Rechercher

En Israël, les obligations du « Passe Vert » largement revues à la baisse

Le document ne sera dorénavant exigible que pour les mariages, l'entrée dans les boîtes de nuit ou les grandes réjouissances

Photo d'illustration : le nouveau Passe vert à Jérusalem, le 3 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Photo d'illustration : le nouveau Passe vert à Jérusalem, le 3 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le cabinet Corona a décidé, mardi, d’alléger fortement le système du Passe vert pour revoir à la baisse son application, estimant qu’il ne devait dorénavant être exigible que dans les cas d’événements « à haut-risque ».

Selon ces nouvelles directives qui entreront minuit en vigueur, une preuve de vaccination ne sera nécessaire que lors des mariages et autres fêtes similaires, ainsi que dans les boîtes de nuit et lors de grandes réjouissances.

Le gouvernement a dit que la liste entière des nouvelles exigences du Passe vert sera distribuée dans les prochains jours. La nécessité de montrer le Passe devrait être levée sur les sites de loisirs et culturels – théâtres, concerts et musées, ainsi que dans les restaurants.

De plus, le cabinet a accepté la recommandation de remettre à jour le Passe vert de manière à ce qu’il soit valide pour tous ceux qui ont reçu deux doses de vaccin – ou qui ont guéri – au cours des quatre derniers mois, et pour tous ceux qui ont bénéficié de trois ou quatre doses, quel que soit le moment. Jusqu’à présent, les régulations précisaient que les détenteurs du Passe vert devaient avoir eu leur injection la plus récente – ou s’être rétablis – dans les six derniers mois.

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz supervise des techniciens médicaux qui testent les passagers pour le COVID-19 à l’aéroport international Ben Gurion près de Tel Aviv, le 12 juillet 2021. (Crédit : Flash90)

Malgré des informations laissant entendre le contraire, au début de la semaine, le cabinet a aussi voté la prolongation, pendant un mois, de l’obligation pour tous les voyageurs arrivant sur le territoire de présenter un test négatif à la COVID-19 avant d’embarquer dans un vol pour Israël, complété par un nouveau test de dépistage à l’atterrissage.

Les ministres ont néanmoins voté la levée de l’obligation, pour les voyageurs non-vaccinés, de montrer un test PCR négatif avant de partir d’Israël, indépendamment des demandes émises par le pays de destination. Une initiative qui devrait entrer en vigueur le 8 février.

Au début de la réunion, le Premier ministre Naftali Bennett a expliqué que malgré des signes encourageants d’essoufflement de la vague Omicron, « nous sommes actuellement au pic. Nous pouvons nous attendre encore à dix jours difficiles et en conséquent, comme je l’ai déjà dit, je ne veux pas de complaisance, comme si tout était déjà fini ».

Selon le ministère de la Santé, mardi soir, 168 décès liés à la COVID ont été enregistrés depuis lundi matin – ce qui porte le bilan des morts depuis l’apparition de la pandémie dans le pays à 8 894. 1 134 personnes sont hospitalisées dans un état grave et il y a presque 438 000 cas actifs dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...