Rechercher

En Egypte, chasse au dollar, dette et rationnement

Si les prix flambent, c'est aussi parce que les importateurs peinent à débloquer des dollars : sept milliards de produits sont bloqués dans les ports, selon les autorités

Des billets de banque en livres égyptiennes, en livres sterling et en dollars américains, le 25 août 2022. (Crédit : par Khaled DESOUKI / AFP)
Des billets de banque en livres égyptiennes, en livres sterling et en dollars américains, le 25 août 2022. (Crédit : par Khaled DESOUKI / AFP)

Retraits bancaires limités, rationnement et publicité pour les bienfaits nutritionnels des pattes de poulet : en Egypte, les dollars manquent et les ménages ne peuvent plus remplir leurs paniers.

Officiellement l’inflation atteint 18,7 % mais « le pain que j’achetais à une livre est désormais à trois », raconte à l’AFP Rehab, 34 ans.

« Mon mari gagne 6 000 livres par mois » (230 euros), « avant on tenait 30 jours avec ça, aujourd’hui on passe dans le rouge au bout de dix », poursuit-elle.

Avec la majorité des biens importés et un bond de 8 % des taux d’intérêt, tout a fondu : les galettes de pain, les falafels, les bouteilles d’huile, les sachets de légumineuses et même les paniers à prix subventionnés des 70 millions d’Egyptiens considérés comme « pauvres » et donc détenteurs d’une carte de rationnement.

Au supermarché, des panneaux préviennent : « maximum trois sachets de riz », « pas plus de deux bouteilles de lait » ou « une bouteille d’huile ».

Dans les journaux, le Conseil national de l’alimentation vante « les pattes de poulets, bénéfiques pour l’organisme et le portefeuille ».

Une rue commerciale au Caire, en Égypte, le 14 avril 2020. (Crédit : AP/Nariman El-Mofty, File)

La viande, « plus une option »

Car la viande – surgelée et importée, deux fois moins chère que la viande fraîche – n’est « plus une option : elle est passée de 85 à 150 livres le kilo », commente Rida, 55 ans, qui elle aussi refuse de donner son nom.

Cette matriarche peine à nourrir sa famille de 13 personnes : « je suis fonctionnaire et je fais des ménages dans un hôpital, mais même avec deux salaires il y a plein de choses que je ne peux plus acheter », explique-t-elle à l’AFP.

Si les prix flambent, c’est aussi parce que les importateurs peinent à débloquer des dollars : actuellement, sept milliards de dollars de produits sont bloqués dans les ports, selon les autorités.

Et la désinformation prospère : les marques chinoises Realme et Oppo et même McDonald’s sont régulièrement données sur le départ sur les réseaux sociaux.

Car, échaudées par l’hémorragie du début de la guerre en Ukraine, quand des investisseurs ont sorti des milliards de dollars, plusieurs banques limitent désormais les retraits en dollars à l’étranger et ont triplé les frais d’utilisation de la carte bancaire alors que chez les changeurs, les billets verts sont introuvables.

(FILES) Sur cette photo d’archive, une femme sort d’une boutique de change en montrant un billet de banque géant en dollars américains dans le quartier de Zamalek, au Caire, la capitale de l’Égypte, le 24 août 2022. (Crédit : par Khaled DESOUKI / AFP)

Même le très pro-régime Amr Adib s’est énervé dans son talk-show : « laissez au moins les Egyptiens en vacances retirer de l’argent pour leur taxi de retour ! ».

Mais Le Caire est pris à la gorge : il n’a plus que 33,5 milliards de dollars de réserve contre 41 en février – dont 28 sous forme de dépôts des alliés du Golfe – et sa dette extérieure a plus que triplé en 10 ans à 150 milliards d’euros.

« Ne vous en mêlez pas »

En mars, puis en octobre, Le Caire a dévalué sa monnaie. Mercredi, la livre a encore perdu plus de 8 %. En moins de dix mois, elle aura chuté de près de 70 %.

Et pour les experts, tous les voyants sont passés au rouge quand deux banques publiques ont annoncé mercredi délivrer des certificats de dépôt avec 25 % d’intérêt sur un an.

Malgré tout, l’Egypte reste l’un des cinq pays les plus à risque de ne pas rembourser sa dette extérieure selon Moody’s.

Et les trois milliards de dollars du nouveau prêt du FMI pèsent peu : le seul service de la dette pour 2022-2023 s’élève à 42 milliards.

Le ministre des Transports, Kamel al-Wazir, a proposé une solution : faire payer le train en dollars aux touristes.

« Il me faut des dollars pour payer les trains importés. Ça arrange les touristes et moi aussi », expliquait récemment Kamel al-Wazir.

Mais pour dégager plus d’argent, l’Etat veut privatiser tous azimuts. A tel point que l’opinion publique s’inquiète que l’Egypte perde sa souveraineté sur son joyau : le canal de Suez.

Il n’est « pas à vendre » a martelé le régime, mais le président Abdel Fattah al-Sissi, lui, aimerait piocher dans ses revenus – pour créer un fond qu’il gèrera lui-même.

« L’argent, je sais comment le gérer, ne vous en mêlez pas », lançait-il récemment.

Pour Stephan Roll, du German Institute for International and Security Affairs, l’Egypte s’endette pour « consolider (son) régime autoritaire ».

« L’armée, sur laquelle M. Sissi se repose, est le premier bénéficiaire : l’endettement extérieur protège ses revenus et ses biens et finance des méga-projets qui lui rapportent gros » puisque la plupart des grands travaux sont confiés au génie militaire, ajoute-t-il.

Loin des villes nouvelles et des trains électriques rutilants, Rehab voulait seulement acheter un manteau à sa fille pour l’hiver.

« Mais à 1 000 livres, j’ai dû renoncer », dit-elle, les yeux embués.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.