Emeutes à la frontière : Netanyahu menace de renforcer les frappes israéliennes
Rechercher

Emeutes à la frontière : Netanyahu menace de renforcer les frappes israéliennes

Le Premier ministre a déclaré qu'Israël n'est "pas loin d'opter pour une autre sorte d'activité" après les agitations meurtrières du week-end

Les manifestants palestiniens pendant la "grande marche du retour" sur la frontière entre Gaza et Israël à Rafah, le 12 octobre 2018 (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Les manifestants palestiniens pendant la "grande marche du retour" sur la frontière entre Gaza et Israël à Rafah, le 12 octobre 2018 (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Le Premier ministre a émis un sévère avertissement en direction du groupe terroriste palestinien du Hamas, laissant entendre qu’Israël pourrait être sur le point de mener une offensive militaire d’ampleur si les émeutes violentes à la frontière entre Israël et Gaza devaient continuer.

Les tensions croissantes sur la frontière ont connu un pic vendredi, avec de lourdes émeutes autour de la frontière qui sépare Israël de Gaza. Sept Palestiniens ont été tués, dont trois qui avaient ouvert une brèche dans la clôture et s’étaient rués vers les soldats israéliens durant les agitations.

« Le Hamas n’a pas compris le message », a déclaré Netanyahu aux ministres et aux journalistes au début de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem.

« S’il ne met pas un terme à ces attaques, alors ces dernières seront stoppées d’une autre façon, qui sera très douloureuse. Très douloureuse », a-t-il ajouté, laissant entendre qu’Israël pourrait être sur le point de lancer une opération militaire d’ampleur contre les gouvernants de Gaza.

Des Palestiniens lancent des pierres en direction des forces israéliennes lors d’affrontements à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, à l’est de la ville de Gaza, le 28 septembre 2018. (Photo AFP / Said Khatib)

« Nous ne sommes pas loin d’opter pour une autre sorte d’activité qui comprendra des coups extrêmement douloureux », a menacé le Premier ministre.

« Si le Hamas a un tant soit peu d’intelligence, il arrêtera ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de la rencontre hebdomadaire de cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 7 octobre 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / POOL / ABIR SULTAN

Le leader du Hamas, Ismail Haniyeh, dont le groupe terroriste cherche à détruire Israël, a juré samedi que les rassemblements massifs continueraient jusqu’à ce que le « siège contre Jérusalem, Al-Aqsa et les terres de Palestine soit levé ».

Samedi, le ministre de la Défense Avigdor Liberman a mis un terme à toutes les livraisons de carburant dans la bande de Gaza en riposte aux violences, qui incluent des émeutes pratiquement quotidiennes sur la frontière et le lancement de dispositifs incendiaires en Israël.

« Jusqu’à l’arrêt entier des violences dans la bande de Gaza – elles comprennent le lancement de ballons incendiaires et les pneus qui sont brûlés à proximité des communautés israéliennes – l’approvisionnement en carburant et gaz dans la bande de Gaza ne reprendra pas », a dit Liberman.

Sept Palestiniens auraient été tués lors des affrontements intenses avec les forces de sécurité israéliennes le long de la frontière avec Gaza dans l’après-midi de vendredi, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas. Les médias, au sein de l’enclave côtière, ont annoncé qu’au moins 150 manifestants avaient également été blessés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...