Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

El-Assad : Les frappes israéliennes visent la Syrie, l’Iran sert « d’excuse »

Dans une rare interview, le dictateur syrien a accusé Israël d'attaquer son armée et a indiqué que les liens sont tendus entre son gouvernement et le Hamas

Le dictateur syrien Bashar al-Assad s'exprimant lors d'une interview à Damas, le 9 août 2023. (Crédit : Page Telegram de la présidence syrienne via AP)
Le dictateur syrien Bashar al-Assad s'exprimant lors d'une interview à Damas, le 9 août 2023. (Crédit : Page Telegram de la présidence syrienne via AP)

Le dictateur syrien Bashar el-Assad a déclaré que les frappes aériennes attribuées à Israël en Syrie visaient l’armée de son pays, et non les forces iraniennes, dans une interview diffusée mercredi.

« Les attaques israéliennes sont principalement dirigées contre l’armée syrienne », a déclaré el-Assad lors d’une rare interview accordée à Sky News Arabic.

« C’est une excuse pour dire qu’il s’agit d’une présence iranienne », a déclaré el-Assad, selon une traduction de ses propos par le site d’information Walla.

L’armée israélienne a reconnu avoir effectué des centaines de frappes en Syrie contre des groupes soutenus par l’Iran qui tentaient de s’implanter dans le pays, au cours des dix dernières années.

Tsahal affirme qu’elle s’attaque également aux cargaisons d’armes supposées être destinées à ces groupes, au premier rang desquels le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah. En outre, des frappes aériennes attribuées à Israël ont visé des systèmes de défense aérienne syriens. Israël ne commente généralement pas ses frappes en Syrie.

Lors de l’attaque la plus récente, des frappes aériennes israéliennes ont visé des zones proches de Damas, la capitale de la Syrie, tôt lundi, tuant quatre soldats, a rapporté le média d’État syrien SANA.

Extrait d’une vidéo montrant une explosion au-dessus de Damas, en Syrie, le 7 août 2023. (Crédit : Capture d’écran via Twitter)

Dans l’interview accordée à Sky News Arabic, son premier entretien avec un média étranger depuis des mois, el-Assad a également indiqué que les liens de son gouvernement avec le groupe terroriste palestinien du Hamas et la Turquie ont été mis à rude épreuve par plus d’une décennie de guerre civile en Syrie.

Le Hamas avait son siège à Damas avant la guerre, mais a quitté la Syrie en 2012 après avoir condamné la répression brutale des manifestations par le régime el-Assad.

L’année dernière, le Hamas a déclaré avoir rétabli ses relations avec le gouvernement syrien après qu’une délégation en visite a rencontré el-Assad à Damas.

Mais le dictateur syrien a déclaré qu’il était « trop tôt » pour parler d’une reprise des relations normales avec le groupe terroriste.

« Pour l’instant, le Hamas n’a pas de bureaux à Damas », a-t-il ajouté dans l’interview.

Interrogé sur la possibilité de renouer des liens avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui soutient depuis longtemps les groupes rebelles dans le nord de la Syrie, el-Assad a déclaré : « Pourquoi devrais-je rencontrer Erdogan ? Pour boire une collation ? »

Erdogan et el-Assad ont entretenu des relations amicales dans les années 2000, mais lorsque la guerre a éclaté, la Turquie a soutenu les premiers efforts des rebelles pour renverser le dictateur syrien.

Ces dernières années, Erdogan a fait volte-face lorsque Damas a repris, avec le soutien de la Russie et de l’Iran, une grande partie du territoire qu’il avait perdu au profit des rebelles au début du conflit.

Mais el-Assad affirme depuis longtemps qu’il ne rencontrera Erdogan que si les forces turques quittent la Syrie, où elles contrôlent une partie du nord du pays.

« L’objectif d’Erdogan est de légitimer l’occupation turque en Syrie. C’est pourquoi une rencontre n’est pas possible dans les conditions posées par Erdogan », a déclaré el-Assad.

La guerre en Syrie a fait un demi-million de morts, plus d’un million de blessés, détruit de grandes parties du pays et déplacé la moitié des 23 millions d’habitants que comptait la Syrie avant la guerre. Les combats se sont en grande partie enlisés ces dernières années.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.