En 1939, les Etats-Unis et Cuba refusent l’asile à 900 réfugiés juifs
Rechercher

En 1939, les Etats-Unis et Cuba refusent l’asile à 900 réfugiés juifs

Le bateau qui se voit refuser l'asile, rebroussera chemin. Une partie des passagers seront déportés et exterminés dans les camps

Le Saint Louis en direction de La Havane en 1939 (Crédit : Wikipédia)
Le Saint Louis en direction de La Havane en 1939 (Crédit : Wikipédia)

En 1939, des réfugiés juifs allemands prennent le large à bord d’un bateau « le Saint-Louis » pour fuir le régime nazi à l’aube de la Seconde Guerre mondiale rappelle le site Slate.

Ainsi plus de 900 juifs, qui ont regroupé leur économie afin de se payer le voyage et le visa en Amérique, quittent le port de Hambourg en direction du continent américain le 13 mai 1939.

Ils ont l’espoir de trouver refuge dans une nouvelle patrie d’adoption. Tel ne fut pas le cas.

Lorsque le paquebot accoste au port de la Havane, à Cuba, l’accueil est loin d’être à la hauteur de leur espérance. Les autorités cubaines ne les laissent pas accoster.

Cuba qui subit à l’époque une forte crise économique est frileuse pour accueillir plusieurs centaines de réfugiés qui sont perçus comme une concurrence sur le marché du travail.

Slate explique que seulement 29 réfugiés auront la possibilité de rester à Cuba.

À la suite du refus cubain, le bateau met les voiles vers les Etats-Unis.

Au large des côtes de la Floride, le Saint-Louis envoie un télégraphe au président américain Roosevelt pour demander l’asile. Le bateau ne reçut alors aucune réponse.

La crise économique de 1929 dont les Etats-Unis ne sont alors toujours pas remis, et le quota du nombre de réfugiés par an pouvant immigrer aux Etats unis sont d’autant d’explications qui peuvent justifier, selon Washington, le refus américain.

Le Sant-Louis n’a alors pas d’autre choix que de rebrousser chemin vers l’Europe qui bascule sous le régime nazi.

La grande partie des passagers du Saint Louis seront déportés et mourront dans les camps, rapporte le site News, cité par Slate.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...