Élections US: 160 millions de bulletins, la plus forte participation depuis 1900
Rechercher

Élections US: 160 millions de bulletins, la plus forte participation depuis 1900

66,6 % des électeurs ont participé au scrutin pour la Maison Blanche, les votes par correspondance et les votes anticipés dus à la crainte du virus auraient augmenté les chiffres

Des enfants jouent pendant que des électeurs font la queue pour déposer leur bulletin de vote au bâtiment du Waldens Ridge Emergency Services le jour du scrutin, le mardi 3 novembre 2020, à Walden, Tenn. (AP/Ben Margot)
Des enfants jouent pendant que des électeurs font la queue pour déposer leur bulletin de vote au bâtiment du Waldens Ridge Emergency Services le jour du scrutin, le mardi 3 novembre 2020, à Walden, Tenn. (AP/Ben Margot)

Au terme d’une longue campagne d’une virulence exceptionnelle, perturbée par la pandémie, les résultats partiels montrent que Donald Trump n’a pas subi la répudiation électorale que les sondages présageaient, prouvant que même s’il était battu, sa base d’électeurs lui reste largement fidèle.

Le président sortant a dénoncé un ratage d’ampleur « historique » chez les sondeurs.

« Hier soir j’avais une bonne avance, dans de nombreux Etats-clés », a tweeté Donald Trump mercredi matin. « Puis, un par un, ils ont commencé à disparaître comme par magie avec l’apparition et le comptage de bulletins surprise. »

Il n’y a pas de bulletins surprise démontrés, mais des bulletins envoyés par courrier et traités lentement par les autorités. Ils viennent majoritairement d’électeurs démocrates, ce qui explique qu’ils aient fait fondre l’avance initiale du président, dont les électeurs ont privilégié le vote en personne mardi.

« Nous ne nous accorderons aucun répit jusqu’à ce que chaque bulletin de vote soit compté », a tweeté l’ancien vice-président de Barack Obama.

Jamais autant d’Américains n’avaient participé à l’élection présidentielle depuis 120 ans : 160 millions d’électeurs ont voté, soit une participation estimée à 66,9 % de la population en droit de voter, qui compte un peu plus de 239 millions de personnes, contre 59,2 % en 2016, selon le US Elections Project.

Nombre d’Etats ont été débordés par le déluge de bulletins envoyés par correspondance, encouragés en raison de la crise sanitaire. Ouvrir les enveloppes et scanner ces bulletins va prendre dans certaines villes plusieurs jours, en particulier à Philadelphie, fief démocrate.

Et si la justice s’en mêlait, comme en 2000, « cela pourrait durer des semaines », a dit mercredi à l’AFP Ed Foley, spécialiste du droit électoral à l’Ohio State University.

La dernière fois que le taux de participation a été aussi élevé, c’était lors des élections de 1900, où l’on estimait à 73,7 % le nombre de participants ayant élu le républicain William McKinley. Par comparaison, en 2016, lorsque Donald Trump a remporté la présidence malgré la perte du vote populaire au profit d’Hillary Clinton, 59,2 % des électeurs avaient voté.

En chiffres absolus, le taux de participation est le plus élevé jamais atteint, grâce à la croissance de la population américaine, estimée aujourd’hui à 330 millions de citoyens.

Les 72 millions de votes de Joe Biden à l’échelle nationale sont les plus élevés jamais obtenus par un candidat. Cela dépasse les 69 498 516 votes obtenus par Barack Obama en 2008. Avec 68,3 millions de votes, Trump devrait être le troisième candidat le plus populaire de tous les temps.

Plus de 100 millions de votes ont été effectués lors du vote anticipé, y compris les bulletins de vote par correspondance, un chiffre deux fois supérieur à celui de 2016, a rapporté mercredi NBC News en citant les données du NBC News Decision Desk et de la société d’analyse TargetSmart.

Ce n’est pas surprenant, étant donné la pandémie de coronavirus, qui a poussé la plupart des États à élargir les possibilités de vote par correspondance et de vote anticipé pour permettre au public de voter sans être potentiellement exposé au virus.

Des employés préparent des bulletins de vote par correspondance pour le comptage du centre de convention de Lancaster, en Pennsylvanie, le 4 novembre 2020. (Julio Cortez/AP)

C’est dans le Maine et le Minnesota que le taux de participation a été le plus élevé, avec 79,2 % dans les deux cas. L’Oklahoma a enregistré le taux de participation le plus faible, avec 55,3 %.

