Israël en guerre - Jour 286

Rechercher

En plus de créer des start-up, les universités renforcent leurs liens avec la high tech

Les données montrent une hausse de plus de 120 % des startups créées chaque année par des institutions académiques qui représentant 13 % du total des startups créées en Israël

Michal Lotem, directeur de l'Institut de recherche sur le cancer de Hadassah (HCRI), à gauche, et Inna Ben David, technicienne de laboratoire en chef de l'HCRI. (Crédit : HCRI)
Michal Lotem, directeur de l'Institut de recherche sur le cancer de Hadassah (HCRI), à gauche, et Inna Ben David, technicienne de laboratoire en chef de l'HCRI. (Crédit : HCRI)

Il y a un nombre croissant de startups israéliennes provenant d’universités et de centres de santé, et elles représentent près de 13 % de toutes les nouvelles startups créées en 2020, selon de nouvelles données.

Le nombre d’entreprises technologiques qui ont vu le jour dans des instituts de recherche en Israël a augmenté chaque année depuis 2016, même si le nombre total de nouvelles startups a diminué chaque année, selon les données publiées par l’organisation qui chapeaute les sociétés de transfert de technologie israéliennes. Elles représentaient près de 13 % de toutes les startups créées en 2020, contre seulement 3,2 % en 2016, selon les données.

Les sociétés de transfert de technologie sont créées au sein des universités pour gérer les actifs de propriété intellectuelle des chercheurs et aider au transfert de leurs connaissances et leurs technologies vers le secteur des entreprises, comblant ainsi le fossé entre la recherche et les produits commerciaux. Ce transfert d’innovation se fait souvent par le biais d’accords de coopération et de licences. Les scientifiques qui travaillaient autrefois dans la « tour d’ivoire », où leur principal objectif était de faire avancer la recherche, de publier des articles et d’enseigner, sont aujourd’hui encouragés à collaborer avec les entreprises et à stimuler la recherche et le développement.

« Au cours des 10 à 15 dernières années, la collaboration entre le monde universitaire et l’industrie s’est révélée être une forte source d’innovation », a expliqué Karen Primor Cohen, PDG de Ramot, la société de transfert de technologie de l’université de Tel-Aviv, et coprésidente de l’Organisation israélienne de transfert de technologie (ITTN).

Aujourd’hui, les représentants de l’industrie ont souvent des locaux sur le campus, organisent des sessions avec les étudiants et les chercheurs et collaborent à des projets.

« La perspective a changé. Il y a un consensus sur le fait que la présence, dans les universités, d’entités qui peuvent contribuer à la recherche, avec des données, des projets pilotes et des essais de validation de concept, contribue à l’épanouissement des idées », a fait remarquer Mme Primor Cohen.

Keren Primor Cohen, PDG de Ramot, la société de transfert de technologie de l’université de Tel-Aviv et coprésidente de l’Organisation israélienne de transfert de technologie. (Autorisation)

Les données ont été publiées en même temps que le rapport annuel de l’ITTN, une organisation faîtière représentant les sociétés de transfert de technologie des principaux instituts de recherche israéliens. Il s’agit notamment de Yeda Research and Development Company Ltd. de l’Institut Weizmann des sciences, de Yissum de l’Université hébraïque de Jérusalem, de Ramot de l’Université de Tel Aviv, de Hadasit du Centre médical Hadassah de Jérusalem, de T3 du Technion-Israel Institute of Technology, de BIRAD de l’Université Bar Ilan, et d’autres encore.

« Les sociétés de transfert de technologie ont été un élément clé de l’écosystème technologique israélien », a déclaré Aviva Steinberger, directrice de la diplomatie de l’innovation à Start-Up Nation Central, une organisation à but non lucratif qui promeut l’écosystème technologique. « Elles ont joué un rôle essentiel dans la création de certaines de nos licornes les plus prisées dans le secteur ». Les licornes sont des entreprises technologiques privées dont la valeur est égale ou supérieure à 1 milliard de dollars.

