Enquête sur l’arrestation d’un adolescent suite à des récits contradictoires
Rechercher

Enquête sur l’arrestation d’un adolescent suite à des récits contradictoires

Le jeune de 14 ans affirme avoir eu les pieds liés pendant des heures ; la police diffuse une vidéo de démenti, disant qu'il provoquait des habitants arabes de Jérusalem

Capture d'écran d'une vidéo montrant l'interpellation de Yedidya Epstein pendant des heurts dans la Vieille ville de Jérusalem, le 25 juin 2020. (Twitter)
Capture d'écran d'une vidéo montrant l'interpellation de Yedidya Epstein pendant des heurts dans la Vieille ville de Jérusalem, le 25 juin 2020. (Twitter)

Le département du ministère de la Justice chargé des enquêtes de police a ouvert lundi une enquête sur l’arrestation, la semaine dernière, d’un adolescent de Jérusalem qui affirme avoir été détenu sans raison et avoir passé la nuit dans des conditions difficiles dans un poste de police.

La police a répondu aux allégations en affirmant que Yedidya Epstein, 14 ans, s’était rendu coupable de provocations et a diffusé des séquences vidéo qui, selon les forces de l’ordre, montrent qu’il perturbe l’ordre public et ignore les instructions de la police, mais qu’il a également été traité équitablement pendant sa détention.

Le département des enquêtes internes de la police va se pencher sur le cas d’Epstein qui a été arrêté, avec deux autres personnes, jeudi soir dans la Vieille Ville de Jérusalem lors d’une altercation entre des jeunes juifs et arabes.

Une photo d’Epstein menotté et fers aux pieds au poste de police a été largement diffusée sur les réseaux sociaux dans les jours qui ont suivi.

Lors d’une série d’interviews avec les médias en hébreu, Epstein a affirmé avoir été maintenu pendant des heures avec des menottes et des chaînes aux pieds dans un poste de police, en violation de la loi. Il a ensuite été traduit devant un tribunal qui l’a libéré sous conditions.

Il a également affirmé que, avec d’autres personnes, il se baladait dans la Vieille Ville lorsque le groupe a été pris à partie par des jeunes arabes du quartier musulman qui les ont insultés et nargués. Lorsque la police des frontières est arrivée, a déclaré Epstein, elle s’est concentrée sur la dispersion du groupe juif et a dit qu’il avait été brutalement saisi par des officiers. Les images de l’incident, diffusées sur les réseaux sociaux, montrent la police en train de pousser et de traîner Epstein, avec un officier le portant dans ses bras le long d’une rue de la Vieille Ville.

Pendant qu’il était au poste, l’adolescent affirme qu’il était maintenu assis sur un banc en fer, que son père n’avait pas été informé de sa détention et qu’on ne lui avait rien donné à manger ou à boire.

Alors que le tollé médiatique concernant les mauvais traitements présumés d’Epstein a pris de l’ampleur, la police israélienne a répondu lundi dans une déclaration affirmant qu’Epstein et ses compagnons avaient provoqué les résidents locaux et que « contrairement à ce qui a été publié, le mineur n’a pratiquement pas été menotté pendant son passage au commissariat, ni les mains ni les pieds ».

La vidéo fournie par la police a montré l’affrontement dans la Vieille Ville, le groupe juif qui se bat avec les officiers, et divers coups de feu d’Epstein pendant sa détention au poste de police

La police a déclaré qu’aux alentours de 23 heures jeudi, elle a reçu des informations concernant un groupe de jeunes qui frappaient aux portes et insultaient les habitants du quartier musulman. Les policiers qui sont arrivés ont demandé aux jeunes juifs de s’éloigner, mais Epstein et ses compagnons se sont assis par terre et ont refusé de suivre les instructions, selon le communiqué.

« Même si on leur a donné suffisamment de temps pour s’éloigner, certains d’entre eux ont continué à provoquer et à perturber l’ordre public dans le quartier », a rapporté la police.

« En contradiction totale avec les affirmations infondées qui ont été faites, aucune force n’a été utilisée contre le mineur au poste de police, bien au contraire », poursuit le communiqué. « Les agents l’ont surveillé alors qu’il n’était pas menotté, lui ont donné à manger et à boire, et ont pris soin de ses besoins. Avant d’être interrogé, il a consulté un avocat et tous ses droits légaux ont été respectés ».

Les officiers ont contacté le père d’Epstein, qui a refusé de venir au poste pour voir son fils, selon le communiqué.

Au poste, Epstein s’est mis à boiter, mais lorsque des médecins ont été convoqués pour s’occuper de lui, il a refusé de se faire soigner, a rapporté la police. A un moment donné, pendant la nuit, un officier a vu qu’il marchait sans boiter, mais « quand le suspect a compris qu’il avait été vu, il s’est remis à boiter », peut-on lire dans le communiqué.

Selon les informations de la Douzième chaîne lundi, Epstein n’a été menotté et enchaîné que lorsque la police s’est préparée à l’amener devant un tribunal, comme c’est la pratique habituelle pour les suspects considérés comme présentant un risque de fuite.

L’avocat d’Epstein, Itamar Ben Gvir, s’est félicité de l’enquête de la police des polices et a déclaré qu’il intenterait un procès contre les forces de l’ordre.

« C’est bien que le PIID ait ouvert une enquête, mais en parallèle nous allons déposer plainte contre la police », a fait savoir Itamar Ben Gvir, expliquant que son client aurait dû être détenu dans un centre de détention pour jeunes et ne pas être obligé de rester sur un banc toute la nuit au poste.

Son frère jumeau a été détenu dimanche pendant plusieurs heures après avoir été vu avec un groupe de l’organisation homophobe Lehava à proximité de l’événement de la Gay Pride de Jérusalem, a rapporté le site web Ynet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...