Les tendances nationales de vote ont montré que si les hommes étaient presque également divisés dans leur soutien aux deux candidats, les femmes sont allées de 56 % à 43 % pour Biden, a rapporté la BBC en citant les données d’Edison Research/NEP de Reuters.

Les électeurs blancs ont eu tendance à soutenir Trump (56 %) plutôt que Biden (42 %) tandis que les électeurs noirs ont massivement soutenu Biden (87 %) contre Trump (12 %). D’autres minorités ethniques ont également favorisé Biden, les électeurs hispaniques et latinos lui accordant 65 % des voix contre 32 % pour Trump, et 63 % des électeurs asiatiques soutenant Biden contre seulement 31 % pour Trump.

Parmi les autres groupes ethniques non spécifiés, Biden était également en tête (58 %) par rapport à Trump (40 %), selon le rapport.

Des électeurs remplissent leur bulletin de vote dans un bureau de vote au Hot and Cool Cafe, dans le quartier de Leimert Park à Los Angeles, le 3 novembre 2020. (Chris Pizzello/AP)

Le groupe d’âge a montré une tendance à un soutien plus important pour Biden parmi les jeunes électeurs, qui a chuté en faveur de Trump avec l’âge.

Les 18-29 ans ont voté majoritairement pour Biden (61 %) plutôt que pour Trump (35 %), dans la tranche des 30-44 ans, le solde était toujours en faveur de Biden (52 %) plutôt que de Trump (45 %), tandis que dans le groupe des 45-64 ans, les deux étaient presque à égalité, Biden gagnant 50 % contre 49 % pour Trump. Parmi les électeurs de plus de 65 ans, Trump a eu le dessus avec 50 % des voix contre 48 % pour Biden.

Les diplômés de l’université ont préféré Biden (55 %) à Trump (43 %) alors que parmi ceux qui n’ont pas de diplôme d’université, le vote était divisé avec 49 % pour chaque candidat.

Les données d’Edison Research/NEP ont été recueillies auprès de 14 698 personnes dans le cadre d’une combinaison d’entretiens le jour du scrutin et de sondages téléphoniques.

Une candidate républicaine (à droite) surveille les inspecteurs électoraux alors qu’ils examinent un bulletin de vote et que les votes sont comptés jusqu’aux petites heures du matin au bureau central de dépouillement à Detroit, le 4 novembre 2020. (David Goldman/AP)

Un autre sondage Edison/NEP, portant sur 3 755 personnes, a révélé que ce qui comptait pour la plupart des électeurs était l’économie (35 %), l’égalité (20 %), la pandémie de coronavirus (17 %), la criminalité et la sécurité (11 %), et la politique de santé (11 %), selon la BBC.

Les résultats définitifs de l’élection ne seront probablement connus que dans quelques jours, mais jeudi matin, Biden semblait plus proche d’entrer à la Maison Blanche que le président sortant Trump.

La participation à l’élection présidentielle de 2020 a été massive selon les normes récentes. Mais elle est loin d’avoir dépassé le record établi en 1876.

Cette année-là, 81,8 % des électeurs américains se sont rendus aux urnes.

Le vainqueur fut le Républicain Rutherford B. Hayes, bien qu’il ait reçu moins de voix que son adversaire Démocrate, Samuel Tilden. Comme 20 bulletins de vote ont été contestés, aucun des deux n’a obtenu la majorité du Collège électoral, et l’élection est passée à la Chambre des représentants, qui a mis en place une commission qui a attribué la présidence à Hayes.

Aucune donnée fiable n’est disponible avant 1828. Mais au cours des deux derniers tiers du 19e siècle, la participation électorale de plus de 70 % des personnes éligibles était courante – ce qui reflète souvent une forte discorde. Le deuxième taux de participation le plus élevé – 81,2 % – a été enregistré en 1860, lorsque Abraham Lincoln a battu Stephen Douglas. Avant même que Lincoln ne prenne ses fonctions, sept États du Sud ont fait sécession.

En 1920 et 1924, le taux de participation est tombé à 49,2 % et 48,9 %, respectivement, lorsque les femmes ont obtenu le droit de vote et que le nombre d’électeurs éligibles a doublé. La plupart des années suivantes, entre 50 et 60 % des électeurs ont voté ; la dernière fois que plus de 60 % ont voté, c’était en 1968, lorsque Richard M. Nixon a battu Hubert Humphrey et que le taux de participation a été de 60,7 %.

La pire participation de l’ère moderne – 49 % – a eu lieu en 1996, lorsque le démocrate Bill Clinton a remporté un second mandat en battant le républicain Bob Dole.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...