Parmi les réussites issues de la recherche universitaire, on peut citer des entreprises telles que Mobileye, une société de technologie de conduite autonome basée à Jérusalem et appartenant à Intel, qui est cotée au Nasdaq à une valeur de quelque 33 milliards de dollars, cofondée en 1999 par Amnon Shashua, professeur à l’université hébraïque ; Alpha Tau Medical Ltd, cotée au Nasdaq, qui développe la radiothérapie et dont la technologie est utilisée dans le domaine de la santé, un développeur de radiothérapie dont la technologie a été initialement développée par les professeurs Itzhak Kelson et Yona Keisari de l’université de Tel-Aviv ; et Aleph Farms, un concepteur de viande cultivée, qui a été développé au sein de l’Institut Technion-Israël de technologie.

Sur la période 2016-2020, le nombre de startups créées chaque année par les universités et les centres de recherche médicale a augmenté de 121 %, passant de 34 à 75, selon les dernières données disponibles. Les universités et les hôpitaux représentaient près de 13 % du nombre total de startups créées en Israël en 2020, contre seulement 3,2 % en 2016. En revanche, le nombre total de nouvelles startups créées en Israël a diminué de 45 %, passant de 1 074 en 2016 à 588 en 2020.

L’une des principales raisons pour lesquelles le nombre de nouvelles start-ups issues des universités augmente, alors que le chiffre général est en baisse, tient au fait que la recherche universitaire est généralement moins affectée par les changements rapides qui se produisent dans le monde financier, a déclaré le Dr Tamar Raz, PDG de Hadasit, la société de transfert de technologie de l’hôpital Hadassah, et coprésidente avec Primor Cohen de l’Organisation israélienne pour le transfert de technologie (ITTN).

« Il faut du temps pour que les turbulences des marchés financiers affectent la recherche dans les institutions académiques et les hôpitaux qui sont les moteurs de l’innovation », a déclaré Tamar Raz. « Dans certains cas, comme lors de la pandémie de COVID-19, c’est même le contraire : la crise inspire de nouvelles recherches et de nouvelles idées, en particulier dans le domaine des soins de santé.

Tamar Raz, PDG de Hadasit, la société de transfert de technologie de l’hôpital Hadassah et coprésidente de l’Organisation israélienne de transfert de technologie. (Autorisation)

« Les sociétés de transfert de technologie peuvent offrir aux investisseurs d’excellentes opportunités, même en temps de crise, lorsque les autres sources de startups sont moins abondantes », a-t-elle ajouté.

Entre-temps, la baisse du nombre total de nouvelles startups créées chaque année découle de la maturation de l’écosystème des startups en Israël, a déclaré Steinberger de Start-Up Nation Central.

« Plutôt que d’avoir un flot de très jeunes startups, nous voyons des fondateurs qui développent leurs entreprises jusqu’à maturité » tout en employant un plus grand nombre de travailleurs qualifiés, a-t-elle déclaré.

Malgré cela, un rapport récent de la branche politique de Start-Up Nation Central a averti que si le déclin des nouvelles start-ups se poursuivait, Israël pourrait perdre son statut de « Start-Up Nation », c’est-à-dire la nation qui compte le plus grand nombre de start-ups par habitant.

L’agitation qui règne dans le monde technologique mondial en raison de la hausse des taux d’intérêt et du ralentissement économique mondial, associée aux bouleversements sociaux, politiques et économiques en Israël liés à une réforme judiciaire que le gouvernement tente de faire adopter, entraîne un ralentissement des investissements dans les entreprises technologiques israéliennes. En outre, de plus en plus de jeunes entrepreneurs israéliens enregistrent leurs sociétés à l’étranger.

Des scientifiques dans un laboratoire de l’université de Tel Aviv. (Crédit : Université de Tel Aviv)

« La situation financière mondiale est difficile et, en plus, la situation politique en Israël, qui crée de l’incertitude, fait qu’il est très difficile pour les startups de lever des fonds, même si la technologie est prometteuse et que la propriété intellectuelle est solide », a déclaré Mme Raz.

Un transfert de technologie pionnier

Les sociétés universitaires de transfert de technologie sont très développées aux États-Unis et en Israël, mais pas autant en Europe, explique Primor Cohen.

