérer une grande variété de menaces contre lesquelles elle se dresse avec force, en montrant de la détermination, de la créativité et de l’intelligence. Elle oeuvre nuit et jour à défendre les habitants du sud », a expliqué l’armée dans un communiqué.

Toutefois, les éloges du général de division Eizenkot se sont focalisés sur la gestion par l’unité des violences frontalières régulières au cours desquelles les Palestiniens ont jeté des explosifs et des pierres sur les soldats israéliens. Ils ont également tenté d’ouvrir des brèches dans la clôture de sécurité et lancé des cerfs-volants et des ballons incendiaires en Israël, anéantissant des milliers d’hectares.

« Au cours des six derniers mois, vous avez géré des attentats terroristes, des tentatives de violer la souveraineté israélienne et des activités terroristes variées sous couvert de manifestations civiles impliquant des femmes, des enfants et des personnes âgées », a dit Eizenkot durant la cérémonie.

« Vous avez su faire face avec professionnalisme, avec fermeté et beaucoup d’éthique à une situation compliquée », a-t-il ajouté.

Aviv Levi (Crédit : armée israélienne)

Dans son discours, Eizenkot a également évoqué avec tristesse le seul soldat de la division décédé depuis la guerre de Gaza, en 2014 : le sergent Aviv Levi, mort sous les balles d’un sniper palestinien pendant des émeutes à la frontière survenues pendant l’été.

« Mais nous, l’armée israélienne, n’avons pas le privilège de nous laisser accabler car nous devons continuer à agir », a-t-il dit.

Le chef d’Etat major a également salué le général de brigade Yehuda Fuchs, à la tête de la division depuis plus de deux ans et dont le mandat doit s’achever dans peu de temps.

« Je veux profiter de cette opportunité pour vous exprimer ma grande reconnaissance, Yehuda, pour votre dévouement, pour votre professionnalisme, pour votre détermination, vos initiatives et votre leadership qui méritent d’être reconnus – tout cela dans une situation hautement délicate », a déclaré Eizenkot.

Le chef d’Etat-major de l’armée israélienne Gadi Eizenkot remet une lettre de félicitations au général de brigade Yehuda Fuchs, commandant de la division de Gaza, au siège de l’unité de Reim, le 10 octobre 2018 (Crédit : Armée israélienne)

Les émeutes sur la frontière, intitulées « la grande marche du retour », avaient commencé sous la forme de rassemblements hebdomadaires au mois de mars dernier et avaient duré tout l’été, mais elles avaient ralenti à l’occasion de pourparlers indirects entre le groupe terroriste du Hamas et Israël sur la mise en place d’un cessez-le-feu.

Toutefois, ces dernières semaines et alors que ces négociations se sont trouvées dans l’impasse, le Hamas a renforcé le rythme des émeutes et des manifestations contre Israël, créant de nouvelles unités chargées de prolonger les tensions le long de la frontière pendant la nuit et aux premières heures du jour.

Mardi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël oeuvrait à empêcher un nouveau conflit dans la bande de Gaza mais qu’il ne tolérerait pas que la situation continue et qu’il était prêt à entrer en guerre pour y mettre un terme.

« Nous nous efforçons de trouver une solution qui ramènera le calme et la sécurité aux résidents de la périphérie de Gaza », a-t-il dit.

Les manifestants palestiniens observent les gaz lacrymogènes lancés par les forces israéliennes à travers la fumée noire des pneus brûlés au cours d’une manifestation le long de la barrière de sécurité à l’est de Gaza City, le 14 septembre 2018 (Crédit : AFP PHOTO / SAID KHATIB)

« Je pense que le Hamas comprend qu’une autre éruption de violences aurait un prix très élevé du côté palestinien », a ajouté Netanyahu.

Au moins 140 Palestiniens ont été tués durant le mouvement de protestation depuis la fin du mois de mars, selon les chiffres de l’Autorité palestinienne. Le Hamas a reconnu que des douzaines de ces morts appartenaient à ses rangs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...