Israël rend le corps de l’Arabe israélien qui a tenté de poignarder un policier
Rechercher

Israël rend le corps de l’Arabe israélien qui a tenté de poignarder un policier

Des centaines de personnes ont assisté aux funérailles d'Ahmed Muhammad Mahameed, malgré un accord entre la police et une ONG prévoyant la présence de 50 personnes

Des centaines de personnes aux funérailles d'Ahmed Muhammad Mahameed à Umm al-Fahm, le 21 août 2018 (Capture d'écran : Ynet)
Des centaines de personnes aux funérailles d'Ahmed Muhammad Mahameed à Umm al-Fahm, le 21 août 2018 (Capture d'écran : Ynet)

Le corps d’Ahmed Muhammad Mahameed, tué par balles après qu‘il a tenté de poignarder un policier dans la Vieille Ville de Jérusalem, la semaine dernière, a été restitué par les autorités israéliennes dans la nuit de lundi.

La dépouille de Mahameed a été rendue après que le centre Adalah qui milite pour les droits de la minorité arabe en Israël a porté plainte devant la Haute-cour suite à une demande de la police que la famille signe une garantie à hauteur de 100 000 shekels l’engageant à ce que pas plus de 50 personnes n’assistent aux funérailles.

Un accord a alors été conclu entre la police et le Centre déterminant le retrait de la plainte si la dépouille de Mahameed était restituée avant une heure du matin, mardi.

Des feux d’artifice ont marqué le retour du corps dans la ville d’Umm al-Fahm, dans le nord du pays, et des centaines de personnes ont assisté aux funérailles.

Ahmed Muhammad Mahameed, mort sous les balles des policiers alors qu’il tentait de poignarder un policier dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 18 août 2018 (Autorisation)

Un proche de l’attaquant, Ali Mahameed, a déclaré au site d’information en hébreu Ynet que ce retard à restituer la dépouille avait été un supplice imposé par les autorités israéliennes.

« La police a tardé à rendre le corps pour faire du mal à la famille. Pour ma part, Ahmad est un héros et un martyr », a-t-il commenté.

La police a indiqué que Mahameed était arrivé vendredi après-midi depuis le mont du Temple et qu’il s’était approché d’un groupe de policiers, sortant un couteau et tentant de poignarder l’un d’entre eux.

Les officiers ont affronté l’attaquant et l’un d’eux lui a tiré dessus, le tuant.

La famille de Mahameed a indiqué que le défunt avant des problèmes de santé mentale et que le mobile de cette attaque n’était pas nationaliste.

Un attaquant armé d’un couteau tente de poignarder un policier dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 17 août 2018 (Crédit : Police israélienne)

Mahameed avait été interné au dans un centre médical psychiatrique Shaar Menashe, situé dans le nord d’Israël, a raconté son frère Nissim Mahameed. « Il était malade et n’était pas autonome », a déclaré samedi Nissim au quotidien Haaretz.

Son père a ajouté qu’Ahmed avait fait deux tentatives de suicide.

« Une fois, nous étions assis à l’extérieur de notre maison et nous avons entendu des cris qui venaient de l’intérieur. Il avait pris des comprimés et il tentait de se suicider », a confié Muhammad Mahameed au site d’information Walla.

Mahameed n’avait pas d’antécédents de délits sécuritaires.

La famille a condamné le policier auteur du tir meurtrier, disant qu’il avait eu « la gâchette légère ».

La municipalité d’Umm al-Fahm a pour sa part émis samedi un communiqué dans lequel elle a condamné la police pour ce qu’elle a qualifié de « meurtre de sang-froid » de l’un de ses résidents.

Les forces de l’ordre ont précisé qu’une enquête préliminaire sur l’incident montrait que les tirs avaient été pleinement justifiés.

« Personne ne peut s’attendre à ce que des policiers sachent que le terroriste qui est en train de les attaquer est un malade mental », a déclaré un haut-responsable en réponse à l’affirmation de la famille.

La cour de district de Jérusalem a prolongé dimanche de deux jours la détention de trois hommes soupçonnés d’implication dans l’attaque au couteau avortée, renversant la décision prise par les magistrats de les placer en détention provisoire.

Les suspects, qui résident tous dans la ville arabe israélienne d’Umm al-Fahm, ont été arrêtés quelques heures après que la police les a identifiés en train de déambuler dans les rues de la Vieille Ville à côté de Mahameed.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...