La société Yeda de l’Institut Weizmann, qui a commencé ses activités au début des années 1960, a été la première société de transfert de technologie créée en Israël et seulement la deuxième au monde, selon le site web de l’institut. Cela a fait d’Israël un pionnier dans le développement de modèles de transfert de connaissances, des délégations venant en Israël pour apprendre comment ils fonctionnent, a déclaré Mme Steinberger, de Start-Up Nation Central.

La signature des Accords d’Abraham en 2020, qui ont permis l’établissement de liens diplomatiques avec les Émirats arabes unis, le Soudan, Bahreïn et le Maroc, a également permis à des délégations du Moyen-Orient de venir étudier l’écosystème technologique israélien.

« Ils investissent des milliards de dollars dans leurs propres écosystèmes technologiques et considèrent Israël comme une source de connaissances et de collaboration », a déclaré Mme Steinberger. « Les sociétés de transfert de technologie sont très souvent mentionnées comme l’une des clés de voûte de la manière dont les universités et la recherche israéliennes contribuent à favoriser cet écosystème.

Rona Samler, directrice générale de la société de transfert de technologie T3 du Technion. (Crédit : Ofir Gafkovich/Courtesy)

Start-Up Nation Central a récemment accueilli une délégation de représentants de l’Université polytechnique Mohammad VI du Maroc pour étudier les modèles de transfert de technologie d’Israël.

Selon les données compilées par l’ITTN, en 2021, 179 startups ont été créées en Israël sur la base d’une propriété intellectuelle détenue par des universités ou des chercheurs de centres médicaux, et plus de 1 000 accords de commercialisation ont été signés avec l’industrie. Quatre-vingt pour cent de ces entreprises étaient actives dans le domaine des sciences de la vie, selon les données.

« Le caractère unique d’Israël tient au fait que l’écosystème est si petit que tout le monde se connaît », a déclaré Mme Primor. « Cela nous permet de créer des opportunités de collaboration dans un processus plus facile et beaucoup plus rapide.

En juillet, Quantum Source (QS), une entreprise d’informatique quantique basée en Israël, a déclaré avoir levé 15 millions de dollars lors d’un tour de financement de démarrage. La startup a été fondée par trois entrepreneurs en série et un professeur de l’Institut des sciences Weizmann. Imagindairy, autre exemple de startup issue de la recherche universitaire, a mis au point une technologie de fermentation de précision qui, selon l’entreprise, permet de créer des protéines laitières identiques aux vraies, mais sans utiliser d’animaux. Cette technologie repose sur 15 années de recherche menées par Tamir Tuller, cofondateur d’Imagindairy et professeur à l’université de Tel-Aviv.

Le rôle principal des sociétés de transfert de technologie, explique Mme Raz de Hadasit, est « l’art de la traduction, qui consiste à relier le langage académique à celui de l’industrie ».

Le Technion, par exemple, a contribué à la création de quelque 150 entreprises pour une valeur totale d’environ 23 milliards de dollars, dont neuf sociétés cotées en bourse évaluées à plus de 8 milliards de dollars, selon les données fournies par l’université. En 2021-2022, 30 nouvelles start-ups ont été créées au sein du Technion. Ces entreprises ont levé plus de 4 milliards de dollars et emploient plus de 3 400 personnes, dont la moitié en Israël, a déclaré Rona Samler, qui dirige T3, la société de transfert de technologie du Technion.

« L’industrie et le monde universitaire dépendent l’un de l’autre lorsqu’il s’agit de trouver des technologies véritablement révolutionnaires », a déclaré Mme Samler. « Pour réaliser une véritable percée, il faut à la fois une approche multidisciplinaire et une technologie approfondie. C’est pourquoi l’industrie a besoin des universités, où elle peut puiser dans l’excellence scientifique. D’autre part, les universités et leurs chercheurs ont besoin de l’industrie à la fois pour les investissements et pour les connaissances nécessaires à la mise sur le marché et à la transposition à plus grande échelle de leurs développements.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.