Umm al-Fahm: enquête policière sur l’enterrement en grande pompe d’un assaillant
Rechercher

Umm al-Fahm: enquête policière sur l’enterrement en grande pompe d’un assaillant

La police a déclaré que les funérailles d'un Arabe israélien d'Umm al-Fahm qui avait tenté de poignarder un agent ont violé les termes d'un accord de restitution de la dépouille

Des centaines de personnes lors des funérailles  d'Ahmed Muhammad Mahameed à Umm al-Fahm, le 21 août 2018 (Capture d'écran :   Hadashot)
Des centaines de personnes lors des funérailles d'Ahmed Muhammad Mahameed à Umm al-Fahm, le 21 août 2018 (Capture d'écran : Hadashot)

La police israélienne a indiqué mardi matin qu’elle ouvrirait une enquête sur les funérailles d’un Arabe israélien qui a tenté de poignarder un agent de police, disant que la présence de centaines de personnes lors de la cérémonie a été une violation d’un accord convenu avec la famille qui déterminait l’organisation d’un enterrement discret.

La police a fait savoir dans un communiqué qu’elle chercherait la saisie d’une somme de 50 000 shekels donnée par la famille d’Ahmed Muhammad Mahameed comme garantie que les funérailles, qui ont eu lieu dans la matinée de lundi dans la ville arabe d’Umm al-Fahm, respecteraient les consignes de discrétion établies.

Mahameed est mort sous les tirs d’un policier, la semaine dernière, alors qu’il tentait de poignarder un agent dans un attentat terroriste survenu dans la Vieille Ville de Jérusalem. Sa dépouille a été restituée à la famille dans la nuit de lundi après un accord conclu sur le nombre de participants à l’enterrement ainsi que sur l’itinéraire et le moment choisi pour la cérémonie.

Des feux d’artifices ont été tirés pour saluer le retour du corps dans la ville et des centaines de personnes ont assisté aux funérailles. Pendant la procession, les participants ont chanté « en esprit et en sang, nous faisons de toi un martyr ».

Selon la police, les funérailles ne devaient se limiter qu’à 150 membres de la famille, mais « de nombreuses centaines de personnes ont été vues y participer contrairement à l’ordonnance qui a défini le moment de la cérémonie, l’itinéraire suivi et le nombre de participants ».

« Dans la mesure où ces conditions n’ont pas été respectées, la police va ouvrir une enquête pour non-respect des instructions données et pour avoir contrevenu à une ordonnance. Nous demanderons la saisie du dépôt d’argent effectué », a fait savoir un communiqué.

Les responsables israéliens affirment que les funérailles pour les attaquants qui ont été tués alors qu’ils poignardaient, ouvraient le feu ou commettaient des attaques à la voiture-bélier contre des Israéliens se transforment souvent en rassemblements de masse en soutien au terrorisme palestinien, et ils retiennent les corps jusqu’à ce que les proches acceptent d’organiser des cérémonies discrètes au cours desquelles il n’y aura pas d’appel à d’autres attentats.

Des centaines de personnes lors des funérailles d’Ahmed Muhammad Mahameed à Umm al-Fahm, le 21 août 2018 (Capture d’écran : Hadashot)

La police a noté dans son communiqué que contrairement à des informations antérieures parues dans les médias « qui ont été apparemment transmises à ces derniers par les parties intéressées », les conditions des funérailles ont été négociées entre la police et la famille et ne résultent pas d’une ordonnance délivrée par la Haute cour de justice, « et certainement pas de pourparlers avec une organisation ou une autre ».

Les médias avaient fait savoir que le centre Adalah pour les droits de la minorité arabe en Israël avait joué un rôle déterminant dans les négociations qui ont abouti à la restitution du corps de Mahameed.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...