Rechercher
"ILLUMINEZ LE MONDE ET RENDEZ-LE MEILLEUR"

Emhoff rencontre un survivant de la Shoah et son double à une expo bouleversante

Le mari de Kamala Harris visite le nouveau projet Dimensions in Testimony de la Fondation Shoah de l'USC, qui propose des témoignages interactifs réalistes

Le deuxième gentilhomme Doug Emhoff, deuxième à partir de la gauche, parle au double IA du survivant de la Shoah Pinchas Gutter par vidéo interactive. (Crédit : Jacob Gurvis/JTA)
Le deuxième gentilhomme Doug Emhoff, deuxième à partir de la gauche, parle au double IA du survivant de la Shoah Pinchas Gutter par vidéo interactive. (Crédit : Jacob Gurvis/JTA)

LOS ANGELES (JTA) – Lorsque le deuxième gentilhomme Douglas Emhoff s’est assis pour discuter par Zoom avec Pinchas Gutter, survivant de la Shoah, au début du mois, il lui a dit : « J’ai l’impression de déjà vous connaître ! ».

Et dans une certaine mesure, c’était le cas, bien que les deux hommes ne se soient jamais rencontrés.

En effet, quelques instants avant l’appel vidéo, Emhoff avait découvert la biographie interactive de Gutter, durant laquelle il lui avait posé des questions sur son expérience dans les camps de concentration et l’avait même écouté chanter « Shir Hama’alot« , le chant qui commence la bénédiction après les repas.

Emhoff a visité la Shoah Foundation de la University of Southern California (USC) pour visiter le projet Dimensions in Testimony [Dimensions dans les Témoignages] du centre, une série de bots d’intelligence artificielle qui permettent aux gens d’interagir en temps réel avec des survivants de la Shoah et d’autres génocides.

En tant qu’ancien élève de l’USC et premier conjoint juif d’un vice-président, M. Emhoff savait que l’expérience serait spéciale, voire bouleversante. Mais il a déclaré que cette expo « dépasse de loin ce que je pensais qu’elle serait ».

« C’est tellement impressionnant, l’utilisation de la technologie », a déclaré Emhoff à la Jewish Telegraphic Agency. « C’est tellement réel. Et vous aviez vraiment l’impression d’être dans la pièce – vous aviez vraiment l’impression de parler aux gens. C’était tellement prenant ».

Cette visite était la dernière d’une série d’événements juifs qu’Emhoff a tenus et auxquels il a assisté en sa qualité officielle de deuxième gentilhomme – et en tant que juif fier de l’être.

« Je ne m’attendais pas à ce que ma foi juive soit si importante dans ce rôle », a-t-il déclaré. « Il s’est avéré que j’avais tout à fait tort. Et je suis heureux de m’être trompé, parce que c’est très important ».

Doug Emhoff a préparé des matzot avec des élèves d’une école juive, il a participé à l’organisation du premier seder de Pessah en ligne à la Maison Blanche, a accroché une mezuzah à la résidence du vice-président et a pris part aux festivités du mois du patrimoine juif américain.


Doug Emhoff et le Dr Kori Street, directeur exécutif par intérim de l’USC Shoah Foundation, regardent le témoignage vidéo d’un survivant de la Shoah. (Crédit : Jacob Gurvis/ JTA)

« Quand vous voyez ces jeunes enfants qui crient lorsque j’entre dans la pièce, c’est comme si j’étais une sorte de rock star », se souvient Doug Emhoff en riant. « Vous vous rendez vraiment compte de l’importance de ce rôle. Et sachant cela, je le prends très au sérieux. Je sais que cela représente beaucoup pour beaucoup de gens, comme c’est le cas pour moi ».

La présence de M. Emhoff a également été très appréciée par le personnel de la Shoah Foundation .

« C’était incroyable », a déclaré à la JTA Kori Street, directrice exécutive par intérim de l’organisation. « Pour moi, pour le personnel, pour l’université, d’avoir quelqu’un de sa stature, qui comprend l’importance de ce que nous faisons ici, qui a un lien avec les archives, c’était tellement significatif rien qu’en termes de ses observations perspicaces et à quel point il comprenait. Ce n’est pas toujours le cas ».

Street a commencé la visite d’Emhoff par une présentation du centre et de son travail. L’institution se rapproche de son objectif de parvenir à toucher 10 millions d’étudiants dans le monde chaque année, selon Street, et le projet IA est un produit phare. L’initiative, que la Shoah Foundation prévoit de mettre à disposition des musées locaux consacrés à la Shoah dans le monde entier, a pour but de faire en sorte que le témoignage des survivants sur leurs expériences survive aux survivants eux-mêmes.

Kori Street, Doug Emhoff et Pedro Noguera, doyen de l’école d’éducation Rossier de l’USC, parlent à Pinchas Gutter via Zoom. (Crédit : Jacob Gurvis/ JTA)

Après avoir montré à Emhoff le témoignage vidéo d’un survivant de la Shoah originaire de la même ville que la famille d’Emhoff en Europe de l’Est, il convenait de rencontrer Gutter.

Emhoff s’est d’abord entretenu avec le double de Gutter, lui posant une série de questions sur son parcours de survivant, son message aux étudiants d’aujourd’hui et, oui, lui demandant même de lui chanter une chanson.

« Merci, Pinchas », a dit Emhoff à l’écran avec un sourire. « Je vous verrai dans l’autre pièce. »

Là, le vrai Gutter a continué à partager son histoire. Il a également exprimé sa gratitude envers Emhoff et à l’administration Biden pour leur travail de lutte contre la haine et l’antisémitisme.

« J’ai vraiment l’impression que vous êtes capables de faire une différence, et vous faites une différence », a dit Gutter à Emhoff.

Gutter a parlé de l’importance de partager son histoire avec les jeunes générations – et de relier son expérience aux événements actuels. Il a mentionné à plusieurs reprises la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

« Prenez cette flamme », a dit Gutter aux étudiants. « Illuminez le monde avec ces flammes et faites-en un monde meilleur. »

Emhoff était visiblement ému par l’histoire de Gutter. Les deux Gutter, en fait.

« J’aime votre message d’unité », a déclaré Emhoff au vrai Gutter sur Zoom. « Nous devons tous être solidaires et faire front contre cette épidémie de haine ».

Sur les défis auxquels est confrontée la communauté juive américaine, Emhoff a déclaré que les mots de Gutter IA exprimaient « exactement ce que je ressens face à ces problèmes. »

« Ce message du double de Gutter a vraiment sonné juste », a déclaré Emhoff. « Entendre sa positivité après tout ce qu’il a traversé – tous ces souvenirs avec lesquels il a dû vivre pendant tant d’années, plus de 70 ans – et rester si positif, si optimiste, et être prêt à partager avec le monde maintenant grâce à cette technologie, son histoire, c’est vraiment, c’est incroyable. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...